Accueil

  

Lexique

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


  A

ABT - Acide Benzène Tricarboxylique

Acide Benzène Tricarboxylique 1, 2, 4.


ACC

Atelier de Compactage des Coques. Atelier de l’Usine Cogema de La Hague, réalisant depuis 2002 le compactage des gaines de combustible de réacteurs à eau légère et de certains déchets technologiques.


Accident de criticité

Déclenchement incontrôlé d'une réaction de fission en chaîne au sein d'un milieu contenant des matières fissiles.


ACD

Atelier de conditionnement des déchets.




Actinides

Radionucléides naturels ou artificiels, de numéro atomique compris entre 89 (actinium) et 103 (lawrencium). Dans les combustibles usés, ils sont formés en réacteur à partir d’uranium, par capture de neutrons.


Actinides mineurs

Actinides produits dans le combustible irradié en quantité moindre que les actinides principaux (uranium, plutonium). Essentiellement neptunium, américium, curium.


Action sismique

Effet des séismes qui s’estime par les mouvements induits par les ondes de différents types (P, S, Surface), exprimées sous forme de spectre de réponse élastique des terrains.


Activité

Les déchets radioactifs peuvent être classés selon les éléments radioactifs qu'ils contiennent. Exprimée en becquerel, cette activité est un facteur essentiel pour la gestion des déchets radioactifs car elle détermine l'importance des protections à mettre en place pour les travailleurs et le public lors du transport des déchets. En effet, un déchet à très haute activité demande une protection plus importante puisqu'il émet beaucoup de rayonnements, ce qui peut être dangereux pour la santé et l'environnement.


Activité (nucléaire)

Nombre de transitions nucléaires spontanées d'une quantité de nucléides radioactifs par unité de temps Note : l'unité d'activité est le becquerel, activité d'une quantité de nucléides radioactifs pour laquelle le nombre de transitions nucléaires par seconde est égal à un. On utilise aussi le curie et ses sous-multiples (1 curie = 3,7 x 1010 Bq).


Activité labile

Activité des radionucléides immédiatement relâchés à l’arrivée d’eau.


AD2

Atelier de conditionnement des Déchets technologiques à Cogema la Hague.


AEN

Agence de l’Energie Nucléaire. Agence spécialisée de l’OCDE créée en 1958.


AF

Analyse Fonctionnelle.


AFA

Advanced Fuel Assembly. Assemblage de combustibles de conception « avancée », à tubes-guides épaissis et à gainage en alliage de zirconium, permettant entre autre le démontage des embouts. Note : Il porte la désignation AFA-2GE pour les réacteurs REP 900 Mwe et AFA-2LE pour les réacteurs REP 1300 Mwe et 1450 Mwe.


AFE

Analyse Fonctionnelle Externe du stockage.


AFI

Analyse Fonctionnelle Interne du stockage.


AIC

alliage Argent – Indium – Cadmium.


Aléa sismique

Activité sismique au cours du temps en terme de lieux possibles d’occurrence (sources sismiques), de caractéristiques des événements (magnitude et récurrence), de dimensionnement des mouvements engendrés sur le site concerné et des effets possibles.


Alliances

Atelier LogicieL d’Intégration, d’Analyse et de Conception pour l’Entreposage et le Stockage. Environnement de modélisation et de simulation intégrant des codes de calculs d’origines diverses et permettant dans un cadre unifié de les exploiter et de les coupler pour l’étude et l’analyse de phénomènes multiphysiques.


Alvéole de stockage

Ouvrage creusé dans la formation géologique hôte du stockage et recevant des colis de déchets radioactifs stockés Note : la taille de ces ouvrages est variable suivant les types de colis (diamètre métrique à pluri métrique, longueur pluri décamétrique à pluri hectométrique). Voir des photos d'alvéoles de stockages dans le déplacement d'un bâtibulle.


AM

Actinide Mineur.


Amont du cycle du combustible

Ensemble des opérations qui accompagnent la production d’électricité nucléaire, de l’extraction du minerai d’uranium à la fabrication de combustible.


Analyse de sûreté

Ensemble des examens techniques destinés à apprécier, en fonction de l'évaluation des risques, les dispositions propres à assurer la sûreté.


Analyse de sensibilité

Évaluation de la variation d'un résultat destinée à hiérarchiser les paramètres et les modèles, en déterminant ceux dont la variation induit le plus de conséquences sur l’évaluation globale.


Analyse Fonctionnelle

Démarche qui consiste à recenser, caractériser, ordonner, et hiérarchiser les fonctions d’un produit (en l’occurrence, le stockage). On distingue : 1- l’Analyse Fonctionnelle Externe du stockage (AFE) : identification des besoins fonctionnels auxquels un stockage doit répondre 2- l’Analyse Fonctionnelle Interne du stockage (AFI) : décomposition des besoins fonctionnels en fonctions techniques, et allocation de ces fonctions aux principaux composants d'un stockage.


Analyse Phénoménologique des Situations de Stockage (APSS)

Description des phénomènes susceptibles de se produire sur l'ensemble des phases d’évolution temporelle du stockage.


Analyse Qualitative de Sûreté du stockage (AQS)

Identification des incertitudes et étude de leur influence sur le comportement du stockage conduisant à une hiérarchisation des incertitudes, en fonction de leur importance au regard de la sûreté.


Andra

Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.




Appui d'un scellement

Dispositif de confinement mécanique du noyau de scellement à base d'argile gonflante d’une galerie ou d’un puits.


APSS

Analyse Phénoménologique des Situations de Stockage.


AQS

Analyse Qualitative de Sûreté.


AQUABIOS

Logiciel de calcul de la dose engagée, suite à rejet de radionucléides dans la biosphère.


