Accueil

  

Comment se protéger de la radioactivité des déchets ?

 

Qu’elle soit d’origine naturelle ou artificielle, la radioactivité peut présenter des risques pour l’homme et pour l’environnement. Les déchets radioactifs présentent des dangers liés aux rayonnements émis par les radionucléides qu’ils contiennent. Ces risques diminuent avec le temps.


Pour prévenir des risques spécifiquement liés au stockage de ces déchets, les pouvoir publics établissent des règles strictes de sûreté et en contrôlent la bonne application. Diverses "barrières" de protection permettent ainsi d’assurer la sécurité des populations qui vivent à proximité des centres de stockage de déchets radioactifs ainsi que celle du personnel qui travaille sur ces sites.

Les risques liés à la radioactivité

L’exposition à la radioactivité peut se faire de deux façons différentes :


1. Exposition externe

L’exposition externe est liée aux rayonnements émis par les matières radioactives situées à l’extérieur de l’organisme. Ces matières radioactives peuvent être directement au contact de la peau ou éloignées de l’organisme.


Les risques liés à une exposition externe dépendent :

  • du type de rayonnement (alpha, bêta ou gamma) ;
  • de la distance avec la source de rayonnements ;
  • de la durée de l’exposition.

L’exposition externe cesse lorsque l’on n’est plus sur la trajectoire des rayonnements ionisants, que l’on s’éloigne suffisamment de la source de rayonnements ou que l’on est protégé par un écran adapté à chaque type de rayonnement.


2. Exposition interne

 

L’exposition interne est liée à la présence de radionucléides dans l’organisme. Les radionucléides peuvent entrer dans l’organisme par ingestion ou inhalation, par transfert de matières radioactives déposées sur une plaie, ou sur la peau. Elle persiste tant que le radionucléide n’est pas éliminé par les voies biologiques et/ou par décroissance naturelle de la radioactivité.


Les risques liés à une exposition interne dépendent :

  • du radionucléide concerné ;
  • de la période biologique du radionucléide (temps au bout duquel la moitié de l’élément a été éliminé de l’organisme) ;
  • de sa nature chimique.

 

Une exposition prolongée ou à des doses trop élevées de radioactivité peut alors provoquer des brûlures, modifier à vie des cellules et provoquer des cancers, voire entraîner des modifications génétiques.

 

Confiner la radioactivité des déchets

De façon à protéger l’homme et l’environnement contre les dangers liés aux déchets radioactifs, aussi longtemps qu’ils perdurent, les concepts de stockage (surface, faible profondeur, profondeur) sont adaptés en fonction de :

  • l’activité et la nature des rayonnements émis ;
  • la période radioactive des radionucléides contenus dans les déchets.

Lire aussi : Stocker les déchets

Une population spécifique : le personnel du nucléaire

DosiètreLa radioprotection est l’ensemble des mesures destinées à assurer la protection sanitaire des personnes travaillant en contact avec la radioactivité. Ces mesures s’appuient sur trois principes de sécurité : utiliser des écrans comme le verre ou le béton ; se tenir à distance de la source radioactive ; limiter le temps d’exposition au rayonnement. Les travailleurs pouvant être soumis à des rayonnements ionisants (industries nucléaires, médecins, radiologues...) portent un film appelé dosimètre, qui permet de contrôler la quantité de rayonnements auxquels ils sont soumis.

 

Des organismes de contrôle publics
En France, la surveillance sanitaire du public et des personnes qui travaillent en contact avec la radioactivité est assurée par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Les installations nucléaires sont, quant à elles, placées sous le contrôle de la Autorité de sûreté nucléaire (ASN), sous l’autorité des ministres en charge de l’Industrie et de l’Environnement.

 

Les effets de la radioactivité

Pour déterminer les effets biologiques de la radioactivité d’un élément, il faut connaître le type de rayonnement et son intensité, ainsi que la sensibilité du milieu qui le reçoit. L’effet des rayonnements sur les tissus vivants, ou encore la dose de radioactivité reçue, s’exprime en sieverts (Sv).

Pour le public, la réglementation européenne autorise une dose annuelle liée aux activités industrielles nucléaires de 1 millisievert (mSv). Cette dose maximale autorisée est de 20 mSv pour les travailleurs exposés au nucléaire.

A partir de cette réglementation, l’Andra s’est fixé des contraintes de dose annuelle de 5 mSv/an pour les travailleurs et 0,25 mSv/an pour la population.

Pour comparer, en France, un habitant reçoit chaque année une dose moyenne de 3,5 mSv dont :

Radioactivité naturelle moyenne: 2,4 mSv

  • Corps humain : 0,3 mSv
  • Rayonnements cosmiques : 0,9 mSv
  • Rayonnements qui proviennent de la terre : 0,01 mSv
  • Dans les habitations (radon) : 1,2 mSv


Radioactivité artificielle
moyenne due à l’exposition médicale : 1,1 mSv

  • L’activité et la nature des rayonnements émis
  • La période radioactive des radionucléides contenus dans les déchets. 

 

 

  
  
  
Page mise à jour le Lundi 22 Juin 2009 à 10h28