Aller au contenu principal

Panorama international

Tous les pays qui utilisent les propriétés de la radioactivité sont confrontés à cette même problématique : la gestion des déchets, dont certains resteront radioactifs pendant plusieurs milliers d'années.

À chacun son organisation

Bien que chaque pays s’oriente ou ait adopté la solution du stockage dans des installations sûres, les modes de gestion dépendent de plusieurs facteurs :

  • La classification des différents types de déchets : Selon les pays, les déchets sont classés selon leur niveau d’activité (très faible, faible, moyen ou haut) et leur durée de vie (courte ou longue) ou encore selon leur capacité à dégager de la chaleur.
  • Les méthodes de traitements : Selon que les déchets issus du combustible des centrales nucléaires sont recyclés ou pas.
  • Le contexte géologique : argile, granite, sel, calcaire…

 

Stockage géologique des déchets les plus radioactifs

Le stockage géologique est reconnu à l’international comme la solution de référence pour gérer les déchets radioactifs les plus dangereux et à vie longue. Si tous les pays ne sont pas au même stade d’avancement, tous progressent et certains s’apprêtent à franchir des étapes importantes.

Stockage des déchets de faible et moyenne activité

Le stockage des déchets de faible et moyenne activité (FMA) est principalement envisagé en surface ou à faible profondeur. Quelques pays ont fait le choix de stocker ces déchets dans un stockage géologique.

AFRIQUE DU SUD

Les déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont stockés en surface sur le site de Walputs.

 

ALLEMAGNE

Le stockage des déchets radioactifs de faible et moyenne activité dans l'ancienne mine de sel de Asse s’est arrêté en 1978. Le gouvernement a autorisé en 2009 leur stockage dans une ancienne mine de fer, sur le site de Konrad. Les premiers colis y seront stockés au plus tôt en 2027.

 

BELGIQUE

Un stockage en surface pour les déchets radioactifs de faible ou moyenne activité à vie courte est prévu sur le site de Dessel (province d'Anvers). Une mise en service est envisagée à l'horizon 2024.

 

BULGARIE / ROUMANIE /LITUANIE

Des projets de centres de stockage de surface pour les déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont en cours, sur le modèle du Centre de stockage de l'Aube de l'Andra.

 

BRÉSIL

Des pré-études sont en cours pour la construction de stockages de surface pour les déchets radioactifs de faible et moyenne activité, sur le modèle du Centre de stockage de l'Aube de l'Andra.

 

CANADA

Un projet de centre de stockage géologique est en cours, à 600 m de profondeur, dans une formation argilo-calcaire, à proximité de la centrale de Bruce en Ontario. Il est dédié aux déchets de faible et moyenne activité à vie longue produits par les réacteurs nucléaires. Un second projet de stockage est envisagé en sub-surface pour les déchets radioactifs de faible activité hérités des activités de recherche du site du Laboratoire national de Chalk River à Ottawa.

 

CHINE

Deux centres de stockage en surface sont en fonctionnement pour les déchets radioactifs de faible et moyenne activité : l'un implanté à proximité d’une usine pilote de retraitement, près de la ville de Diwopu, dans le nord-ouest de la Chine ; l'autre implanté à Beilong, dans le sud de la Chine, à 5 km de la centrale de Day Bay. Au total, cinq sites de stockages dédiés aux déchets de faible et moyenne activité sont prévus en Chine. 

 

CORÉE DU SUD

Un centre de stockage souterrain est en construction pour les déchets radioactifs de faible et moyenne activité. La prochaine tranche sera en surface, sur le modèle du Centre de stockage de l'Aube de l'Andra.

 

ESPAGNE

Depuis 1992, les déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont stockés en surface sur le site d’El Cabril, en Andalousie.

Par ailleurs, l'Espagne a fait le choix de stocker ses déchets de très faible activité. En 2008, une zone supplémentaire sur le site d'El Cabril a ainsi été spécifiquement dédiée pour leur stockage.

 

ÉTATS-UNIS

Les déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont stockés à faible profondeur dans des installations qui fédèrent plusieurs États.

 

FINLANDE

Deux installations de stockage à faible profondeur sont en fonctionnement pour les déchets radioactifs de faible et moyenne activité : la première, à proximité de la centrale d’Olkiluoto, où les déchets sont stockés entre 60 et 100 mètres de profondeur ; la seconde, près de la centrale de Loviisa, où les déchets sont stockés à environ 110 mètres.

 

INDE

Le stockage des déchets radioactifs de faible et moyenne activité se fait sur les centrales, sous la responsabilité de l’électricien.

 

JAPON

Le Japon dispose depuis 1992 d'une installation de stockage pour ses déchets de faible activité, sur le site de Rokkasho Mura, au nord de l’île d’Honshu. Le concept de cette installation est basé sur la construction d’alvéoles de stockage enterrées à quelques dizaines de mètres sous le niveau du sol et qui, une fois remplies, sont bétonnées et tapissées d’un couvert végétal. 

 

ROYAUME-UNI

Depuis 1959, les déchets radioactifs de faible activité sont stockés en surface dans un centre dédié sur le site de Drigg, dans le Nord de l’Angleterre. Depuis 2015, le site de l'ancien centre de recherches nucléaires de Dounreay, en Ecosse, abrite également une installation de stockage pour les déchets de faible activité produits par le démantèlement des installations.

 

RUSSIE

Les déchets radioactifs de faible et moyenne activité sont gérés dans 16 installations de stockage.

 

SUÈDE

Les déchets de faible et moyenne activité à vie courte sont stockés à 80 m de profondeur, dans le granite, sur le site de Forsmark. Les déchets radioactifs de faible et moyenne activité à vie longue sont actuellement entreposés, mais la Suède envisage une installation de stockage géologique comme solution définitive (distincte du stockage géologique pour les combustibles usés)

 

SUISSE

Tout comme pour les déchets les plus radioactifs, la Suisse développe également un projet de stockage géologique pour les déchets de faible et moyenne activité. Les deux stockages pourraient être implantés sur le même site ou sur deux sites distincts. 

 

UKRAINE

Un dispositif organisationnel sur le modèle de celui de l’Andra se met progressivement en place pour les déchets de faible et moyenne activité. Les déchets de Tchernobyl sont confinés dans des alvéoles construites sur le site de l’usine accidentée.

 

 

 

Partager cette page