Aquifère

Unité hydrogéologique dont la perméabilité permet la production de l’eau en quantité utilisable Note : dans le dossier 2005 argile, par contraste avec la couche du Callovo-Oxfordien dont la perméabilité est très faible, ce terme a été utilisé pour désigner des formations géologiques (par exemple le Dogger) qui, sur le secteur, ne constitueraient pas en l’état une ressource en eau, mais dont les perméabilités bien que faibles sont supérieures à celle du Callovo-Oxfordien.


Areva

Groupe industriel français spécialisé dans les métiers de l'énergie.




Argile gonflante

Voir la deuxième définition de bentonite.


Argilite(s)

1. Roche constituée principalement de minéraux argileux, sans litage net et indurée par compaction 2. Par extension, désigne le Callovo-Oxfordien.


ASN

Autorité de Sûreté Nucléaire.




ASND - Autorité de sureté nucléaire défense



Assainissement radioactif

Ensemble d’opérations visant à réduire la radioactivité d’une installation ou d’un site, notamment par décontamination ou évacuation de matériels.


Assemblage combustible

Ensemble formé d'éléments combustibles et chargé d'un seul tenant dans un réacteur nucléaire.


Auréole de transition

Interface entre la pâte de ciment et les granulats dans un mortier ou un béton (en anglais ITZ, Interfacial Transition Zone).


Auscultation

Ensemble des opérations de mesures, d’analyses et d’interprétation des paramètres de comportement d’un ouvrage (en anglais, monitoring) Note : ne distingue pas l’objectif d’acquisition de la mesure, regroupe reconnaissance, surveillance et observation.


Aval du cycle du combustible

Ensemble des opérations qui accompagnent la production d’électricité nucléaire, à partir du traitement du combustible usé jusqu’au recyclage du plutonium en combustibles MOX.


AVM

Atelier de Vitrification de Marcoule. Atelier de COGEMA la Hague, produisant depuis 1978 des colis de déchets C vitrifiés.

Haut de la page


  B

B4c

Carbure de Bore.


Barrière (de confinement)

Dispositif capable d'empêcher ou de limiter la dispersion des matières radioactives ou d’autres substances.


Barrière géologique

Partie de la géosphère dont on convient de mobiliser les caractéristiques pour limiter la dispersion de radionucléides ou d'autres substances.


Barrière ouvragée (argileuse)

Matériau ou dispositif à base d'argile gonflante (en anglais, Buffer, tampon), interposé entre les colis de combustibles usés et la roche et considéré à titre de variante pour les déchets C vitrifiés.


Barrois (calcaires du)

Formation calcaire appartenant au Kimméridgien terminal - Tithonien Note : cette formation est affleurante sur le plateau de Bure chets C vitrifiés.


Bâtibulle

bâtiment abri protégeant les alvéoles de stockage de faibles activités.


BCS

Bureau de contrôle et de surveillance.




BDS

Bac du séparatif, exutoire du CSM des "effluents à risque".




Becquerel (Bq)

Unité légale utilisée pour la mesure de la radioactivité. 1 Bq correspond à une désintégration subie par un radionucléide par seconde. Cette unité remplace le curie. On emploie plus couramment ses multiples


Bentonite

1. Roche argileuse formée principalement de minéraux argileux du groupe des smectites (par exemple, montmorillonite) Note : la bentonite MX 80, étudiée pour la réalisation de scellements et barrières ouvragées, contient plus de 80 % de montmorillonite 2. Matériaux constituant les scellements, bouchons d’alvéoles et barrière ouvragée argileuse.


BIOCLIM

Modelling Sequential BIOsphere Systems under CLIMate Change for Radioactive Waste Disposal. Projet européen de recherche, unissant la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni et la République Tchèque pour l’établissement des bases scientifiques nécessaires à la prise en compte des changements climatiques à très long terme dans les modèles d’évaluation de sûreté du stockage en formation géologique profonde.


BIOMASS

BIOsphere Modelling and ASSessment. Programme de l’AIEA lancé en 1996 pour améliorer les capacités de modélisation des transferts des radionucléides dans l’environnement et faire émerger un consensus international, notamment sur la description de biosphères de référence et leur caractérisation par le biais d’une analyse standardisée.


BIOMOVS

BIOspheric Model Validation Study – Etude de validation des modèles de la biosphère. Projet du début des années 1990, coordonné par le « Swedish Radiation Protection Institute », réalisé en 2 phases : validation des modèles de biosphère pour l’évaluation à long terme de la sûreté des sites de stockage de déchets radioactifs et développement des outils de représentation la biosphère.


Biosphère

Ensemble des écosystèmes, comprenant tous les êtres vivants et le milieu où ils vivent.


Biosphère de référence

Modèle de biosphère retenu en référence dans le cadre d'un calcul de sûreté et désignant un ensemble de composantes : le climat local, la végétation et la faune, les sols, la géomorphologie, la géologie, l’hydrologie de surface et l’hydrogéologie, les activités humaines locales.


Blocage de déchets radioactifs

Immobilisation par prise en masse au sein d'un matériau de façon à obtenir un produit solide, compact et stable, physiquement non dispersable.


Bouchons (d'alvéoles)

Dispositifs en tête d’alvéole, distingués selon leur fonction : 1- le bouchon métallique, qui assure la protection du personnel contre les rayonnements (pour les alvéoles de colis C et de combustibles usés) pendant la phase d’exploitation et d’observation 2- le bouchon d'argile, qui assure, après resaturation, l'étanchéité hydraulique de l'alvéole 3- le bouchon de béton, qui assure le confinement mécanique du bouchon d'argile.


Boues bitumées

Déchet résultant de l'enrobage de boues radioactives (issues du traitement de liquides radioactifs) dans du bitume (goudron, asphalte).


Boulon (d'ancrage)

Composant du soutènement constitué essentiellement d'une tige en acier ou en composite fibre de verre - résine, installée dans un trou foré dans le terrain à soutenir et solidarisé avec celui-ci par un ancrage Note : l’ancrage peut être réparti sur toute la longueur (coulis de ciment ou résine) ou ponctuel au fond du trou (ancrage mécanique ou à la résine).


