Ecothèque

L'Andra a mis en service en 2014 une banque d’échantillons environnementaux appelée « Ecothèque », sur la commune de Bure (55). La plupart des échantillons prélevés dans le cadre de l'OPE seront conservés pendant au moins 100 ans dans cette infrastructure unique en France.

Préserver la mémoire de l'environnement

L'Ecothèque a pour objectif de conserver sur le long terme un maximum d’échantillons prélevés dans le cadre de l'Observatoire Pérenne de l'Environnement (OPE). Cette installation doit permettre de garantir la traçabilité et l'intégrité des échantillons pendant une période d'au moins cent ans. Il s'agit de conserver les échantillons permettant de définir l'état de référence initial du site où sera implanté Cigéo, le futur stockage profond de déchets radioactifs en Meuse/Haute-Marne.

« L'état de référence » représente la mémoire environnementale du site et est constitué de campagnes de prélèvement d'échantillons environnementaux sur une période totale de 10 ans (2007-2017). Pendant la phase d'exploitation de Cigéo et lorsque le site sera fermé, d'autres prélèvements seront réalisés afin de réaliser un suivi de cet état de référence.

ecotheque

 vue sud-ouest de l’Ecothèque sur la commune de Bure (55)

Prélever les échantillons

Les échantillons prélevés auront deux origines potentielles. Certains échantillons seront prélevés directement au sein de l’environnement pour en caractériser la qualité et en préserver la mémoire tandis que d’autres échantillons seront prélevés dans le cadre de programmes de recherche spécifiques pour participer exclusivement à la recherche scientifique.

 

Conserver les échantillons

L'Ecothèque de l'Andra offrira trois modes de conservation des échantillons en fonction de leur nature et en fonction des objectifs analytiques qui leur sont associés :

  1. une conservation cryogénique inférieure à -170°CC
  2. une conservation en surgélation à -80°C
  3. une conservation en sec à 18°C, dans une pédothèque.

De nombreux types d'échantillons environnementaux pourront être stockés. Il est en effet prévu de conserver une grande variété d'échantillons issus de la zone d’étude de l'OPE, qu'ils soient biotiques ou abiotiques, ou qu'ils proviennent de différents écosystèmes (forêt, prairie, culture, milieu aquatique, chaîne agro-alimentaire).

La conservation des échantillons est garantie à très long terme par le choix du mode de conservation mais aussi par le choix des équipements dont la durée de vie opérationnelle est d'au moins 30 ans. Il s'agit notamment de la cryogénie, avec l’utilisation de cuves cryogéniques, qui permettront de conserver les échantillons dans la phase gazeuse de l'azote liquide, très longtemps et sans altérer leur intégrité et leur composition. L'objectif est de pouvoir disposer de séries longues d'échantillons parfaitement préservés.

La capacité maximum d'archivage des échantillons est unique au monde puisque l'écothèque en combinant 3 modes de conservation permettra in fine de conserver :

  • 60 tonnes d'échantillons secs répartis dans les 1728 mètres linéaires de la pédothèque,
  • 4 tonnes d'échantillons cryogénisés, stockés dans 42 cuves,
  • 7 tonnes d'échantillons conservés en surgélation dans 12 surgélateurs.

Pedotheque

Pédothèque

 

Cuves cryogeniques

Cuves cryogéniques

 

surgelateurs

Surgélateurs

 

Ces échantillons seront réceptionnés, traités, conditionnés et conservés dans une « zone process » de 1000m².

Tout le processus de réception, traitement et conditionnement des échantillons est basé sur des procédures de haute qualité et des protocoles standardisés. La qualité des équipements doit être combinée à des protocoles opératoires de qualité et rigoureux. Une salle propre de Classe ISO 4 permettra également l'analyse d'ultra-traces dans les échantillons conservés en voie cryogénique.

 

Des objectifs industriels et scientifiques ambitieux et complémentaires

L'écothèque constitue une infrastructure qui permettra de répondre à des objectifs industriels liés au projet Cigéo mais aussi à des objectifs scientifiques cruciaux dans le domaine de la recherche en environnement. Elle permettra d'archiver les échantillons de l'OPE, de réaliser des analyses rétrospectives mais aussi de mener des études permettant :

  • de contribuer à la surveillance de l’environnement ;
  • d’améliorer la définition de niveaux de référence dans des environnements critiques soumis à l'augmentation de la pression anthropique ;
  • de conserver la chimiodiversité des compartiments de l'environnement observés ;
  • de perfectionner la compréhension de l'évolution à long terme de la chimiodiversité des compartiments de l'environnement observés ;
  • de favoriser l'identification de l'émergence de nouveaux contaminants ;
  • d'évaluer rétrospectivement la qualité de l'environnement par l'utilisation de stratégies d'analyse plus fines et développées dans l'avenir.

 

Une infrastructure unique en France et dans le monde

L'Ecothèque de l'Andra s'inscrit dans la lignée des banques d’échantillons environnementaux les plus développées au monde, telles que celles du NIST (National Institute of Standards and Technology) aux Etats-Unis et de Fraunhofer en Allemagne. Depuis plus de 30 ans, la conservation des échantillons environnementaux dans des infrastructures dédiées fait l'objet de nombreuses études scientifiques. L'importance de disposer de longues séries d'échantillons environnementaux au travers d'équipements garantissant d'excellentes conditions de conservation est désormais reconnue par la communauté scientifique et les acteurs publics. Seul ce type d'équipement permet de garantir un suivi environnemental à long terme. Depuis 2009, l'Andra est intégrée dans le réseau international des écothèques et travaille en partenariat avec l'Université de Pau et des Pays de l'Adour sur cette problématique.

 

Retour en haut de page