Aller au contenu principal

Echanges à l’échelle européenne

Le GMF (group of European municipalities with nuclear facilities) et l’ENWD (European local Network of radioactive waste dialogue), associations regroupant les communes européennes possédant des installations nucléaires, se sont retrouvés à Bure le 12 juin pour échanger sur la gestion des déchets radioactifs.

le maire de Fessenheim, Claude Brender, visitant le Laboratoire souterrain à l'occasion de la viiste de GMF

Le GMF et l’ENWD se sont donnés rdv au CMHM le 12 juin ; ces associations ont réuni une trentaine de participants venus de Hongrie, Suède, Espagne, Slovaquie et Royaume-Uni. Au programme : plusieurs échanges entre les délégations et les élus locaux de Meuse et de Haute-Marne sur la gestion des déchets radioactifs et, plus globalement, sur les liens entre les installations nucléaires présentes sur un territoire et la population environnante.

Après une présentation du maire de Fessenheim, Claude Brender, sur le démantèlement des centrales nucléaires et ses répercussions sur le tissu local, plusieurs exposés se sont succédés : la gestion des déchets radioactifs en France et le projet Cigéo, les projets de la communauté de communes des Portes de Meuse ainsi que le rôle et les missions du Clis. Des échanges nourris ont conclu à la nécessité, pour toutes les parties prenantes, de participer de concert à la gestion des déchets hautement radioactifs et au développement socio-économique du territoire qui y est associé. Plusieurs représentants de la Communauté de communes des Portes de Meuse, notamment Stéphane Martin, son président, ont réaffirmé l’importance du bon dialogue entre les établissements liés au nucléaire et le tissu local.

« L’intérêt de cette rencontre avec l’Andra et les élus du territoire permet de voir comment chaque pays communique sur le sujet des déchets nucléaires, » explique Teresa Duràn, conseillère municipale dans la délégation espagnole. Agnès Hegyi, conseillère municipale de Kisnemedy, en Hongrie, ajoute : « c’est également intéressant de voir comment, en France, les municipalités et la population voient l’activité nucléaire sur leur sol. » La journée s’est achevée avec la visite des installations de surface.

Groupe GMF en visite au CMHM le 12 juin 2019
Partager cette page