BRGM

Bureau de Recherches Géologiques et Minières.


BRIGHT

coupled deformation, BRIne, Gas and Heat Transport. Code de couplage de la déformation et des transports de la saumure, du gaz et de la chaleur, développé et utilisé par l’UPC de Barcelone.


BRS

Bac du réseau séparatif, bac recevant les effluents venant d'un ouvrage de stockage ou d'un groupe d'ouvrages.



Haut de la page


  C

C&E

Coques et Embouts.


CAC

Conteneur Amiante Ciment. Emballage utilisé jusqu’en 1994 par COGEMA la Hague pour le conditionnement des déchets technologiques.


Calage (d'un modèle)

Action consistant à fixer des paramètres d'un modèle et/ou des valeurs associées à ces paramètres pour que ce modèle soit représentatif du comportement observé ou supposé.


Calcul d'impact

Calcul de performance du stockage (en phase d'exploitation ou de post-fermeture), conduit jusqu'à l'évaluation de l'impact environnemental. L'impact est caractérisé par la dose efficace engagée (pour l'impact radiologique) et par les concentrations dans la biosphère, les excédents de risques individuels ou les quotients de danger (pour l'impact chimique) Note : mode de calcul en accord avec la publication 81 de la CIPR et la RFS III.2.f .


Calcul de référence

Calcul effectué pour représenter l’état des connaissances sur l’évolution du stockage, dans une approche qui prend en compte à la fois les acquis de la recherche et l’approche de sûreté, avec l’objectif d’évaluer un majorant de l’impact d’une éventuelle installation de stockage. Le calcul de référence utilise des modèles et paramètres conservatifs ou pénalisants selon les cas.


Callovo-Oxfordien

Formation sédimentaire (argilites) débutant à 158 Ma (Jurassique moyen) et se terminant à 152 Ma environ (Jurassique supérieur) [SGF – 2002] Note : formation étudiée sur le secteur de Meuse/Haute-Marne et notamment dans le laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne.


CANDU

CANadian Deuterium Uranium. Filière de réacteurs canadiens.


Carbone 14

Grâce à sa radioactivité, le carbone 14 permet de dater des oeuvres comme les peintures de la grotte de Lascaux (environ 17 000 ans). Mais la datation au carbone 14 ne s'applique qu'à des matières organiques jusqu'à 50 000 ans.


Carte en isohypses

Carte représentant des surfaces au moyen de courbes de même altitude.


CAST3M

voir CASTEM 2000.


CASTEM 2000

Code généraliste aux éléments et volumes finis permettant de résoudre des problèmes en mécanique des solides, mécanique des fluides et thermique.


CBF-C

Conteneur Béton Fibres-Cylindrique. Emballage utilisé depuis 1994 par COGEMA la Hague pour le conditionnement des déchets technologiques, en remplacement des CAC.


CD

Chambre de drainage, pièce répartie en périphérie de la couverture recevant les eaux de drainage de deux panneaux de couverture.




CEA

Commissariat à l’Energie Atomique.


Cellule chaude

Enceinte destinée au traitement des matières radioactives et qui assure le confinement et la protection contre les rayonnements par des parois blindées. L’enceinte est équipée d’éléments permettant la télémanipulation d’objets irradiants.


CEM I

Ciment de Portland.


CEM II

Ciment de Portland composés.


CEM III

Ciment de hauts fourneaux.


CEM IV

Ciment pouzzolanique.


CEM V

Ciment aux laitiers et aux cendres.


CEN

voir SCK.


Centraco

Usine d'incinération et de fusion de déchets radioactifs.




Centrale nucléaire

Il s'agit d'installations industrielles qui produisent de l'électricité à partir d'une énergie très puissante - l'énergie nucléaire - en utilisant l'uranium comme combustible.


Centre de stockage

Dépôt organisé de colis de déchets radioactifs, conçu pour pouvoir être définitif.


Centre de stockage de l’Aube CSA

Ce centre accueille tous les déchets radioactifs de faible et moyenne activité (FMA) à vie courte produits en France. Ils sont acheminés par camions, soit directement depuis leur lieu de production, soit depuis le terminal ferroviaire de Brienne-le-Château, à environ 15 km du Centre .Ils sont éventuellement compactés pour réduire leur volume, puis conditionnés sous forme de colis en métal ou en béton, en fonction de leur radioactivité. Plus de 1 500 mesures portant sur la qualité de l'environnement ont été effectuées avant l'arrivée du premier colis de déchets radioactifs sur le Centre de l'Aube, en 1992. Ces mesures constituent le point de référence. Depuis le stockage du premier colis, des mesures sont régulièrement effectuées et comparées à ce point de référence.


CESAR

Code d’Evolution Simplifié Appliqué au Retraitement. Code de calcul COGEMA destiné à évaluer les caractéristiques radiologiques des combustibles usés et leur évolution dans le temps.


Champ lointain

Partie de la géosphère entourant une installation de stockage géologique de déchets radioactifs, non soumise à des perturbations thermiques, hydrauliques, mécaniques ou chimique notables venant du stockage Note : s'oppose à champ proche.


Champ proche

Partie d'une installation de stockage géologique de déchets radioactifs, y compris la roche d’accueil en environnement immédiat. Le champ proche est généralement le siège des perturbations thermiques, hydrauliques, mécaniques et chimiques induites par la présence du stockage Note : s'oppose à champ lointain.


Charge hydraulique

Somme de la pression d’eau en un point donné exprimé en mètre et de la cote de ce point compté par rapport à un référentiel (en général, cote NGF).


Charge thermique

Elévation transitoire de la température dans le stockage et le milieu géologique environnant due au dégagement thermique des colis.


