Accueil

  

Art et mémoire

L'art comme vecteur de mémoire est une des pistes avancées par l'Andra pour dégager des idées réalistes ou utopiques afin de marquer collectivement les esprits à une échelle plurimillénaire. En lien avec le sujet des déchets radioactifs, plusieurs artistes ont déjà réalisé diverses recherches ou expositions en partenariat avec l'Andra. Depuis 2015, un appel à projets est lancé annuellement auprès d'artistes d'horizons divers.

Les appels à projets

2016

Pour la seconde fois, les artistes de toutes disciplines étaient invités à imaginer la mémoire des sites de stockage de déchets radioactifs pour les générations futures. Parmi 24 projets proposés, deux d'entre eux ont été récompensés par l'Andra et un par les membres des groupes mémoire composés de riverains des sites de l'Andra dans l'Aube, la Manche et la Meuse/Haute-Marne.

Les lauréats 2016 sont :

  • 1er prix Andra pour « Forêt », Les Nouveaux Voisins. Les Nouveaux Voisins ont repensé une « Forêt » comme marqueur de surface qui symboliserait la décroissance radioactive des déchets contenus dans les sites de stockage.
    En savoir plus


  • 2e prix Andra pour « Bonne chance », Bruno Grasser. Bruno Grasser, quant à lui, propose un objet mémoriel qui  se  transmettrait de génération en génération.
    En savoir plus

2e prix : Bonne chance   

  • Prix du public pour « Could in/Could out », Alice et David Bertizzolo. Alice et David Bertizzolo ont imaginé une installation artistique qui mêle art et archéologie des paysages.
    En savoir plus

2015

En avril 2015, l'Andra a lancé un appel à projets artistiques "Imaginer la mémoire des centres de stockage de déchets radioactifs pour les générations futures". Sur les quarante projets proposés, huit lauréats ont été primés.

Les propositions de projets n'ont pas nécessairement vocation à être ensuite réalisées. Elles peuvent être aussi bien réalistes, qu'utopiques ou critiques.

Chaque proposition nourrit la réflexion que l'Andra porte sur la captation de la mémoire et sa transmission future. Les résultats seront également partagés à l'international dans le cadre du travail mené par l'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN) afin de mutualiser les réflexions des pays qui ont, comme la France, des installations ou des projets de stockage pour leurs déchets radioactifs.

(Cliquez sur les images pour découvrir les projets détaillés des huits lauréats)


 1er prix - Prométhée oublié d'Alexis Pandellé 2ème prix - La zone bleue de Stéfane Perraud et Aram Kebabdjian 3ème prix - La mémoire de Rossella Cecili

 Caution de Clément Choquet et Mickaël Gamio La mémoire radioactivée de Do Delauney Ancrage spacio-temporel de Luc Richard
                             Enterrassement de Elise Alloin Constellations nucléaires de Guilhem Pratz



Recherches ou expositions réalisées en partenariat avec l'Andra

Julien Carreyn

Reportage photographique au Laboratoire souterrain de l'AndraJulien Carreyn est un dessinateur et photographe, installé en résidence d'artiste dans le cadre d'un partenariat entre l'Andra et le Centre d'art contemporain de Troyes. Il a réalisé des reportages photographiques sur le Centre de stockage de l'Aube et sur le Laboratoire souterrain et notamment un "dessin désuet" qui pourrait constituer une trace mémorielle pour les générations futures comme les oeuvres pariétales de la grotte de Lascaux.

Laurent Flutsh

Laurent Flutsch est un archéologue. Il a réalisé une exposition archéo-humoritique "Futur antérieur" sur les interprétations possibles des vestiges archéologiques de notre temps vus par nos descendants dans 2000 ans.

Cécile Massart

Marqueur-signal pour le Centre de stockage de la MancheCécile Massart est une artiste plasticienne en gravure, photographie, infographie, vidéo, sculpture et création de livres. Depuis plus de vingt ans, elle consacre son oeuvre à la recherche d'un monde de transmission de la mémoire des sites de déchets radioactifs. Depuis 2001, en collaboration avec l'Andra, elle a conçu et présenté des expositions, des éditions et des projets. Le dernier concerne l'étude d'un "marqueur-signal" pour le Centre de stockage de la Manche dont l'objectif est de marquer le paysage afin de matérialiser le site de stockage pour les générations futures.



Veit Stratmann

Veit Stratmann est un plasticien, installé en résidence d'artiste dans le cadre d'un partenariat entre l'Andra et le Centre d'art contemporain de Troyes. Il a réalisé une étude baptisée "la colline".

Afin de le lutter contre la perte de mémoire il propose d'instaurer un rite tous les trente ans, idée qu'il juge lui-même irréalisable.

Ci dessous de la gauche vers la droite :

  1. Stade initial de la colline du Centre de stockage de l'Aube
  2. Cinquième augmentation de la colline du Centre de stockage de l'Aube (2221)
  3. Dixième augmentation de la colline du Centre de stockage de l'Aube (2371)

Stade initial de la colline du Centre de stockage de l'Aube Cinquième augmentation de la colline du Centre de stockage de l'Aube (2221) Dixième augmentation de la colline du Centre de stockage de l'Aube (2371)






       
  
  

 

 

Page mise à jour le Mercredi 14 Décembre 2016 à 11h58