Focus sur la radioactivité

L'Andra est chargée de la gestion à long terme des déchets radioactifs produits en France, et étudie la possibilité d'implanter un centre de stockage géologique dans la région où se situe l'Ope. Pour cela, un programme de recherche spécifique d'observation de la radioactivité a été défini sur ce territoire, en amont de l'implantation d'un stockage et afin d'en assurer le suivi sur le long terme.

Voir aussi le site internet développé par l'Andra :http://www.dechets-radioactifs.com/

Rappel

La radioactivité que l'on mesure dans l'environnement provient de différentes sources :

  • La radioactivité naturelle présente dans les roches de l'écorce terrestre depuis la formation de la Terre. On trouve dans cette catégorie de l'uranium, du thorium et leurs descendants, dont le radon qui passe dans l'atmosphère et du potassium-40.
  • La radioactivité émise par le rayonnement cosmique qui produit principalement du carbone 14 amené à passer dans la végétation. La principale source de radioactivité naturelle est un gaz rare, le radon issu de la chaîne de désintégrations de l'uranium.
  • La radioactivité artificielle issue des retombées de Tchernobyl, d'essais nucléaires, etc.

L'IRSN a publié en 2009 un « Bilan de la surveillance radiologique de l'environnement en France », disponible sur le site Internet www.irsn.fr.

Surveillance radiologique de l'environnement en France

L'homme est soumis à une radioactivité présente naturellement dans la nature (la radioactivité tellurique, et la radioactivité cosmogonique) et à une radioactivité d'origine artificielle (retombées de Tchernobyl, d'essais nucléaires...).

Objectif

Depuis la création de l'Ope, plusieurs campagnes de mesure de la radioactivité ont été menées afin de distinguer le bruit de fond radiologique naturel et artificiel de la zone Ope, et d'en caractériser plus précisément la nature, l'importance et l'origine. Tous les compartiments de l'environnement sont analysés dans le cadre de ces campagnes: sol-pédosphère, milieu aquatique-hydrosphère, atmosphère, biosphère.

Les campagnes de mesures au sein de la zone Ope

A la demande du Comité Local d'Information et de Suivi (CLIS), un suivi radiologique des eaux souterraines et superficielles est réalisé depuis 2002 par le Laboratoire de recherche souterrain du Centre Meuse/Haute-Marne de l'Andra.

En 2008, un premier état de référence radiologique a été réalisé au sein de la zone Ope par le laboratoire Subatech, Nantes. Cette campagne de mesures de l'Ope a porté sur :

  • les sols
  • les eaux
  • la chaîne alimentaire (blé, colza, lait, fromage, œufs, chou)
  • des bio-indicateurs (feuilles de hêtre, mousse terrestre bryophytes, lichens).

Ce premier état de référence sur la zone Ope a permis de mesurer dans l'environnement des éléments radioactifs naturels (cosmogéniques, telluriques) et artificiels (retombées de Tchernobyl, et essais nucléaires). Les valeurs enregistrées sont compatibles avec les valeurs publiées par l'IRSN dans le cadre des synthèses annuelles des résultats des réseaux de surveillance.

Campagne 2011

Cet état de référence radiologique est approfondi en 2011 avec la mise en œuvre de nouvelles campagnes de mesures à des seuils bas niveaux en partenariat avec l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN). Dans ce cadre, l'Andra et l'IRSN ont signé un accord de collaboration d'une durée de trois ans (2010-2013) et qui se compose de 6 volets :

  • Synthèse bibliographique des données disponibles sur l'état radiologique du quart Nord-est de la France
  • Etude des sols
  • Etude de l'eau de pluie et des aérosols
  • Etude des sédiments et des matières en suspension
  • Etude des matrices biologiques,
  • Etude des verses (matériaux géologiques excavés lors du creusement des galeries souterraines).

La stratégie d'échantillonnage a été définie par les équipes techniques de l'IRSN et de l'Andra en 2010. L'année 2011 est consacrée aux prélèvements, et l'année 2012 sera dédiée aux analyses. Les rapports d'analyse et d'interprétation des résultats seront rédigés courant 2013.

Retour en haut de page