Chemisage

Tubage de l'alvéole de stockage de déchets C vitrifiés ou de combustibles usés, dans lequel sont introduits les colis de stockage. On distingue 1- le chemisage définitif, qui reste en place quand on scelle l'alvéole 2- le chemisage provisoire, qui doit être démonté avant le scellement de l'alvéole.


CI2A

Centres industriels de l'Andra dans l'Aube.




Cintre

Arceau en acier servant au soutènement d’un ouvrage souterrain. On distingue


CIPR

Commission Internationale de Protection Radiologique .


Cires

Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage.




Cli

Commission locale d'information.




Clis

Commission locale d'information et de surveillance.




CMA

Concentration Maximale Admissible dans l’air.


CMEE

Chambre de mesure des eaux d'exploitation, exutoire des eaux de ruissellement de la voirie Ouest.




CMG

Chambre de mesure globale, exutoire des eaux pluviales.




CMHM

Centre de Meuse/Haute-Marne.




CNAM

Centre national des arts et métiers.




CNE

Commission Nationale d’Evaluation.


CNRS

Centre National de la Recherche Scientifique.


Cobenade

Contrôleur bêta sur nappe d'eau, appareil mesurant la radioactivité de l'eau rejetée.




CODIDRA - Comité de coordination industriel pour les déchets radioactifs

Instance de pilotage de l'industrie française du déchet radioactif, présidée par l'Etat (DGEC).




CODIS

Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours.




Coefficient de diffusion (d’un soluté)

Coefficient caractérisant le flux massique d’un soluté déplacé sous l’effet d’un gradient de concentration de ce soluté (voir Diffusion).


Coefficient de distribution (Kd)

Coefficient caractérisant la distribution d'un élément chimique entre une phase solide et une phase liquide en équilibre : valeur du rapport entre la quantité de l'élément par unité de poids de la phase solide et la concentration de l'élément en solution dans la phase liquide.


COGEMA

COmpagnie GEnérale des MAtières nucléaires (filiale d’AREVA).


Colis d'entreposage (de longue durée)

Colis tel qu'il serait mis en place dans une installation d'entreposage de longue durée. Il correspond à des colis primaires éventuellement placés dans des compléments de colisage.


Colis de déchets

Les déchets sont conditionnés sous la forme de colis. Cela permet d'éviter leur dispersion,qui présenterait des risques pour l'homme et l'environnement. Ils passent ensuite par différentes étapes : 1- Le tri des déchets en fonction de leur radioactivité pour assurer le mode de gestion qui correspond à chacun d'entre eux , 2- Le traitement, en particulier pour diminuer leur volume : on transforme les liquides en produits solides et on incinère ou on compacte les déchets , 3- Le conditionnement : les déchets sont mélangés à un matériau d'"enrobage" (béton, mortier, résine,bitume)et placés dans les conteneurs en béton ou en acier. Un colis de déchets faiblement ou moyennement radioactif (FMA) à vie courte (ceux qui sont reçus au Centre de stockage de l'Aube) se compose de trois éléments : 1- Les déchets eux-mêmes (gants, bottes, outils et tout objet ayant été en contact avec les matières radioactives), 2- Ce qui constitue l'enrobage (mortier, résine ou bitume) qui stabilise et rend les déchets inertes, 3- L'emballage (fûts, caissons métalliques ou béton) adapté selon le volume et la radioactivité des déchets stockés. Ces déchets ne représentent globalement que 15 % d'un colis.


Colis de déchets radioactifs

Conteneur non récupérable rempli de déchets radioactifs conditionnés.


Colis de stockage

Colis de déchets tel qu'il serait mis en place dans une installation de stockage. Il correspond à des colis primaires éventuellement placés dans des compléments de colisage.


Colis primaire

Colis de déchets tel qu’issu des installations de conditionnement des déchets des producteurs.


Colis type

Colis représentatif d'une famille ou d'un ensemble de familles de colis primaires.


COLONBO

Comportement à LONg terme des Boues Bitumées. Modèle décrivant l’absorption d’eau (et le gonflement subséquent) ainsi que le relâchement des sels et des radionucléides


Combustible

Un combustible est une matière qui fournit de la chaleur en brûlant. Les plus connus sont le bois, le charbon, le gaz naturel et le pétrole. L'uranium, utilisé dans les centrales nucléaires, est appelé "combustible nucléaire" car il dégage aussi de la chaleur mais par fission et non par combustion. Utilisé dans une centrale nucléaire,en France, un kilo d'uranium produit 10.000 fois plus d'énergie qu'un kilo de charbon ou de pétrole dans une centrale thermique. Après son utilisation dans le réacteur, le combustible nucléaire en est extrait. Une partie pourra être recyclée ; le reste, c'est-à-dire les déchets radioactifs dont on ne peut plus tirer partie, sont entreposés sur les sites de production dans des puits ventilés.


Combustible (nucléaire)

Matière contenant des nucléides dont la consommation par fission dans un réacteur nucléaire permet d'y entretenir une réaction en chaîne.


Combustible MOX

Combustible nucléaire à base d'un mélange d'oxyde d'uranium et d'oxyde de plutonium.


Combustible UOX

Combustible nucléaire à base d'oxyde d'uranium. On distingue


Combustible(s) Usé(s)

Combustible nucléaire irradié et qui est enlevé du réacteur après utilisation parce qu'il ne peut plus entretenir la production d'énergie sans avoir subi un traitement approprié.


Complément de colisage

Dispositif(s) complémentaire(s) permettant de transformer les colis primaires en colis d’entreposage ou de stockage. Lorsque ce dispositif complémentaire est une enveloppe, ce complément de colisage est aussi appelé "surconteneur" (exemple : cas des déchets C vitrifiés).


Conceptualisation (phénoménologique) (d'un scénario)

Représentation d'une réalité par un modèle dans un objectif de compréhension (phénoménologie) ou d'évaluation de sûreté (scénario).


