Aube        Manche       Meuse/Haute-Marne    
  

Préserver la mémoire du Centre

L'Andra doit conserver et transmettre l'ensemble des données essentielles sur le stockage des déchets radioactifs durant toute la période de surveillance du CSA, soit environ 300 ans. Cette démarche ne se justifie pas pour le Cires d'une durée de surveillance d'environ 30 ans.

Pour la conservation de cette mémoire sur plusieurs siècles, l'Andra a étudié un plan d'archivage à long terme. Cette démarche est double :

  • il s'agit de mettre en place une mémoire détaillée, véritable fonds documentaire, déposée aux Archives Nationales (Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau) ;
  • et également de constituer une mémoire de synthèse, sous la forme d'une boîte d'archives.

Les documents de la mémoire détaillée, sélectionnés au titre de l'archivage à long terme, devront d'une part permettre aux générations futures d'intervenir à bon escient dans le cas d'une situation anormale, et d'autre part de connaître les informations concernant le site au cas où elles envisageraient de l'exploiter à d'autres fins. Ces documents sont dupliqués sur papier permanent, manipulés avec des gants et déposés dans des boîtes d'archives appropriées.

Pour les générations futures, la mémoire de synthèse comprendra des documents accessibles à tous sur l'historique du Centre, les méthodes de surveillance. Cette mémoire de synthèse sera diffusée à l'Agence internationale de l'énergie atomique, à la Communauté européenne, et auprès des institutions qui présentent les meilleures garanties de pérennité : administrations nationales, préfectures, mairies…

Le travail le plus conséquent de l'Andra n'est pas de transférer les informations sur du papier permanent. Il s'agit véritablement de centraliser les données, trier et sélectionner les documents pertinents pour le long terme. Depuis plus de 15 ans, l'Andra y travaille pour assurer la mémoire de ses centres de stockage.

 

Un versement quinquennal
Après un premier versement en 2004 de plus de 600 boîtes, l'Andra a, le 30 mars 2005, remis 45 boîtes au Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau. Celles-ci contiennent les archives de la phase de surveillance du Centre de stockage de la Manche (10 boîtes, 130 documents) et 35 boîtes (1 088 documents) contenant les premières archives du CSA. Ces boîtes constituent la mémoire de l'exploitation des ouvrages de stockage (génie civil, construction, types de colis stockés) de 1992 à 2000.

 

Le 6 juillet 2010, l'Andra a procédé au deuxième versement quinquennal de la mémoire détaillée du Centre de stockage de la Manche (CSM) et du CSA aux Archives nationales de Fontainebleau.

Ce versement rassemble 245 documents techniques et études concernant la couverture, les éléments de sûreté et la surveillance de l'environnement du CSM de 2004 à 2008, et 1 567 documents techniques relatifs aux ouvrages de la tranche 4 du CSA, de leur construction à leur fermeture. Ce versement représente un volume de 30 boîtes, soit 3 mètres linéaires. Chaque boîte est accompagnée d'un résumé non technique de façon à en faciliter l'accès aux lecteurs.

 

Comme à chaque versement, un second exemplaire est également archivé au CSA dans un espace dédié.

Qu'est-ce que le papier permanent ?
Papier ordinaire, microfilms et microfiches, supports magnétiques, support informatique, l'Andra les a tous passés au crible. Il n'y a pas de mauvais support, mais un seul correspond au besoin de l'Andra pour plusieurs siècles : le papier permanent (selon la norme internationale 150 97.06). Ce papier de haute technologie doit être conservé dans de bonnes conditions d'archivage : température et humidité contrôlées, luminosité et manipulations réduites. Pour l'archivage à long terme de l'Andra, feuilles et boîtes à archives sont en papier permanent.

Boîtes mémoire 
Pour en savoir plus : Préserver la mémoire des centres de stockage


 

  
  
  

 

Page mise à jour le Mardi 15 Mars 2016 à 11h22