Aube        Manche       Meuse/Haute-Marne    
  

Prélèvements piézomètriques

Les piézomètres sont des forages de petite dimension, atteignant la nappe souterraine. Ils permettent de déterminer la hauteur de la nappe par rapport aux ouvrages de stockage, et d'assurer le suivi de la qualité des eaux à partir de prélèvements d'échantillons.

 

Quelques repères chronologiques

Entre 1967 et 1968, les premiers piézomètres du Centre de stockage de la Manche ont été installés (avant le début du stockage en 1969)

En 1976, une présence de tritium a été détectée dans les eaux de la Sainte-Hélène et dans la nappe souterraine. Cet incident a entraîné un renforcement de la surveillance du Centre et du contrôle des colis de déchets stockés. Des prélèvements d'échantillons ont été effectués pour mesurer la teneur de l'eau en tritium.

Entre 1991 et 1997, certains piézomètres ont été rebouchés pour assurer l'étanchéité du stockage et pour permettre la pose de la couverture. Ils ont été remplacés par d'autres, en périphérie de la zone de stockage.

 

La surveillance des eaux souterraines

Le plan de surveillance définit les modalités de contrôle du Centre et de son environnement. 73 piézomètres permettent le suivi des eaux souterraines : 60 piézomètres Andra sur le Centre et à la périphérie des ouvrages de stockage, complétés par 13 autres piézomètres appartenant à l'établissement Cogéma de La Hague. Le réseau piézométrique ainsi constitué permet d'effectuer une surveillance à des fréquences mensuelles, bimestrielles ou semestrielles.

 

Qu'est-ce que le tritium ?

Le tritium est la forme radioactive de l'hydrogène dont il possède les mêmes propriétés chimiques, physiques et biologiques. Le tritium, comme l'hydrogène, est très mobile. Il est produit en permanence sous l'effet du rayonnement cosmique. Il est également produit par toutes les activités nucléaires : les centrales, les activités militaires et le recyclage du combustible. Son rayonnement est de faible énergie et sa durée de vie est courte : au bout d'un peu moins de 13 ans, la moitié du tritium émis est désintégrée. Aujourd'hui, au Centre de stockage de la Manche, l'activité en tritium est de 190 terabecquerels (TBq), alors que le décret de création du Centre de l'Aube la fixe à 4000 terabecquerels sans décroissance.

 

Évolution de l'activité en tritium au Centre de stockage de la Manche de 1969 à 2008 (décroissance comprise)

Évolution de l'activité en tritium au Centre de stockage de la Manche de 1969 à 2008 (décroissance comprise)

 

  
  
  

Relevé piézométrique aux abords du centre de la Manche
Relevé piézométrique aux abords du centre de la Manche

 

Carte de l'implantation des piézométres du CSM (61 sur le site et 15 à l'extérieur)
Carte de l'implantation des piézométres du CSM (61 sur le site et 15 à l'extérieur)

 

Page mise à jour le Mercredi 18 Juillet 2012 à 14h22