Conditionnement des déchets radioactifs

Ensemble des opérations consistant à mettre les déchets radioactifs sous une forme convenant à leur transport, leur entreposage ou leur stockage. Note : ces opérations peuvent comprendre notamment le compactage, l'enrobage, la vitrification, la mise en conteneur.


Confinement (de matières radioactives)

Maintien de matières radioactives à l'intérieur d'un espace déterminé grâce à un ensemble de dispositions visant à empêcher leur dispersion en quantités inacceptables au delà de cet espace. Par extension, ensemble des dispositions prises pour assurer ce maintien.


Contamination (radioactive)

Présence de matières radioactives dans un matériau, à la surface d’objets ou à tout endroit où cette présence est indésirable ou peut avoir des conséquences nocives. Pour l’homme, on opère une distinction entre contamination externe ou interne. Dans le cas d’une contamination interne, les particules radioactives sont présentes dans le corps, par exemple par inhalation ou par ingestion de solides, de liquides ou de gaz contaminés par des matières radioactives. Dans le cas d’une contamination externe, les substances radioactives sont en contact avec la peau ou les parties externes de l’organisme.


Conteneur

Récipient fermé manutentionnable destiné au transport et/ou à l’entreposage et/ou au stockage de substances radioactives.


Convection

Entraînement des éléments en solution (solutés) dans le mouvement de l’eau qui se déplace.


Coques et embouts

Désignent respectivement les tronçons de gaine et les pièces d'extrémité obtenues après cisaillage des crayons de l'assemblage combustible au moment du recyclage.


Corrosion (des métaux et alliages)

Interaction physico-chimique entre un métal et son environnement entraînant des modifications dans les propriétés du métal et pouvant conduire à une dégradation significative de la fonction du métal, du milieu environnant et du système technique dont ils font partie. En fonction de l’environnement physico-chimique, on distingue : 1- la corrosion aqueuse qui se produit en présence d’une phase aqueuse liquide 2- la corrosion atmosphérique pour laquelle l’atmosphère terrestre à température ambiante est le milieu corrosif (ou correspondant à la réaction d’un métal avec l’oxygène de l’air lorsqu’à sa surface, l’humidité et les polluants forment un électrolyte) 3- la corrosion gazeuse ou corrosion sèche : oxydation (à haute température ou à basse température) se produisant en l’absence de phase aqueuse.


Corrosion caverneuse

voir Corrosion par effet de crevasse.


Corrosion généralisée

Corrosion progressant sur l’ensemble de la surface du métal exposé au milieu corrosif Note : s’oppose à corrosion localisée.


Corrosion localisée

Corrosion se concentrant préférentiellement sur des sites discrets de la surface d’un métal exposé à un milieu corrosif. Elle peut, par exemple, se présenter sous forme de piqûres, sillons intergranulaires, fissures …etc. Note : s’oppose à corrosion généralisée.


Corrosion par effet de crevasse

Corrosion localisée associée à la présence d’un interstice étroit ou d’un espace restreint entre la surface d’un métal et une autre surface (métallique ou non).


Corrosion sous contrainte

Corrosion localisée dans laquelle apparaît une fissuration due à une corrosion assistée par la contrainte.


Corrosion uniforme

Corrosion progressant approximativement à la même vitesse sur l’ensemble de la surface du métal exposé au milieu corrosif.


COT

Carbonne Organique Total.


Coupure hydraulique (de zone endommagée autour d'un scellement)

Composant d'un scellement interrompant tout ou partie de la zone endommagée de la roche environnante de façon à réduire les écoulements d’eau le long du scellement (on dit aussi clef d’ancrage). En pratique, il est réalisé sous la forme d'une saignée.


COX

Callovo-Oxfordien.


CP0

Contrat Programme (pré-série) (6 réacteurs 900 MW).


Crayon

Tube de faible diamètre, fermé à ses deux extrémités, constituant du coeur d’un réacteur nucléaire quand il contient une matière fissile, fertile ou absorbante Note : lorsqu’il contient de la matière fissile, le crayon est un élément combustible.


CRED

Chambre de récupération des eaux de drainage, exutoire avant mesure des eaux de drainage de la couverture.




CREP

Chambre de récupération des eaux pluviales, exutoire avant mesure des eaux pluviales.




Criticité

État d'un milieu dans lequel s'entretient une réaction nucléaire en chaîne.


Critique

Se dit d'un milieu où s'entretient une réaction de fission en chaîne au cours de laquelle apparaissent autant de neutrons qu'il en disparaît.


CSD-C

Conteneur Standard de Déchets Compactés.


CSD-V

Conteneur Standard de Déchets Vitrifiés .


CSH

Calcium Silicate Hydrate. Silicate de calcium hydraté.


CU

Combustibles Usés.


Cycle de transgression régression

Cycle avec avancée de la mer sur le continent, puis son retrait. Par extension, montée puis baisse du niveau marin.

Haut de la page


  D

Débit de dose

Accroissement de dose par unité de temps.


Déblais

Roches abattues et extraites lors des travaux de creusement, éventuellement réutilisées en remblais.


Déchets B

Déchets issus des phases de fabrication des combustibles et de traitement des combustibles irradiés ainsi que des activités de recherche nucléaire. Ils ont une activité moyenne et une vie longue.


Déchets conditionnés

voir Conditionnement des déchets radioactifs.


Déchets de structure

Déchets obtenus après cisaillage de l'assemblage combustible au moment du traitement, correspondant aux pièces métalliques de l’assemblage (principalement, coques et embouts).


Déchets graphites

Déchets constitués essentiellement de carbone issus des centrales nucléaires de l’ancienne filière uranium naturel graphite gaz en cours de démantèlement.


Déchets radioactifs

Résidu provenant de l'utilisation de matières radioactives, dont aucun usage n'est prévu dans l'état actuel des connaissances et dont le niveau d'activité ne permet pas, sans contrôle, l'évacuation dans l'environnement.


