Aller au contenu principal

La fonderie du Val d’Osne sélectionnée par la Mission Stéphane Bern

L’ancienne fonderie d’art du Val d’Osne, propriété de l’Andra, fait partie des 270 sites retenus par la Mission Stéphane Bern – Fondation du Patrimoine. Un projet de sauvegarde de ce site emblématique du patrimoine industriel haut-marnais a été engagé par l’Agence en collaboration avec le territoire.

L’Andra acquiert la fonderie d’art du Val d’Osne en 2014, à l’état de friche industrielle, dans le cadre de sa démarche d’acquisitions foncières. L'Agence se mobilise alors pour préserver cet élément important du patrimoine industriel local. L’agence a pu compter sur les compétences et le soutien financier de partenaires du territoire.

Les travaux de réhabilitation commenceront d’ici quelques mois par la mise en sécurité et le nettoyage du site. Puis, ils s’attacheront à mettre en valeur les trois bâtiments plus particulièrement concernés par le projet de sauvegarde : le haut-fourneau, le pavillon et la centrale électrique.

 

 

À noter : si la Fonderie d’Osne-le-Val a été repérée par la Mission Stéphane Bern, elle ne fait pas partie des 17 sites français sélectionnés comme bénéficiaires des fonds recueillis via le Loto du Patrimoine de septembre prochain.

Créée en 1836, la fonderie du Val d’Osne a été l’une des plus importantes fonderies d’art françaises jusqu’au début du XXe siècle. Fontaines Wallace, candélabres Guimard du métro parisien, Pégases du Pont Alexandre-III,… ces fontes d’art sont encore présentes dans le paysage urbain d’une cinquantaine de pays. À son apogée, la fonderie proposait jusqu’à 50 000 modèles.

Encore partiellement exploité par la Générale d’hydraulique et de mécanique (GHM) jusqu’en 1986, le site est inscrit à l’inventaire des monuments historiques en 1993 mais ne pas fait l’objet d’une remise en état.

Partager cette page