Aller au contenu principal

Le nouveau centre de formation à Montiers-sur-Saulx : un atout pour les jeunes

Un nouveau centre de formation, porté par la fédération des Maisons familiales rurales, s’installe dans les locaux de l’ancien collège de Montiers-sur-Saulx.

Il va permettre de former jeunes et adultes de la région aux nombreux métiers qui accompagneront le développement du projet Cigéo, si celui-ci reçoit son autorisation de création. Explications.

« Ici, la population est très rurale, répartie dans de nombreux petits villages, rappelle Laurent Philouze, vice-président de la communauté de communes des Portes de Meuse. Faire 40 km pour se former n’est pas à la portée de tous, et le taux de chômage est important. » Comment permettre aux jeunes et aux moins jeunes, même éloignés de l’emploi, d’acquérir de nouvelles compétences, d’apprendre de nouveaux métiers sans quitter le territoire ? Comment les aider à bénéficier de l’opportunité que représente un projet industriel comme Cigéo avec de nombreux emplois à la clé (jusqu’à 2 000 emplois atteint pendant la phase de construction et environ 600 en exploitation) ?

Le nouveau centre de formation et de promotion (CFP) de Montiers-sur-Saulx va permettre de résoudre cette double équation. Conçu et financé dans le cadre du projet de développement du territoire, il s’appuie sur un réseau solide et original, celui des Maisons familiales rurales.

Au plus près des personnes et des besoins

Hébergé dans l’ancien collège de Montiers-sur-Saulx, aujourd’hui occupé par le siège de la communauté de communes (qui déménagera à terme), le centre pourra accueillir plusieurs groupes de stagiaires. « Dans un premier temps, nous allons plutôt nous focaliser sur des formations courtes, de trois à six mois, explique Claude Hugo, président du nouveau centre. Grâce à un financement de la Région, nous allons par exemple accueillir douze demandeurs d’emploi afin de les accompagner dans leur projet professionnel pendant un trimestre. Mais plus tard, nous proposerons des cursus plus longs, en internat. » Ici, l’apprentissage s’appuiera avant tout sur l’expérience, via des stages en entreprise. « Notre objectif est d’offrir des clés pour trouver un emploi », insiste Claude Hugo. Si certaines formations permettent d’obtenir un diplôme (CAP…), d’autres, plus courtes, donneront lieu à une attestation de compétences spécifiques, très utile sur un CV.

Des emplois dans plusieurs secteurs

La carte détaillée des formations n’est pas encore fixée. Elle sera constituée prochainement avec la directrice du centre, les familles, ainsi qu’avec les partenaires (EDF, ORANO, l’Andra, la fédération régionale des Maisons familiales rurales et la communauté de communes des Portes de Meuse) qui se sont engagés à soutenir financièrement le centre pendant deux ans. Les besoins sont variés dans le BTP (conducteurs d’engins, électriciens, opérateurs de maintenance…) mais ils concernent également les services à la personne, afin de préparer l’accueil de population supplémentaire qu’entraînera Cigéo. « Toutes sortes de petites entreprises vont avoir besoin de personnel formé si elles veulent participer au développement économique du territoire », résume Laurent Philouze. Dans les prochains mois, la petite équipe du CFP va rencontrer les missions locales ainsi que les centres de Pôle emploi qui seront chargés des inscriptions et de monter les dossiers de prise en charge. Des campagnes d’information et de sensibilisation seront également menées dans les collèges et lycées.

Profitez au mieux du haut débit !

Dans la cadre du projet de développement du territoire (PDT), la fibre est en cours de déploiement. Dans les villages, le CFP proposera d’ici la fin de l’année des petits ateliers de formation au numérique et à ses nouveaux usages, ouverts à tous.

Partager cette page