Déchets technologiques

Déchets issus des installations de traitement des combustibles irradiés, contaminés au contact des matières radioactives provenant de ces combustibles.


Déchets tritiés

Déchets contaminés par du tritium.


Déclassement

Ensemble des opérations administratives et réglementaires destinées soit à classer une installation nucléaire dans une catégorie inférieure, soit à en supprimer le classement initial.


Démantèlement

Ensemble des opérations techniques qui conduisent une installation nucléaire à un niveau de déclassement choisi.


Démarche de transposition

Ensemble des étapes de raisonnement permettant d'extrapoler des résultats locaux à une zone plus étendue.


Désaturée (roche)

Etat de la roche dans laquelle tout ou partie de la porosité n'est pas totalement remplie d'eau liquide.


DAC (la) - Demande d’autorisation de création

Cf. loi du 13/06/06 sur la sécurité nucléaire et décret 02/11/07 y afférent.




DAC (le) - Décret d’autorisation de création

Cf. loi du 13 juin 2006 sur la sécurité nucléaire.




DDC

Dérivation drainage couverture, part des eaux de drainage couverture orientée vers les "effluents à risque."




Déchets à vie courte

Déchets contenant majoritairement des radionucléides dont la période radioactive (demi-vie) est inférieure ou égale à 31 ans.


Déchets à vie courte de faible et moyenne activité (FMA)

Ils représentent 90 % des déchets radioactifs produits en France. Leur période radioactive n'excède pas 30 ans, c'est-à-dire qu'au bout de 300 ans, ces déchets ont perdu leur potentiel de nuisance. Ils sont compactés dans des colis en acier ou en béton qui sont stockés dans des centres de stockage de surface. Il en existe deux en France, à La Hague (Manche) qui n'est plus exploité et à Soulaines (Aube) actuellement exploité. Leur gestion est assurée par l'Andra.


Déchets à vie longue

Déchets contenant en quantité significative des radionucléides dont la période radioactive (demi-vie) est supérieure à 31 ans.


Déchets C (vitrifiés)

Déchets issus du processus de vitrification de solutions de produits de fission lors du retraitement des combustibles irradiés. Ils ont une haute activité.


Déchets TFA

Déchets de très faible activité.




DED

Débit d’Equivalent de Dose.


Descenderie

Galerie inclinée reliant la surface au fond.


DGEC - Direction générale de l'énergie et du climat



Diaclase

Cassure de la roche, sans déplacement des deux parties séparées.


Diagenèse

Ensemble des changements biochimiques et physico-chimiques affectant un sédiment après son dépôt (avant qu'il ne passe en domaine métamorphique) et conduisant à sa transformation en une roche.


Diagraphies (en forage)

Mesure (en continu) d’une propriété physique tout au long d’un forage au moyen d’un capteur déplacé dans ce forage.


Diffusion (d’un soluté dans un milieu poreux)

Phénomène physique lié à l’agitation moléculaire par lequel un soluté se déplace dans un milieu poreux sous l’action d’un gradient de concentration dans ce soluté. La résultante de l’agitation moléculaire est un transfert des solutés des zones de concentration élevée vers les zones à concentration faible.


Dispersion (cinématique)

Phénomène de transfert d’un soluté associé à la convection, lié à l’hétérogénéité du champ de vitesses d’écoulement au sein du milieu poreux.


Disposition de sûreté

Moyen matériel ou immatériel (procédure) mise en oeuvre pour remplir une fonction de sûreté.


Dissolution (aqueuse)

Mise en solution d’une phase solide (dans l’eau).


Dissolution radiolytique

Dissolution des pastilles d’oxydes des combustibles usés liée à la radiolyse de l’eau sous l’effet des rayonnements a et ß/γ émis par les radionucléides contenus dans ces pastilles et entraînant la formation d’espèces oxydantes.


Dogger

Période géologique du Mésozoïque (Secondaire) correspondant au Jurassique moyen, comprise entre 175 et 154 millions d’années (SGF – 2002).


Dolomie

Roche carbonatée contenant du magnésium [(Ca, Mg) (CO3)2].


Domaine d’évolution normale

Ensemble des situations de stockage en phase de post fermeture, jugées certaines ou très probables, et correspondant à des évolutions naturelles du site et des matériaux .


Dose

Quantité d’énergie communiquée à un milieu par un rayonnement ionisant. Note : Ce terme général prend un sens particulier lorsqu’il est employé en association avec un ou plusieurs adjectifs qualificatifs tels que absorbée, collective, efficace, engagée, équivalente, individuelle …


Dose équivalente

Produit de la dose absorbée dans un tissu ou un organe par un facteur de pondération tenant compte de l’effet biologique lié à la nature et à l’énergie du rayonnement Unité : sievert (Sv).


Dose (absorbée)

Énergie d’un rayonnement ionisant absorbée par unité de masse Unité


Dose efficace

Somme des doses équivalentes reçues par les différents organes et tissus d’un individu, pondérées par un facteur propre à chaque tissu ou organe Unité : sievert (Sv) Note : elle prend donc en compte, outre l’énergie délivrée à la matière sous forme de rayonnement, la nature plus ou moins nocive de ce rayonnement et la sensibilité des tissus ou organes irradiés.


Dose efficace individuelle (annuelle) (engagée)

Dose efficace durant une période d’un année Unité : Sv.an-1.


Dose engagée

Dose reçue pendant un temps déterminé du fait d’une incorporation de matières radioactives Note : si le temps n’est pas spécifié, il est implicitement de 50 ans pour les adultes et s’étend jusqu’à 70 ans pour les enfants. Dans le cas où le temps est inférieur à ces valeurs, il conviendra d’employer l’expression « dose engagée tronquée » ou par abréviation « dose tronquée » (en anglais : truncated dose ).


Dossier de caractérisation

Document rassemblant les informations relatives aux essais menés et aux résultats obtenus dans le cadre du programme de caractérisation d’un colis de déchets, en général préalablement à sa mise en production.


