Accueil

  

L'expérience du passé


La mémoire du Moyen Âge
Pour réfléchir à la conservation d'un patrimoine sur une échelle millénaire, l'Andra s'intéresse à la préservation des manuscrits du Moyen Âge via des partenariats avec des organismes spécialisés. Ils permettent à l'Andra d'analyser comment et pourquoi des archives et ouvrages du passé ont été conservés au fil des siècles, mais aussi quelle part de ce passé subsiste encore, et quelles sont les causes des dégradations et des destructions du patrimoine. Ces analyses permettent à l'Andra de conforter ses choix.

Patrimoine de l'Académie française
L'Académie française, fondée en 1635 par le Cardinal de Richelieu, se compose de 40 membres élus par leurs pairs. Depuis sa fondation, elle a reçu en son sein plus de 700 membres. Une de ses missions est d'éditer le dictionnaire officiel de la langue française dont la première édition fut publiée en 1694 et la dernière en 1992. La neuvième édition est en cours de publication. L'Académie française s'est organisée dès sa création pour structurer et transmettre son patrimoine.

Les académiciens doivent leur surnom d'immortels à la devise "À l'immortalité" donnée à l'Académie par son fondateur, le cardinal de Richelieu.
 
En presque quatre siècles d'existence, elle a su :

  • maintenir ses institutions qui ont fonctionné avec régularité (hormis l'interruption de 1793 à 1803, mais sans destruction d'information),
  • préserver et transmettre l'intégralité de ses connaissances comme, par exemple, les dossiers de chacun de ses membres ou tous les travaux réalisés sur chacune des neuf éditions du dictionnaire.

 

 

  
  
  

Pierre Comestor, Histoire scolastique 13è s., Evangile de Luc
Manuscrit du Moyen Âge : Pierre Comestor, Histoire scolastique 13è s., Evangile de Luc 



A l'immortalité
A l'immortalité

Page mise à jour le Vendredi 20 Juillet 2012 à 15h06