Accueil

  

Les volumes de déchets

L'Inventaire national des matières et déchets radioactifs publié par l'Andra permet de connaître les matières et les déchets radioactifs français, en disposant d'une vision aussi complète que possible des volumes qu'ils présentent.

 

À la fin de l'année 2013, il existait en France environ 1.460.000 m3 de déchets radioactifs. Les déchets anciens ayant fait l'objet de modes de gestion historiques ne sont pas comptabilisés dans le bilan présentés ici car ils ne sont pas destinés à être pris en charge par l'Andra.
 

Volumes des déchets radioactifs, entreposés ou stockés, à fin 2013, en m3 équivalent conditionné

Ces volumes correspondent aux déchets une fois conditionnés, en colis dits "primaires", de manière à pouvoir être entreposés et transportés vers les centres de stockage. Dans certains cas particuliers, comme le stockage profond par exemple, un conditionnement complémentaire sera nécessaire avant que les déchets puissent être stockés. 

Volumes des déchets radioactifs, entreposés ou stockés, à fin 2013, en m3 équivalent conditionné

*Les déchets identifiés dans la catégorie DSF (déchets sans filière) sont ceux qui n'entrent pour le moment dans aucune des filières existantes ou à l'étude, en raison notamment de leurs caractéristiques chimiques et physiques. Les études concernant la gestion de ces déchets sont en cours.

 

Répartition du volume et du niveau de radioactivité des déchets radioactifs existants à fin 2013

Répartition du volume et du niveau de radioactivité des déchets radioactifs existants à fin 2013

 

 

Prévisions des volumes de déchets pour les années 2020 et 2030 et à terminaison*

Prévisions des volumes de déchets pour les années 2020 et 2030

* Concernant l'industrie électronucléaire, les prévisions sont fondées sur une hypothèse d'allongement de la durée de fonctionnement des centrales à 50 ans et le traitement de l'ensemble des combustibles nucléaires usés. L'Inventaire national prend en compte les 58 réacteurs actuels et l'EPR de Flamanville en cours de construction.

 

Les prévisions des volumes de déchets attendus pour 2020 et 2030 ont évolué par rapport à celles réalisées dans l'édition 2009. Cette évolution est essentiellement due à :

  • une augmentation du nombre des combustibles nucléaires usés traités chaque année ;
  • une hypothèse de durée de fonctionnement des centrales plus élevée (50 ans au lieu de 40) conformément aux orientations stratégiques d'EDF. Cette hypothèse ne préjuge pas de la décision des autorités publiques ;
  • une meilleure identification des déchets qui seront produits par le démantèlement des installations ;
  • un décalage du planning de démantèlement des premières centrales nucléaires qui repousse la production des déchets associés ;
  • une augmentation du volume des déchets TFA du fait notamment du renforcement des exigences sur les objectifs d'assainissement du génie civil des installations à démanteler.


 

  
  
  
Page mise à jour le Jeudi 30 Juillet 2015 à 13h11