Dossier de connaissances

Document décrivant les caractéristiques d’une famille de colis ou d’un regroupement de familles de colis. Les dossiers de connaissance sont établis par les producteurs sur la base d’une spécification établie par l’Andra.


dpa

déplacement moyen par atome.


Drainance

Echange hydraulique entre deux aquifères encaissants par écoulement vertical à travers un semi-perméable (aquitard). L’importance de cet échange dépend du gradient hydraulique induit par les aquifères encaissants, de la perméabilité et de l’épaisseur du semi-perméable.


Dreal

Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement




DT

Déchets Technologiques.

Haut de la page


  E

EACL

Atomic Energy of Canada Limited.


Eau interstitielle

Eau contenue dans la porosité d’un milieu poreux.


ECE

Entreposage des Coques sous Eau.


ECOCLAY

Effets of Cement On CLAY barrier performance. Programme de recherches des 4ème et 5ème PCRD, ayant pour objet l’étude des effets minéralogiques et structuraux des interactions entre diverses bentonites et des eaux cimentaires.


EDF

Electricité De France.


EDTA

acide Ethylène Di-amine Tétra-Acétique .


EDZ

Excavation Damaged Zone.Voir Zone endommagée. Note : la terminologie originelle est « excavation disturbed zone ».


EEVSE

Extension entreposage vert Sud-Est.




Effets des rayonnements

Dans l'organisme, les rayonnements peuvent endommager les cellules traversées. Celles-ci disposent de capacités de réparation limitées : au delà d'une certaine quantité de rayonnements reçus, les cellules peuvent subir des mutations (qui provoqueront des leucémies ou des cancers) ou être détruites. En médecine cependant, les effets d'une irradiation peuvent être bénéfiques, quand les rayons touchent des cellules malades. On parle alors de radiothérapie.


EIP

Entreposage Intermédiaire Polyvalent. Installation d’entreposage implantée sur le site de Marcoule qui regroupera, à terme, l’ensemble des colis de déchets B de ce site.


EIS - Elément important pour la sûreté

Equivalent des EIPS de la réglementation SEVESO installations classées. Définit par l'arrêté qualité de 1984 (en cours de refonte dans un arrêté interministériel rédigé par l'ASN).




Elément combustible

Le plus petit constituant d’un coeur de réacteur, ayant une structure propre et contenant du combustible nucléaire.


Eléments radioactifs artificiels

Ces éléments "fabriqués" artificiellement par l'homme sont couramment utilisées en médecine et dans l'industrie. D'autres sont créés dans les réacteurs nucléaires. Certains ne sont plus utilisables et constituent ce que l'on appelle les déchets radioactifs. Voici quelques ordres de grandeur de radioactivité artificielle : - Scintigraphie osseuse : 550 millions de Bq, - Combustible usé en sortie de réacteur nucléaire


Eléments radioactifs naturels

Eléments radioactifs naturels : lors de la formation de la Terre, il y a environ 5 milliards d'années, la matière comprenait des atomes stables et instables. La majorité des atomes radioactifs se sont désintégrés et la plupart d'entre eux ne sont plus radioactifs. Cependant, il existe toujours quelques atomes radioactifs naturels dans l'atmosphère,dans la croûte terrestre et même dans notre alimentation. Voilà pourquoi tout ce qui nous entoure est radioactif. Voici quelques ordres de grandeur de radioactivité naturelle : - Eau de pluie : 0,5 Bq par kg, - Eau de mer : 12 Bq par kg, - Terre : 1000 Bq par kg (varie entre 500 et 5 000 Bq par kg selon les terrains), - Pomme de terre : 150 Bq par kg, - Lait : 40 Bq par kg, - Engrais phosphatés : 5 000 Bq par kg, - Homme : 130 Bq par kg (8 000 à 10 000 Bq pour un adulte de poids moyen).


ELD

Entreposage de Longue Durée.


ELS

Etat Limite de Service.


ELU

Etat Limite Ultime.


Emballage (de matières radioactives)

Ensemble des composants nécessaires pour confiner et permettre de transporter de façon sûre une matière radioactive.


Emballage (extérieur) de matières radioactives

Dispositif placé à l’extérieur d’un emballage et comportant des matériaux assurant une protection supplémentaire pendant le transport.


Emetteurs alpha

Une feuille de papier suffit à arrêter les rayons alpha.




Emetteurs bêta

Une vitre arrête les rayons bêta.




Emetteurs gamma

Rayonnement électromagnétique. Le béton ou le plomb peuvent arrêter les rayons gamma si leur épaisseur est sufisante.




Encaissants

Voir Formations (géologiques) encaissantes.


Energie nucléaire

Elle est localisée dans les noyaux des atomes. 100 000 fois plus petits que les atomes eux-mêmes, ces noyaux sont eux-mêmes constitués de protons et de neutrons, très fortement liés entre eux. Si on "brise" cette liaison, on enclenche une réaction nucléaire qui dégage de la chaleur : c'est la source de l'énergie nucléaire.


ENRESA

Empresa National de Residuos Radioactivos SA. Organisme espagnol en charge de la gestion des déchets radioactifs.


Enrobage des déchets radioactifs

Type de blocage satisfaisant à des tests spécifiques de confinement des radionucléides.


Entreposage (de déchets radioactifs)

s’entend de la détention de combustible usé ou déchets radioactifs dans une installation qui en assure le confinement dans l’intention de les récupérer . Dépôt temporaire de déchets radioactifs. Voir aussi Stockage définitif (s’entend de la mise en place de combustible usé ou de déchets radioactifs dans une installation appropriée sans intention de les récupérer). On associe donc clairement à l’entreposage la notion de récupération : l’entreposage est par nature provisoire, même s’il est dit « de longue durée », alors que le stockage est fait pour être définitif et ne plus nécessiter d’intervention humaine.


