Accueil

  

Le papier permanent

Les nouvelles technologies de l'information évoluent très vite, certaines solutions devenant obsolètes en dix à vingt ans tant au niveau des matériels que des logiciels. Cette évolutivité est un problème majeur pour la conservation à long terme de la mémoire. En effet, il n'est pas certain que les générations futures aient toujours les moyens de suivre les évolutions des systèmes d'information (notamment leur migration d'une solution vers une autre).
 

Qu'est-ce qu'un papier permanent ?

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le papier était fabriqué à partir de chiffons. Au début de l'ère industrielle, il évolue par l'utilisation massive de pâtes de bois et de colophane dans l'encollage. Ces éléments provoquent l'apparition d'acides et la destruction du papier en quelques décennies.

Dans les années 1950, d'abord en Grande-Bretagne puis aux Etats-Unis, les papetiers commencent à produire un papier de longue conservation sans que des règles précises soient établies. La première norme définissant le papier permanent date de 1975 aux Etats-Unis. Suivront :

 

  • une première norme internationale en 1994. ISO 9706 : exigences de permanence (capacité à rester stable à travers le temps).
  • puis une seconde en 1996. ISO 11108 : exigences de durabilité (capacité à résister à l'usure normale et aux manipulations).

 

Ces deux normes intègrent plus d'un siècle de retour d'expérience des principaux services archivistiques internationaux.

 

Comment est-il fabriqué ?

Le papier permanent est fabriqué à partir de pure cellulose sans pâte de bois mécanique, sans papier recyclé, sans matériaux composites ou mélanges de pâte :


  • son pH est légèrement basique (de 7,5 à 8,5). Le pH se mesure de 0 à 14. Le papier blanc usuel est en général assez acide (de 4 à 6) dû à son procédé de blanchiment. Il caractérise la résistance à l'oxydation sur une échelle de 0 à 100.
  • son indice Kappa est inférieur à 5. Le papier blanc usuel a en général un indice Kappa entre 25 et 50 avant blanchiment.
  • sa résistance à la déchirure est supérieure à 350 mN (cette résistance est 20 à 50 % plus importante que celle d'un papier classique).  pour un grammage courant de 80 g/m2. Il devrait être stable sur plusieurs siècles sous réserve de le manier avec précautions et de le conserver dans des lieux adaptés (faibles variations de température et d'hygrométrie).

 

       
  
  

 

Duplication de la mémoire détaillée sur papier permanent (1998)
Duplication de la mémoire détaillée sur papier permanent (1998) 

  

Exemple d'une des boîtes de la mémoire détaillée du Centre de la Manche (2004)
Exemple d'une des boîtes de la mémoire détaillée du Centre de la Manche (2004)

 

Contrôle de la qualité
Contrôle de la qualité

 

Page mise à jour le Vendredi 20 Juillet 2012 à 15h05