Accueil

  

Royaume-Uni

Le parc électronucléaire

Le Royaume-Uni dispose de 19 réacteurs, 15 sont exploités par British Energy et les 4 autres par Magnox North pour NDA. Ces réacteurs ont été mis en service entre 1968 et 1995. Ils ont produit 52 TWh en 2008, avec une puissance installée d'environ 12 GWe.

Le réacteur le plus récent est du type à eau pressurisée, les autres réacteurs appartiennent à la filière AGR ou Magnox.

En 2008, 26 réacteurs étaient définitivement arrêtés, dont 16 déconnectés du réseau depuis 2000. La production nucléaire représente environ 13 % de la production électrique nationale.

Les nouveaux réacteurs de la génération des 1600 MWe ne devraient pas entrer en service avant 2017.

 

 

Politique nucléaire et de gestion des déchets

Le gouvernement a entrepris, à partir du début des années 90, une refonte complète du secteur électronucléaire, avec entre autre la privatisation de l'électricien British Energy racheté en 2009 par EDF. L'Energy Act de 2004 crée la Nuclear Decommissioning Authority (NDA) chargée des démantèlements et des assainissements des sites nucléaires du secteur public.

La création de la NDA s'accompagne d'un bouleversement de la structure de l'ensemble du cycle du combustible. Les actifs des entreprises restent propriété de l'État mais les exploitants ont été progressivement privatisés dans un marché ouvert à la concurrence. L'enjeu consiste à mobiliser, dans les meilleures conditions, les ressources nécessaires au démantèlement de vingt sites nucléaires du pays.

La NDA a reçu aussi mission de réaliser les entreposages et stockages des déchets radioactifs. Elle a été renforcée pour cela par l'absorption de Nirex, société créée depuis 1982 par les électriciens pour le stockage géologique des déchets radioactifs.

Le Royaume-Uni traite à Sellafield les combustibles usés issus des réacteurs et recycle les matières nucléaires dans la fabrication de combustibles MOX. Par ailleurs il dispose d'unités de conversion de l'uranium sur le site de Springfields et d'une usine d'enrichissement exploitée par Urenco à Capenhurst.

 

 

Classification et inventaire des déchets radioactifs

Le Royaume-uni distingue les déchets radioactifs selon leur niveau de radioactivité et leur charge calorifique : 

  • Les déchets TFA sont classés en sous-catégorie des déchets FA. Cependant les déchets TFA de faible volume peuvent être stockés dans des décharges classiques. Leur radioactivité doit rester inférieure à 400 kBq par fût de 100 litres, en émetteurs βγ.
  • Les déchets FA avec moins de 4 GBq/t d'émetteurs α ou 12 GBq/t d'émetteurs βγ sont entreposés ou stockés depuis 1950 : 1.000.000 m3 près de Drigg et 33.000 m3 à Dounreay. Le centre de stockage de Drigg devrait être rempli avant 2030. Celui de Dounreay est arrêté depuis 2005 et sera réhabilité.
  • Les déchets MA ont des activités qui dépassent la limite supérieure des déchets FA, et un faible dégagement de chaleur qui ne nécessite pas d'être pris en compte dans la conception du stockage géologique. Ces déchets proviennent essentiellement du traitement des combustibles usés et sont entreprosés sur leurs lieux de production en attente de la construction d'un centre de stockage.
  • Les déchets HA exothermiques proviennent principalement des produits de fission destinées à être vitrifiées. Ils nécessitent des installations spécifiques d'entreposage et de stockage. La politique du gouvernement pour ce type de déchets est de les entreposer pendant 50 ans dans l'attente de leur refroidissement puis de procéder à leur stockage en formation géologique.

 

Le Department for Environment, Food and Rural Affairs (Defra) et le NDA réalisent depuis les années 1980 un inventaire des déchets radioactifs remis à jour tous les 3 ans. Sa dernière version parue en mars 2008 rassemble les dernières données 2007 sur l'origine, les quantités et les propriétés des déchets radioactifs au Royaume-Uni. L'inventaire concerne les trois catégories de déchets haute, moyenne et faible activité, les déchets de très faible activité ainsi que les combustibles usés et les matières nucléaires.

