Page 22 - Andra en Résumé

Version HTML de base

22
Bilan des déchets
À la fin de l’année 2010, il existait en France environ 1 320 000m
3
de déchets radioactifs. Les déchets
anciens ayant fait l’objet de modes de gestion historiques
(voir pages 20-21)
ne sont pas comptabilisés
dans les bilans présentés ici car ils ne sont pas destinés à être pris en charge par l’Andra.
Ces volumes correspondent aux déchets une
fois conditionnés, en colis dits « primaires », de
manière à pouvoir être entreposés et trans-
portés vers les centres de stockage.
Dans certains cas particuliers, comme le stoc-
kage profond par exemple, un conditionnement
complémentaire sera nécessaire avant que les
déchets puissent être stockés.
En France,
la production de
déchets radioactifs
représente l’équivalent
de
2
kg par an
et par
habitant
déjà produits
Volumes des déchets existants à fin 2010
Répartition par secteur économique
des déchets radioactifs existants à fin 2010
Électronucléaire
Recherche
Défense
Industrie non électronucléaire
Médical
59%
11%
3% 1%
26%
* Les déchets identifiés dans la catégorie DSF (déchets sans
filière) sont ceux qui n’entrent pour le moment dans aucune
des filières existantes ou à l’étude, en raison notamment de
leurs caractéristiques chimiques et physiques. Les études
concernant la gestion de ces déchets sont en cours.
Catégorie
Volume à fin 2010
(m
3
équivalent conditionné)
HA
2 700
MA-VL
40 000
FA-VL
87 000
FMA-VC
830 000
TFA
360 000
DSF*
3 600
Total général
~ 1 320 000
INVENTAIRE NATIONAL
des matières et déchets
radioactifs
20
12
Depuis les années 1970, l’usine AREVA-COMURHEX de Malvési (Aude) assure la conversion chimique
de concentrés d’uranium utilisés ensuite dans la fabrication de combustibles nucléaires. 600 000 m
3
de
résidus radioactifs, qui se présentent sous la forme de boues, ont été générés par cette activité indus-
trielle. Plusieurs milliers de m
3
de déchets de ce type sont encore produits chaque année. Des études sont
en cours afin de définir les caractéristiques de ces déchets et leur mode de gestion à long terme. Dans
la précédente édition de l’
Inventaire national
, ces résidus étaient comptabilisés dans les résidus miniers.
Ces déchets ne sont pas comptabilisés dans les bilans.