Accueil

  

1969 - 1991 : les origines

L'histoire de la gestion des déchets radioactifs commence bien avant la création de l'Andra. En France, les premiers déchets radioactifs sont produits dans les années 30, en particulier par les hôpitaux qui utilisaient des sources de radium pour soigner le cancer.

Avec la création du Commissariat à l'Énergie Atomique, le CEA, après la seconde guerre mondiale, les centres de recherche nucléaire commencent à générer des déchets radioactifs en quantités plus importantes. Il n'y avait pas de stockage organisé, mais il y avait déjà des règles. La première était de conditionner les déchets de manière sûre, et la seconde de les entreposer sur les sites du CEA.

Mais, dans les années 50 et 60, avec l'apparition des premières centrales électronucléaires, le développement de la recherche et la fabrication des armes atomiques, les déchets radioactifs s'accumulent. La France participe ainsi, en 1967 et en 1969, à titre expérimental, à deux campagnes internationales d'immersion, puis renonce à cette pratique, jugée peu satisfaisante.

 

Entre-temps, le CEA décide d'implanter à côté de son usine de retraitement de combustibles de La Hague un premier centre, pour y stocker les déchets de faible et moyenne activité. Le Centre de la Manche ouvre ainsi ses portes en janvier 1969.

 

 

La création de l'Andra

En 1974, en raison du choc pétrolier qui a suivi la guerre du Kippour, la France décide de se doter d'une très importante industrie nucléaire, comprenant plusieurs dizaines de centrales ainsi que des unités pour recycler le combustible usé. La mise en route de ce vaste programme a pour conséquence d'augmenter fortement le volume de toutes les catégories de déchets radioactifs : celui des déchets de haute activité et à vie longue, issus du recyclage des combustibles usés, ainsi que celui des déchets de faible et moyenne activité à vie courte.

Pour faire face à cette situation, le gouvernement demande au CEA de créer en son sein un organisme qui prendra sous sa responsabilité directe la gestion de tous ces déchets. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs est ainsi créée en 1979.

 

 

La gestion du Centre de stockage de la Manche

La première mission assignée à l'Andra est de développer le système de stockage en surface des déchets de faible et moyenne activité. L'Agence prend en charge le Centre de stockage de la Manche. Elle pose rapidement quelques règles fondamentales pour sécuriser et rationaliser le stockage. Par exemple, les déchets doivent désormais être conditionnés dans des colis normalisés. De plus, elle construit un système de collecte pour contrôler et maîtriser les eaux sortant du stockage, ce qui permet de surveiller l'impact du Centre sur son environnement.

 

 

Un nouveau centre de stockage dans l'Aube

À partir de 1984, l'Agence recherche un site pour un nouveau centre de stockage afin de prendre la relève de celui de la Manche.  Des études géologiques sont lancées dans différents départements. En 1984 et 1985, plus de 500 forages sont réalisés dans l'Aube pour choisir un lieu précis d'implantation. A cette occasion, l'Andra perfectionne la technique du stockage jusqu'à définir le système multi-barrières constitué par le colis, l'ouvrage de stockage et  le millieu géologique. Parallèlement, la concertation locale s'engage avec l'organisation de plusieurs visites sur le terrain et des réunions avec les élus locaux et le public. Le 22 juillet 1987, le Premier ministre signe la Déclaration d'utilité publique : le nouveau centre de stockage pour les déchets de faible et moyenne activité (CSFMA) sera implanté dans l'Aube, près du village de Soulaines-Dhuys.

 

 

Premières recherches pour un stockage en profondeur

Depuis la fin des années 60, les déchets de haute activité et de moyenne activité à vie longue, issus principalement du traitement des combustibles nucléaires français usés, sont  entreposés dans les usines de La Hague (50) et de Marcoule (30) en attendant une solution de stockage définitive. La solution envisagée est de les stocker dans des formations géologiques profondes - stables depuis des millions d'années - seules susceptibles de confiner efficacement ces déchets pour les durées nécessaires.

Dans cette perspective, l'Andra entreprend, en 1982, de collaborer avec des pays qui étudient déjà en profondeur les qualités de diverses roches en vue d'un stockage souterrain :

  • À Mol, en Belgique, dans l'argile.
  • À Asse, en Allemagne, dans une ancienne mine de sel.
  • A Grimsel, en Suisse, dans du granite.

 

En 1987, après des études documentaires, l'Andra missionne ses géologues pour mener des investigations sur quatre sites en France dont la géologie est a priori favorable afin d'y installer des laboratoires souterrains et d‘y étudier la faisabilité d'un stockage profond :

  • dans les Deux Sèvres (granites)
  • dans le Maine et Loire (schistes)
  • dans l'Ain (formations salines)
  • dans l'Aisne (argiles)

 

Mais des protestations naissent sur ces territoires et au bout de trois ans, le premier ministre, Michel Rocard, désireux de sortir de l'impasse un dossier très important pour le développement de l'industrie nucléaire, décrète un moratoire d'un an sur l'ensemble des projets.

 

 

La loi de 1991 : l'indépendance de l'Agence

En décembre 1991, l'Assemblée Nationale vote une loi qui donne un nouveau statut à l'Andra, la rendant indépendante du CEA. Cette loi encadre de manière précise l'étude de faisabilité du stockage en profondeur. L'Agence dispose de 15 ans pour réaliser cette étude. Christian Bataille est chargé d'une mission de médiation consistant à rechercher des collectivités locales volontaires pour accueillir sur leur territoire un laboratoire souterrain.

 

Suite : 1992-1999 : les fondements

 

 


Pour en savoir plus sur l'histoire récente de l'Andra, consultez les archives des actualités publiées depuis 2000.


 

L'histoire de l'AndraVoir aussi
Le DVD sur l'histoire de l'Andra (20 minutes)
 

Pour commander le DVD, rendez-vous dans la rubrique "Editions"

 

 

 

 

  
  
  

Site du CEA de Saclay (91)
Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) est créé après la seconde guerre mondiale.
Ci-dessus : installations du CEA de Saclay (91)

 

Le Centre de stockage de la Manche ouvre ses portes en janvier 1969
Le Centre de stockage de la Manche ouvre ses portes en janvier 1969

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre 1991 et 1997 le stockage de la Manche est recouvert d'une couverture multicouche. Vue du CSM lors de son engazonnement

Entre 1991 et 1997 le stockage de la Manche est recouvert d'une couverture multicouche. Vue du CSM lors de son engazonnement

Page mise à jour le Jeudi 19 Juillet 2012 à 11h25