Accueil

  

Participations aux programmes cadres en recherche et développement de l'union européenne

L'Andra participe à différents programmes européens de recherche, soit en tant que pilote soit en tant que membre actif. Ces participations lui permettent d'enrichir son savoir-faire et son expérience. En outre, l'Andra est membre actif de groupes de travail mis en place sous l'égide de l'AEN.

 

Le principal projet coordonné par l'Andra est MoDeRn sur les méthodes et techniques de surveillance du stockage géologique.

 

MoDeRn

http://www.modern-fp7.euCoordonné par l'Andra, le projet européen MoDeRn (Monitoring developments for safe Repository operation and staged closure) a pour but de fournir un cadre de référence international pour le développement et l'éventuelle mise en œuvre d'activités de surveillance pendant les principales étapes du processus de stockage de déchets radioactifs. Le projet vise à associer pleinement les parties prenantes, en analysant leurs attentes et leurs besoins, et en élaborant des recommandations sur l'usage des résultats de la surveillance dans le processus décisionnel. Il s'appuie sur un état de l'art et une analyse technique des principaux objectifs et stratégies de la surveillance, des expérimentations de démonstrateurs en laboratoires souterrains, une étude de cas portant sur la surveillance et la conception de dispositifs d'instrumentation, ainsi que des enquêtes de terrain auprès des parties prenantes. MoDeRn est co-financé par la Commission européenne, dans le cadre du programme EURATOM (7ème PCRD) pour une durée de 4 ans. Il implique 17 partenaires présents en Europe, Etats-Unis et Japon, parmi lesquels des organisations nationales chargées de la recherche et de la gestion des déchets radioactifs, des experts en observation et surveillance, des universités, et des experts en sciences sociales. Dans la liste des partenaires figurent : Andra, Aitemin, DBE TEC, Enresa, Euridice, Nagra, NDA, NRG, Posiva, Rawra, RWMC, Sandia, UA, UEA, UGOT, GSL, ETH Zurich.
Pour en savoir plus : http://www.modern-fp7.eu

 

 

Par ailleurs, l'Andra est partenaire d'autres projets :

 

CARBOWASTE

carbowastePiloté par FZH (Forschungzentrum Juelich GmbH) en Allemagne, le projet européen Carbowaste a été défi ni au sein du 7ème programme-cadre de recherche & développement de l'Union européenne. Il regroupe 28 organismes. L'objectif de ce projet est de mieux gérer les déchets de graphites issus du démantèlement des premiers réacteurs de centrale nucléaire de première génération appelés "Uranium naturel – graphite – gaz" (ou UNGG).

 

 

Forge

Forge

L'objectif du projet Européen Forge est d'améliorer la connaissance des processus de transfert de gaz dans les principaux matériaux présents dans les différents concepts de stockages de déchets radioactifs étudiés actuellement en Europe.
Le projet associe 24 organismes de 12 pays européens différents et intègre les principaux organismes nationaux en charge des déchets radioactifs : SBK, Nagra, Ondraf-Niras, Posiva, NDA et Andra ; il est coordonné par le British Geological Survey dont les travaux notamment sur les transferts de gaz dans les matériaux argileux sont une référence internationale.
Le projet combine deux activités complémentaires, la modélisation et l'expérimentation. Ce dernier volet tire parti des possibilités offertes par le regroupement dans le projet de 4 laboratoires souterrains d'expérimentation : Äspö (SKB), Mont-Terri (Nagra), Mol (SCK-CEN) et Bure (Andra).
Le projet Forge fait partie du 7ème programme-cadre de recherche & développement de l'Union européenne. Sa durée est de 4 ans à partir de la date du 1er février 2009.
Pour en savoir plus : http://www.bgs.ac.uk/forge

 

 

ReCoSy

Le projet Recosy (Redox Phenomena Controlling systems) a pour objectif d'étudier les phénomènes Redox et leur influence à long terme sur la rétention et le transport des radionucléides dans le cadre de stockages de déchets radioactifs. Il vise notamment à fournir des outils et modèles permettant d'intégrer les résultats obtenus aux analyses de sûreté et de performance des stockages géologiques dans différents types de roches. Ce projet collaboratif est co-financé par le 7ème Programme-Cadre de Recherche & Développement (EURATOM) de la Commission Européenne pour une durée de 4 ans (2008-2012). Il comprend 32 partenaires issus des principaux instituts de recherche européens et universités répartis dans 13 pays membres d'EURATOM, en Russie, ainsi qu'un JRC.
Pour en savoir plus : http://www.recosy.eu



CATCLAY

L'objectif du projet CatClay (Processes of Cation Migration in Clayrocks) est d'améliorer la compréhension du phénomène de migration des radionucléides dans les roches argileuses, pouvant potentiellement être amenées à accueillir des stockages géologiques de déchets radioactifs. Le consortium du projet se compose de 7 partenaires chargés de mener pendant 4 ans (2010-2014) le développement de modèles, et d'expérimentations visant à mesurer des profils de diffusion d'actinides et de cations fortement sorbés à une échelle extrêmement petite, et caractériser la microstructure de l'argile à une résolution nanomètrique. Le projet Catclay est cofinancé dans le cadre du 7ème PCRD (EURATOM) de la Commission européenne.