 

Programme de gestion

Le centre de stockage près de Drigg est aujourd'hui le seul en exploitation. Les besoins exprimés, indiqués dans l'inventaire britannique des déchets radioactifs sont supérieurs aux capacités existantes de ce stockage. La stratégie établie par la NDA consiste à optimiser le stockage des déchets FA près de Drigg, dans la limite du périmètre actuel du site. Elle préconise également d'ouvrir d'autres stockages sur les sites existants du NDA pour des déchets de faible activité qui permettent la construction de structures plus légères.

Le stockage exploité par UKAEA à Dounreay en Écosse doit être démantelé et assaini comme le reste des installations du centre nucléaire dont l'exploitation est aujourd'hui terminée. UKAEA propose de construire un nouveau centre de stockage des déchets de démantèlement et d'assainissement du centre de Dounreay.

 

En 1997, le programme de gestion des déchets de faible et moyenne activité à vie longue avait été arrêté par le refus du gouvernement d'autoriser la construction d'un laboratoire souterrain, le Rock Characterization Facility près de Sellafield. En 2001 le Gouvernement publiait un document destiné à lancer une large consultation des parties concernées : "Managing Radioactive Waste Safely, Proposals for developing a policy for managing solid radioactive waste in the UK". Fin juillet 2002 à l'issue de cette consultation, le Gouvernement annonçait la création d'une commission consultative CoRWM chargée d'examiner les propositions et les options qui ont servi de fondement à la politique de gestion des déchets HA et MA-VL présentée en 2006 par le gouvernement. Celui-ci a choisi le stockage géologique profond comme solution à long terme pour les déchets radioactifs tout en privilégiant une approche progressive, par étapes. Le stockage sera précédé par la réalisation d'un entreposage, dont la période de fonctionnement d'au moins 50 ans est destinée à pallier aux contraintes et incertitudes de délais liées à la réalisation du stockage.

 

 

Intervenants

  • Le Committee on Radioactive Waste Management (CoRWM) a été institué fin 2003 dans le but de conseiller le gouvernement sur le stockage en formation géologiques profondes et sur les options d'entreposage à long terme. Il a remis ses recommandations en 2006. Il a été reconduit pour évaluer la phase de mise en œuvre du programme, d'entreposage et de stockage, des déchets radioactifs.
  • La Health and Safety Executive, regroupe depuis le 1er avril 2008 les responsabilités de :
    - délivrance des permis d'exploitation nucléaire et des inspections par le Nuclear Installation Inspectorate (NII),
    - de réglementation et de contrôle les installations au titre de la protection du personnel et du public contre les dangers des rayonnements ionisants.

 

Depuis 1996 les Agences de l'Environnement d'Angleterre, du Pays de Galles, de l'Écosse et de l'Irlande du Nord régulent les aspects environnementaux de la gestion des déchets radioactifs.

 

 

Financement

Les dispositions du financement des déchets radioactifs et des démantèlements se fondent sur les principes d'optimisation des déchets produits et de responsabilité du producteur.

La NDA, pour l'exploitation de ses installations nucléaires, et le groupe privé British Energy, décrivent dans leurs états financiers et leurs rapports d'activité les évaluations des dépenses prévues pour la gestion des déchets et les démantèlements, et les provisions financières correspondantes. Ces ressources sont versées dans un fonds, le "Nuclear Liabilities Fund – NLF" créé en 1996 par le gouvernement, au moment de la privatisation de British Energy.

La gestion et le stockage des combustibles usés et des déchets font l'objet d'un financement à long terme et de versements dans le NLF, distincts de ceux des démantèlements.

 

 

  
  
  
Page mise à jour le Lundi 23 Juillet 2012 à 16h05