Historique de l'occupation des sols

Objectif

Ce stage de quatre mois à l'OPE avait pour objectif de réaliser une étude paysagère approfondie sur un secteur donné autour du Centre de Meuse/Haute-Marne. L'enjeu était de comprendre le paysage tel qu'il est aujourd'hui et ses dynamiques récentes. Il s'agissait de pouvoir déterminer les changements d'occupation des sols ainsi que les mutations socio-économiques existantes depuis Napoléon Ier à nos jours afin de récréer les évolutions paysagères qui ont marqué le territoire. Cette étude paysagère a permis de mieux comprendre les dynamiques territoriales qui s'opèrent actuellement sur le plateau du Barrois. Ce territoire connaît une véritable déprise économique et démographique depuis la seconde moitié du 20e siècle. Il reste très peu d'activités sur le secteur d'étude, et la population s'est littéralement vidée en un siècle.

Contexte

Le 19e siècle se caractérise à l'échelle nationale comme le siècle du départ de la transition démographique, du maximum démographique des campagnes françaises. Cette situation vécue dans le Sud meusien au milieu des années 1840 et suivie par une diminution continue de la population. Il est donc pertinent de réaliser un premier état des lieux paysager et humain autour de ce maximum démographique alors que la « campagne est pleine ». Entre ce maximum démographique et la période actuelle, le paysage agricole a aussi été bouleversé par le phénomène de remembrement provoqué notamment par la mécanisation de l'agriculture et la déprise démographique. Les années, ou plutôt les décennies du remembrement des campagnes ont bouleversé les mutations des faciès agraires. Certaines communes du Sud meusien ont connu un remembrement parfois même très tardif (Montiers-sur-Saulx en 1970).

Auteur

Fabien KOBYLARZ (Université Nancy-2)

Durée

4 mois en 2010.

 

Retour en haut de page