Pour en savoir plus : http://www.catclay.org/

 

LUCOEX

LUCOEXLe projet LUCOEX (Large Underground COncept EXperiments) réunit 4 partenaires chargés dans leur pays de gérer les déchets radioactifs et de définir des programmes nationaux visant à proposer des solutions de stockage à long-terme : SKB en Suède, Andra en France, Nagra en Suisse, Posiva en Finalnde. Le dénominateur commun de ces différents programmes est que chaque pays étudie la possibilité de construire un stockage géologique destiné aux déchets radioactifs de haute activité. Le projet LUCOEX se compose d'expérimentations de grande ampleur sur des aspects techniques décisifs des différents concepts nationaux. Ces expérimentations se déroulent dans 4 laboratoires souterrains au Mont-terri (Suisse), à Bure (France), à Aspö (Suède) et à Onkalo (Finlande). Ce projet est co-financé dans le cadre du 7ème PCRD de la Commission européenne pour une durée de 4 ans (2011-2015).

Pour en savoir plus : http://www.lucoex.eu

 

PEBS

pebsL'objectif du projet PEBS (Long-term Performance of the Engineered Barrier System) est d'évaluer la performance à long terme du scellement et de la barrière ouvragée dans un projet de stockage géologique de déchets radioactifs. Cela passe par la mise en œuvre d'expérimentations, le développement de modèles, et une réflexion sur leur impact à long terme sur les fonctions de sureté du stockage. Ce projet vise également à construire une base de données permettant de valider les modèles thermo-hydro-mécaniques, afin de prédire le comportement de la barrière ouvragée. Enfin, PEBS permettra de proposer des règles encadrant la conception des barrières ouvragées pour les stockages de déchets radioactifs. Piloté par le BGR, ce projet européen d'une durée de 4 ans (2010-2014) cofinancé par le 7ème PCRD de la Commission européenne, réunit 18 partenaires répartis en Europe, Chine, Japon et Canada

Pour en savoir plus : http://www.pebs-eu.de

 

DOPAS

DopasLancé en 2013, Le projet DOPAS ("Demonstration Of Plugs And Seals") est un projet de recherche sur quatre ans bénéficiant du soutien de la  Commission Européenne, au titre du 7ème PCRD. Il a pour objet d'étudier des solutions technologiques relatives à la fermeture des stockages géologiques profonds, destinés à accueillir les déchets radioactifs à vie longue. Il met en œuvre des démonstrateurs industriels pleine échelle.
Quatorze organisations (en charge de la gestion des déchets radioactifs) et instituts spécialisés, issus de huit pays européens, participent à ce projet. Son coordinateur est Posiva Oy. Cette coopération internationale a été initiée dans le cadre de la plateforme technologique européenne IGD-TP (Implementing Geological Disposal of Radioactive Waste Technology Platform), qui a fait de la recherche sur les ouvrages de fermeture des stockages géologiques une priorité de son agenda stratégique.

Quatre concepts de scellement à taille réelle seront donc développés et testés, en milieu souterrain (dans différentes formations géologiques) ou en surface: POPLU à Okiluoto en Finlande, DOMPLU à Aspö en Suède, EPSP au tunnel Joseph en République Tchèque et enfin FSS à Saint-Dizier en France.

Pour en savoir plus : http://www.posiva.fi/dopas

 

Enfin, l'Andra est membre actif au sein de la plateforme technologique IGD-TP (Implementing Geological Disposal of radioactive waste Technological Platform) :

 

IGD-TP

logo igdtpCréée en 2009 à la demande de l'Union européenne, l'IGD-TP repose sur l'avis général que d'ici 2025, les premiers stockages géologiques pour les combustibles usés, les déchets de haute activité et autres déchets radioactifs à vie longue seront en exploitation de manière sûre en Europe.
Cette plateforme, à laquelle participent 23 pays d'Europe et d'au-délà, regroupe plus d'une centaine d'organismes, dont 11 Agences en charge de la gestion des déchets radioactifs. L'Andra en a assuré la présidence jusqu'en janvier 2012, elle en assure désormais le secrétariat jusqu'en 2015.
En 2011, l'IGD-TP a produit un "Strategic Research Agenda" et un plan de déploiement 2011-2016.
Ces deux documents sont pour la communauté européenne un moyen de fixer les grands objectifs de la recherche pour les quinze prochaines années et de mobiliser sur cette base et au travers d'un forum d'échanges les meilleures compétences et organiser leur coopération. En 2013, une version mise à jour du plan de déploiement a été publiée (Master Deployment Plan 2013)
Pour en savoir plus : http://www.igdtp.eu

 

  

  
  

 

 

  

 

  

    

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

    

 

 

 

Page mise à jour le Mercredi 2 Octobre 2013 à 9h42