Aube        Manche      Meuse/Haute-Marne    
  

Lexique

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


  M

M5TM

Alliage de zirconium-niobium. A l’étude en remplacement du zircaloy 4 (Z4).


Ma

Million d’années.


Maillage

Découpage du domaine de calcul en mailles pour permettre de résoudre numériquement un problème par intervalle de temps ou d’espace.


Marqué (site)

Site présentant des traces de radionucléides naturels ou artificiels, détectables sans qu’il y ait nécessairement d’action particulière envisagée.


Masse critique

Masse de matières fissiles qui rend critique un milieu de configuration géométrique et de composition déterminés.


Massif d’appui

Composant d’un scellement assurant le soutien mécanique du noyau à base d’argile gonflante.


Matrice (de conditionnement)

Matériau assurant l’enrobage ou le blocage de déchets radioactifs.


MAVL

Moyenne Activité et à Vie Longue.


Maximum glaciaire

Apogée d’une période glaciaire caractérisée par une extension maximale des calottes de glace continentales aux latitudes boréales. Note : la région Meuse / Haute-Marne n’a pas été recouverte par les glaces lors des maxima glaciaires passés.


MES

Matières en suspension.




Mesure de prévention

Agit pour empêcher ou minimiser l’apparition du risque.


Mesure de protection

Agit une fois l’événement survenu pour en annuler ou en limiter les effets.


METEOR

Code de calcul de comportement thermomécanique des crayons en réacteur, développé au CEA.


Microfissure

Toute cassure de la roche, sans préjuger de sa genèse, dont l’épaisseur est d’ordre millimétrique et l’extension maximale décimétrique.


Microfracture

Cassure de faible extension (inférieure au mètre) et sans rejet apparent. On distingue : 1- les diaclases : fractures planes sans déplacement relatif visible à l’oeil nu ; les fentes de tension : à lèvres parallèles non jointives 2- les joints : sans déplacement des compartiments mais dont les lèvres ne sont pas forcément jointives.


MID

Modèle d’Inventaire de Dimensionnement. Voir Modèle d’inventaire.


Migration

Transfert des radionucléides.


MII

Modèle d’Inventaire Initial. Voir Modèle d’inventaire.


Milieu géologique

Pour la problématique du stockage, ensemble des formations géologiques du secteur Meuse / Haute-Marne. Il s’agit des calcaires du Barrois, des marnes du Kimméridgien, des calcaires de l’Oxfordien, des argilites du Callovo-Oxfordien et des calcaires du Dogger. Dans les domaines nécessitant d’avoir une vision à grande échelle (géodynamique interne, hydrogéologie), le milieu géologique considéré est étendu au Trias, voire à l’ensemble des formations sédimentaires jusqu’au socle.


Milieu poreux

Milieu présentant des vides (ou pores) connectés ou non.


MIP

Modèle d’Inventaire Préliminaire . Voir Modèle d’inventaire.


Modèle

Représentation d’un système ou d’un phénomène. Note : un modèle est généralement établi pour répondre à un objectif prédéterminé et exploité pour étudier le comportement du système.


Modèle alternatif

Modèle qui n’est pas le modèle considéré comme le plus proche du « phénoménologique » mais qui est proposé à titre de variante, sans qu’il soit possible de le positionner sur une échelle « phénoménologique », « conservatif », « pénalisant ». Cela peut être un modèle dont le choix n’a pas d’effet univoque sur l’impact, ou le cas échéant un modèle apparaissant plus complet que le modèle retenu en référence, mais ayant fait l’objet d’une validation moindre.


Modèle conservatif

Modèle dont on peut démontrer que son utilisation tend à surestimer l’impact du stockage par rapport aux résultats qui seraient obtenus en prenant en compte l’ensemble des phénomènes pertinents, dans la gamme considérée de variation des paramètres.


Modèle d’Inventaire

Document de l’Andra décrivant, sous la forme de colis types, les données de référence colis utilisées pour les études de faisabilité de stockage. On distingue : 1- le Modèle d’Inventaire Initial (MII): utilisé pour les études de faisabilité du stockage en 1998 (au stade des Options Initiales de Conception) - le Modèle d’Inventaire préliminaire (MIP) : utilisé pour les études de faisabilité du stockage en 1999-2001 (stade des Concepts Préliminaires et du dossier 2001 HAVL-argile) 2 - le Modèle d’Inventaire de Dimensionnement (MID)


Modèle de calculs de sûreté

Représentation mathématique du stockage et de son environnement, utilisée afin d’évaluer les transferts de radionucléides. Il s’appuie sur les modèles conceptuels en les simplifiant ou en les intégrant directement à la modélisation.


Modèle de référence (d’un phénomène)

Modèle retenu dans un calcul de référence.


Modèle numérique

Modèle obtenu à partir du modèle mathématique, par utilisation des techniques numériques : discrétisation spatiale et temporelle, homogénéisation, décomposition de domaine, découpage en compartiment.


Modèle opérationnel (de famille de colis)

Modèle de comportement à long terme d’un ensemble de familles de colis, limité aux mécanismes déterminants. Son niveau de précision ou de réalisme dépend d’une part du niveau des connaissances disponibles, et d’autre part du niveau de performances potentiellement attendu.


Modèle pénalisant

Modèle qui n’entend pas se fonder sur la compréhension de la phénoménologie, fût-elle empirique, mais dont l’utilisation a pour seul intérêt de surestimer de manière certaine l’impact du stockage.


Modèle phénoménologique

1. Dans l’absolu, un modèle reposant sur la compréhension la plus complète du phénomène à modéliser, et dont l’aptitude à rendre compte de résultats de mesures directes ou indirectes a été vérifiée. 2. Par comparaison avec les autres modèles disponibles, celui qui permet la meilleure adéquation entre la réalité qu’il entend représenter et les résultats numériques qu’il permet d’obtenir dans le calcul d’impact, dans la gamme de variation des paramètres qui est celle de l’étude.


Modèles conceptuels

Modèles visant à donner la représentation de l’état du milieu géologique ou du comportement d’un ou plusieurs composants du stockage au cours de leur évolution. Ils décrivent ainsi les processus thermiques, hydrauliques, mécaniques et chimiques et sont utilisables en vue des analyses de sûreté et des simulations numériques associées.


Modularité (du stockage)

Organisation du stockage par sous-ensembles, qui permet une mise en oeuvre progressive et une gestion flexible du stockage, ainsi qu’un fractionnement au regard de la sûreté.


Module (de stockage)

Fraction d’une zone de stockage.


MOMAS

MOdélisation MAthématique et Simulations numériques liées aux problèmes de gestion des déchets nucléaires. Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS l’Andra, le CEA, EDF, COGEMA et le BRGM, ayant pour objectif d’apporter des réponses aux questions de modélisation mathématique et de simulation numérique des situations ou scenarii de gestion et de stockage des déchets nucléaires de haute activité et à vie longue.


MOP

Modèle Opérationnel. Fourni par les Producteurs via leur bailleur de R&D (CEA).


MOX

Mélange d’OXydes d’uranium et de plutonium. voir Combustible MOX.


Mur (d’une formation géologique)

Limite inférieure de la formation (géologique).


MX 80

Argile gonflante naturelle (à base de montmorillonite) extraite au Wyoming (Etats-Unis).