Aller au contenu principal

Projet Cigéo : Une nouvelle carte des sols passe 320 km² au peigne fin

L’Observatoire Pérenne de l’Environnement (OPE) du Centre de l’Andra en Meuse / Haute-Marne finalise une nouvelle carte des sols au 1/50 000ème. Plus précise que la précédente qui datait de 2009, elle offre une information précieuse pour comprendre l’environnement du projet de centre de stockage Cigéo. Un atout pour l’Andra et pour tous les scientifiques. Retour sur sa réalisation.

La connaissance précise des propriétés des sols est une donnée importante pour le centre de stockage Cigéo. Par exemple, si le projet est autorisé, il faudra construire des bâtiments, des voies de communication... « La nature des sols nous donne des indications sur la valorisation des volumes de terre qu’il faudra décaisser, sur l’importance des poussières qui risquent d’être dégagées, etc. détaille Paul-Olivier Redon ingénieur à l’OPE, outil scientifique géré par l’Andra. Cette nouvelle carte des sols va également nous aider à affiner notre connaissance des zones humides (terrains gorgés d’eau temporairement ou en permanence) pour mieux les protéger, car ce sont des milieux sensibles, réservoir de biodiversité et siège de fonctions écologiques importantes. Elle nous aidera aussi à mesurer les services que nous rendent les sols par exemple en stockant le carbone, en favorisant l’agriculture... ».

Un millier de sondages

Pour représenter le détail des différents types de sols présents sur le territoire de l’OPE (qui englobe les zones prévues des installations de surface de Cigéo), l’Andra a fait appel à un spécialiste du sujet (pédologue), qui a repris les données de toutes les études des sols existantes, en particulier les données acquises dans le cadre du réseau de mesure de la qualité des sols de l’OPE. Il s’est également appuyé sur la première carte publiée en 2009, l’analyse de la topographie, de la géologie et de l’occupation du sol. Il a ensuite quadrillé l’OPE avec un millier de nouveaux sondages. À l’aide d’une tarière manuelle (outil de prédilection du pédologue constituée d’un manche qui se termine par une tête de prélèvement de 7 cm de diamètre permettant l’extraction de terre), il a creusé le sol sur plusieurs dizaines de centimètres, parfois jusqu’à 1 m de profondeur, ce qui lui a permis de vérifier le type de sol présent à chaque point de sondage. Sept nouvelles fosses pédologiques, plus profondes, ont également été creusées, afin de décrire précisément certains types de sol qui restaient peu ou mal connus.

Une carte et des données bien utiles

Cette nouvelle carte pédologique, qui couvre le secteur de référence de l’OPE, soit 320 km2, est plus qu’une carte. Toutes les caractéristiques ainsi acquises des sols et leurs proportions, les classes de profondeur, de pH, de teneur en matières organiques et en eau… sont enregistrées dans une base de données (suivant le même système de gestion des données scientifiques que le Laboratoire souterrain). Elles viennent s’ajouter aux nombreuses autres données environnementales collectées par l’OPE afin de suivre l’évolution de l’environnement du territoire autour de Cigéo, sur toute sa période d’exploitation. L’Andra ne sera pas la seule à exploiter ces nouvelles données. Cette carte des sols et sa base de données associée seront mises à disposition notamment du monde scientifique, via le site internet de l’OPE, en cours d’actualisation. Les analyses scientifiques menées viendront enrichir la connaissance de l’environnement autour de Cigéo.

Mais au fait, le sol, c’est quoi ?

La pédologie, la science des sols, nous informe sur la couche supérieure de la croûte terrestre située entre la surface et la roche. Composée d’un mélange de matières minérales et organiques (petits animaux comme les vers de terre, déchets végétaux et animaux), son épaisseur varie de quelques centimètres à plusieurs mètres.

Formée pendant des milliers d’années sous l’effet du climat, des plantes et autres organismes vivants à la surface, les sols sont eux-mêmes composés de strates, appelées horizons, mémoires des variations de conditions de leur formation. Ainsi, chaque type de sol se caractérise par ses horizons, son épaisseur, sa texture, sa teneur en éléments organiques, en cailloux, sa capacité à retenir l’eau, etc.

Partager cette page