Réseau de suivi des eaux

Depuis 2007, l'Andra effectue un suivi de la qualité des eaux sur l'ensemble de la zone OPE. En 2011, en collaboration avec le Laboratoire National de Métrologie et d'Essais (LNE) et l'Agence de l'Eau Seine Normandie (AESN), un réseau de suivi des eaux superficielles et souterraines a été mis en place, afin de mesurer la qualité de l'eau, et évaluer l'état écologique et chimique des différentes masses d'eau conformément à la règlementation.

Eaux superficielles

Contexte

Les cours d'eau les plus importants de la zone OPE sont :

  • la Marne à l'Ouest
  • l'Ornain à l'Est, affluent de la Marne.

Parmi les cours d'eau secondaires on peut citer d'Ouest en Est :

  • la Saulx,
  • l'Orge,
  • l'Ormançon,
  • la Barboure,
  • au Sud, le Rongeant, affluent de la Marne,
  • au Sud-Ouest l'Ognon, qui forme l'Ornain, à sa confluence avec la Maldite au Sud de Gondrecourt-le-Château.

La zone OPE est également traversée par le canal de la Marne au Rhin.

Parmi les multiples domaines de l'environnement étudiés, la qualité de l'eau représente souvent le premier témoignage de la qualité de l'environnement du fait de son rôle dans le transport de polluants dans l'environnement, quelles que soient leur nature et leurs concentrations. La surveillance de l'eau fait, d'ailleurs, l'objet d'une réglementation rigoureuse (contrôles et mesures de protection), justifiée par son rôle important dans la chaîne alimentaire (prélèvement d'eau potable, irrigation...).

Dispositif

Au delà de la surveillance réglementaire réalisée par le Centre de Meuse/Haute-Marne de l'Andra sur les eaux superficielles, un premier réseau de surveillance des paramètres quantitatifs et qualitatifs des eaux a été mis en place d'octobre 2007 à décembre 2008 sur la zone OPE au niveau de 16 points en eaux de surface répartis sur les rivières de la Saulx, de l'Orge, de l'Ornain, de l'Ormançon, de la Maldite et du canal de la Marne au Rhin. Ce suivi des eaux (chimique et biologique) avait été complété par des mesures sur des sédiments et des bryophytes.

En 2010, l'Andra a réalisé en collaboration avec le Laboratoire National de Métrologie et d'Essais (LNE) une expertise de la variabilité spatiotemporelle de la qualité des eaux afin de définir un réseau de suivi permettant de surveiller la qualité des eaux du secteur de référence OPE. Ce nouveau réseau qui se compose de 17 stations a été mis en place en 2011 avec le partenariat de l'Agence de l'Eau Seine Normandie (AESN) afin d'intégrer les réseaux nouvellement définis en application de la Directive Cadre sur l'Eau (DCE) et appliquer les programmes d'analyses pour non seulement répondre aux objectifs de surveillance de l'Andra mais également permettre l'évaluation de l'état écologique et chimique des différentes masses d'eau selon les critères de la DCE.

La sélection de ces stations a été effectuée afin d'assurer un suivi de la qualité de l'eau de l'amont à l'aval du secteur de référence OPE en intégrant :

  • l'expertise de la variabilité spatio-temporelle des paramètres physico-chimiques et des micropolluants sur les 3 sous-bassins (Orge, Ornain, Saulx),
  • les différentes pressions anthropiques sur la zone d'étude (agricoles, artisanales, urbaines, industrielles futures, etc.),
  • l'existence sur le bassin de stations de type RCS (Réseau de contrôle de surveillance), RCO (Réseau de contrôle opérationnel) ou RCB (Réseau complémentaires de bassin) de l'Agence de l'eau Seine Normandie (AESN).

