Les déchets radioactifs et les dispositions mises en œuvre pour les gérer



De nombreux secteurs d’activité utilisent les propriétés de la radioactivité et produisent chaque année, en France, l’équivalent de 2 kg de déchets radioactifs par habitant.
Après de nombreuses années de recherche, la France, comme la plupart des autres pays, a fait le choix de stocker ces déchets dans des centres industriels spécialement conçus à cet usage. Construits en surface ou sous terre, ils permettent d’isoler les déchets radioactifs de l’homme tant qu’ils présentent des risques, le temps que leur radioactivité diminue. 90 % des déchets radioactifs français bénéficient déjà de centres de stockage en surface. Pour les déchets à longue durée de vie,
un stockage en profondeur, dans une roche argileuse imperméable, est actuellement à l’étude.
Pour optimiser à l’avenir la gestion des déchets radioactifs, de nombreuses recherches sont menées afin de mettre au point des solutions qui permettraient de faciliter leur stockage en réduisant par exemple leur durée de vie ou leur toxicité.



  • Le transport des déchets

    Les déchets radioactifs sont transportés dans des camions ou des trains spéciaux à l’aide de conteneurs étanches conçus et homologués pour résister à des accidents violents (collision à grande vitesse, incendie, chute, immersion dans l’eau).
    Ces transports obéissent à une réglementation nationale et internationale. Aucun transport n’est autorisé ou réceptionné sans la remise d’un dossier de contrôle complet.
    Enfin, tout transport peut être interrompu en cours de route au moindre manquement constaté.
  • Le traitement et le conditionnement des déchets

    Afin d’empêcher la dispersion des substances qu’ils contiennent et de faciliter leur manipulation sans risques, les déchets sont traités puis conditionnés, c’est-à-dire emballés dans des conteneurs, selon des critères techniques bien spécifiques. En fonction du type de déchets, ces conteneurs peuvent être en métal ou en béton. Avant d’y être enfermés, les déchets peuvent être incorporés dans un matériau solide, généralement du béton, ou du verre pour les plus dangereux.
  • Le traitement et le conditionnement des déchets

    Afin d’empêcher la dispersion des substances qu’ils contiennent et de faciliter leur manipulation sans risques, les déchets sont traités puis conditionnés, c’est-à-dire emballés dans des conteneurs, selon des critères techniques bien spécifiques. En fonction du type de déchets, ces conteneurs peuvent être en métal ou en béton. Avant d’y être enfermés, les déchets peuvent être incorporés dans un matériau solide, généralement du béton, ou du verre pour les plus dangereux.
  • Le stockage profond, pour 2025

    Un centre de stockage profond, à environ 500 m sous terre, est aujourd’hui à l’étude pour les déchets les plus radioactifs et ayant des durées de vie longues, issus principalement du retraitement des combustibles nucléaires usés.
    Ce stockage pourrait voir le jour en France en 2025, à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, dans une couche d’argile imperméable et stable vieille de 160 millions d’années.
    L’argile sert ainsi de barrière naturelle, permettant d’isoler les déchets pendant de longues périodes de temps.
    Conçu pour être exploité pendant environ 100 ans, ce stockage est prévu pour être réversible pendant toute cette période afin de permettre aux prochaines générations de prendre part aux décisions concernant le devenir du stockage et de récupérer les colis si elles le souhaitent.
  • Le stockage profond, pour 2025

    Un centre de stockage profond, à environ 500 m sous terre, est aujourd’hui à l’étude pour les déchets les plus radioactifs et ayant des durées de vie longues, issus principalement du retraitement des combustibles nucléaires usés.
    Ce stockage pourrait voir le jour en France en 2025, à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, dans une couche d’argile imperméable et stable vieille de 160 millions d’années.
    L’argile sert ainsi de barrière naturelle, permettant d’isoler les déchets pendant de longues périodes de temps.
    Conçu pour être exploité pendant environ 100 ans, ce stockage est prévu pour être réversible pendant toute cette période afin de permettre aux prochaines générations de prendre part aux décisions concernant le devenir du stockage et de récupérer les colis si elles le souhaitent.
  • L’entreposage en attente

    Les déchets radioactifs pour lesquels les centres de stockage adaptés sont encore à l’étude sont entreposés provisoirement dans des installations spécifiques, le plus souvent sur les sites où ils sont produits.
  • Les producteurs de déchets

    Depuis la découverte de la radioactivité, ses propriétés sont utilisées dans de nombreuses applications. Il existe ainsi beaucoup de secteurs à l’origine de la production de déchets radioactifs.
    De l’industrie électronucléaire à la médecine, en passant par la recherche, la Défense nationale ou l’industrie classique, la France compte près de 1 000 sites sur lesquels sont produits des déchets radioactifs.
  • Le stockage de surface

    Les déchets très faiblement radioactifs, ou ayant une durée de vie courte, c’est-à-dire qui ne présenteront plus de risque au bout de quelques centaines d’années, sont stockés dans des centres construits en surface. Ils représentent 90 % des déchets radioactifs produits en France.
    Il existe trois centres en France.
    Le premier, créé il y a 40 ans dans le département de la Manche, est aujourd’hui fermé et surveillé, ce qui permet de suivre son évolution.
    Deux autres centres existent dans le département de l’Aube et seront également surveillés pendant 300 ans.
    C’est l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) qui est responsable de l’exploitation de ces centres et de leur surveillance.

TRI SÉLECTIF - LE JEU

Tu veux jouer avec moi ?

next_rub