Biomasse forestière

Résumé

Une thèse a été menée sur la quantification de la biomasse forestière par modélisation et l'analyse des risques à long terme d'une généralisation des exploitations totales de biomasse dans les Chênaies/Hêtraies de plaine. Cette thèse conduite sous la responsabilité du CIRAD et soutenue par l'Andra s'est appuyée sur des données forestières de la zone OPE et plus particulièrement sur le site expérimental de Montiers-sur-Saulx. Ces travaux ont montré que de la production de biomasse du peuplement était peu sensible au type de sol.

Cependant, l'analyse des éléments minéraux contenus dans l'arbre montre des gradients de concentration en lien avec les caractéristiques du sol. Au niveau de la production de biomasse, il apparait que les peuplements utilisent la ressource minérale d'autant plus efficacement que celle-ci est limitée, ce qui permet à la production ligneuse de rester constante dans les différents cas de figure étudiés. Les résultats obtenus le long de la pédoséquence associés aux équations de biomasse développées dans le cadre de cette étude ont été utilisés à plus grande échelle pour simuler la réponse des sols de l'OPE à des scénarios contrastés. Il en ressort des recommandations concernant les «bonnes pratiques» s'appliquant à la gestion forestière en conditions variables de fertilité (limiter l'exportation des rémanents de certaines parcelles forestières, adapter la fréquence de mise en exploitation...).

Auteur

Astrid GENET

Durée

2008-2011

Partenaires

INRA Nancy, CIRAD, Université de Munich

 

Retour en haut de page