Carte de suivi des eaux superficielles

Carte de suivi des eaux superficielles

Résultats remarquables

La qualité des cours d'eau est principalement marquée par les teneurs en nitrates qui selon les stations conduisent à une qualité évoluant de bonne à médiocre. Cette situation est essentiellement liée au contexte agricole de la zone d'étude. Les stations les moins impactées sont localisées en tête du bassin versant de l'Ornain, la période estivale étant la plus favorable, du fait du couvert végétal qui assimile et limite le lessivage des nitrates. La qualité bactériologique des stations étudiées est très variable et évolue entre médiocre et très bonne. Cette qualité très bonne reste toutefois réservée à la station localisée sur le Canal de la Marne au Rhin. La qualité bactériologique des stations est liée à des rejets d'effluents domestiques non ou partiellement traités et à l'accès du bétail aux cours d'eau. La qualité micropolluant (micropolluants organiques hors pesticides et micropolluants métalliques ) est généralement bonne voire très bonne, elle reste toutefois impactée ponctuellement par des teneurs en éléments métalliques qui la déclasse d'un ou deux rangs par rapport aux seuils fixés par «le bon état écologique» défini par la Directive Cadre sur l'Eau. Les éléments métalliques concernés sont le zinc, le cuivre et le chrome. L'origine anthropique de ces contaminations ponctuelles dans le temps et l'espace est fortement suspectée. Il est à noter que les métaux détectés ne se retrouvent pas dans les bryophytes analysés simultanément, indiquant leur faible biodisponibilité. Vis-à-vis des pesticides, la qualité des eaux est constamment très bonne sur l'ensemble des stations. Des traces de molécules phytosanitaires, liées au contexte agricole, sont toutefois détectées, sans remettre en cause cette très bonne qualité. Les analyses de métaux sur bryophytes mettent en évidence une qualité généralement très bonne marquée ponctuellement par des déclassements liés à la présence de nickel, mercure ou cuivre Ces contaminations sont aléatoires dans le temps, sans lien particulier entre les stations considérées.

Concernant les facteurs engendrant les dégradations observées, plusieurs hypothèses sur les origines sont possibles :

  1. Une origine superficielle résultant des activités anthropiques recensées sur la zone OPE : activités agricoles (cultures et élevages) source de nitrates, de pesticides, de métaux et de matières organiques favorisant le développement bactérien, pollution pouvant également provenir des rejets domestiques (absence d'unité de retraitement des eaux usées sur certaines communes) ; activités industrielles anciennes ou actuelles (ancien chemin de fer sur le bassin versant de l'Ornain; ancienne fonderie sur la Saulx) pouvant expliquer la présence de certains micropolluants métalliques (cuivre, nickel, plomb...).
  2. Une origine souterraine provenant à la fois de la nappe, qui peut apporter des nitrates et des pesticides lorsqu'elle participe au débit des cours d'eau, et du fond géochimique pouvant expliquer certaines pollutions par les micropolluants (arsenic et zinc notamment).

L'influence sur la qualité des cours d'eau est conditionnée par les caractéristiques hydrologiques et des facteurs climatiques.

Eaux souterraines

Dispositifs

Les eaux souterraines de la zone OPE font déjà l'objet de nombreux suivis analytiques dans la cadre de la surveillance des AEP (RNSISEAU Réseau National de Suivi au titre du contrôle Sanitaire sur les eaux brutes utilisées pour la production d'eau potable) et de la surveillance des eaux par le CMHM sur plusieurs forages Andra.

Dans le cadre de la refonte pour 2011 du suivi des eaux souterraines de la zone OPE, 7 forages ont été sélectionnés en fonction de leur situation géographique pour assurer une surveillance de l'évolution de la qualité des eaux mais également aider à l'étude de la compréhension des transferts avec les eaux superficielles. Le choix des paramètres et la fréquence des analyses sont calés en cohérence avec les programmes de contrôle nouvellement définis dans le cadre de la DCE. Toutes ces données sur les eaux seront intégrées aux bases de données de l'AESN et du BRGM.

Carte de suivi des eaux souterraines

Carte de suivi des eaux souterraines

Résultats remarquables

Les analyses des eaux souterraines mettent en évidence une situation contrastée concernant l'importance des contaminations en pesticides. Ainsi, les forages de la plateforme du Centre Meuse/Haute-Marne et le forage de la côte de Blussey voient la qualité de leur état patrimonial évoluer de bonne (eau de composition proche de l'état naturel, mais détection d'une contamination anthropique) à très mauvaise (dégradation très importante par rapport à l'état naturel). La molécule la plus impactante est le Diuron (matière active de type herbicide). Cette situation résulte de la fragilité de l'aquifère des calcaires du Barrois (milieu karstique en contact rapide avec les eaux de surface) par rapport aux activités anthropiques de surface.

Logo de l'Agence de l'Eau Seine-NormandieLogo du Laboratoire National de Métrologie et d'Essais

Retour en haut de page