Entreposage de longue durée

Option de gestion à long terme des déchets HAVL étudiée dans le cadre de la loi du 30 décembre 1991, ayant pour fonctions la mise en attente et la préservation des colis, et leur chargement / reprise (dans des conditions de sûreté et d’économie viables) sur une durée séculaire (jusqu’à 300 ans).


EP

polymère Ethylène Propylène.


Epic

Établissement public à caractère industriel et commercial.




ERI

Excédent de Risques Individuels.


Erosion

Ensemble des phénomènes qui aboutissent à enlever les terrains situés en surface et à faible profondeur et par là modifient le relief et la surface géomorphologique. Ils combinent processus chimiques (dissolution, altérations par les eaux) et processus mécaniques d’origine variée (gravité, eaux, vent, glace, etc.) qui désagrègent les roches et enlèvent les débris. Ils dépendent du climat, de la nature des roches et des formes du relief.


ES

Extrait Sec.


Etat de référence (ou état initial) d'un site

État d'un site avant l'implantation d'une installation.


Etude de sensibilité

Voir Analyse de sensibilité.


Etui pour assemblage de combustible

Conteneur métallique mince et étanche, contenant un (ou des) assemblage(s) de combustible usé.


Evaluation de sûreté

Analyses de risques et évaluations d’impact et, plus généralement, synthèse d’arguments de nature multiple contribuant à asseoir la confiance dans la sûreté du stockage.


Excédent de risques individuels (ERI)

Caractérisation, à partir de la quantité ingérée, de l’impact d’un toxique chimique à effet cancérigène.


Excavated damaged zone (EDZ)

voir Zone endommagée.


Exclusion anionique

Processus conduisant à la réduction de la porosité accessible à la diffusion des espèces anioniques du fait de la présence des charges électrostatiques négatives nettes à la surface des minéraux argileux.


Exposition

L'homme est exposé aux rayonnements depuis son apparition sur Terre. Il est, par exemple, exposé aux rayonnements solaires, c'est-à-dire à la lumière visible provenant du Soleil, laquelle s'accompagne de rayonnements invisibles,connus sous le nom de rayonnements ultraviolets et infrarouges. Nous pouvons aussi être soumis à une exposition artificielle, lors d'une radio à l'hôpital, par exemple.


Exutoire

Zone de transfert hydraulique située à l’interface entre la géosphère et la biosphère.

Haut de la page


  F

Faciès

Ensemble des caractères d’une roche qui permet de la rattacher à un domaine de sédimentation. Par extension


Facteur de conversion biosphère

Valeur permettant de passer de l’activité d’un radionucléide atteignant la biosphère (Bq/l ou µg/l) à une dose à l’homme (exprimée en Sv/an). Il traduit un flux d’activité en impact sur l’homme à travers les transferts dans la biosphère et les expositions de l’homme.


Faille

Cassure avec déplacement relatif (appelé rejet) des deux parties ainsi créées. La longueur d’une faille peut varier de quelques mètres à plusieurs centaines de kilomètres. Son rejet est également variable (du décimètre à plusieurs kilomètres). Les fractures d’extension et de rejet moindres sont appelées « micro-failles ».


Famille de colis

Ensemble de colis de déchets radioactifs qui présentent des similitudes suffisantes pour relever d’un même dossier de connaissance. Cet ensemble est produit en règle générale par une même installation et suivant un même procédé et un même référentiel de production.


FAVA

Fraction Annuelle de Verre Altéré [an-1 ]


FEBEX

Full-Scale High Level Waste Engineered Barriers Experiment. Projet soutenu par la Commission européenne et par le Ministère fédéral helvétique pour la science et la technologie, pour démontrer la faisabilité de la réalisation d’un système de barrières ouvragées et pour développer des moyens d’évaluation du comportement thermo hydro mécanique et thermo hydro géochimique d’un tel système.


FEP’s

Features, Events and Processes. Liste généralement ordonnée qui regroupe les facteurs décrivant ou pouvant avoir une influence sur le comportement du stockage, de la géosphère et de la biosphère. Note : expression anglaise désignant des caractéristiques, des événements et des processus


FGR

Fraction de Gaz de fission Relâchée en réacteur.


Fiabilité

Aptitude d’une entité à accomplir une fonction requise, dans des conditions données, pendant un intervalle de temps donné.


Filière « réacteurs à eau pressurisée » (REP)

Type de réacteur dont le combustible est à base d’uranium enrichi, et utilisant de l’eau ordinaire maintenue liquide sous pression comme modérateur et comme fluide caloporteur.


Filière « réacteurs à neutrons rapides » (RNR)

Type de réacteur dans lequel on limite la présence de matières pouvant ralentir les neutrons afin que les fissions soient produites principalement par des neutrons rapides.


Filière « uranium naturel graphite gaz » (UNGG)

Type de réacteur utilisant un combustible à base d’uranium naturel métallique, du graphite comme modérateur et du gaz carbonique sous pression comme fluide caloporteur. Ces réacteurs ont été utilisés en France dans les années 1960-1970.


Fissile

Se dit d’un nucléide dont les noyaux sont susceptibles de subir une fission sous l’effet de neutrons de toutes énergies, aussi faibles soient-elles.


Fission

Division d’un noyau en au moins deux autres noyaux, libérant de l’énergie.


FLS

Formation locale de sécurité d'Areva NC établissement de la Hague.




Fluage

Déformation différée de type visqueux d’un matériau soumis à une contrainte mécanique constante. Par extension, déformation différée de type visqueux d’un matériau indépendamment de l’état de contraintes.


FMA-VC

Faible et moyenne activité - vie courte.




Fonction de sûreté

Fonction permettant de respecter les objectifs fondamentaux de protection dans une phase de vie du stockage.


Formations (géologiques) encaissantes

Formations géologiques situées de part et d’autre du Callovo-Oxfordien : Dogger, en dessous, et Oxfordien carbonaté, au dessus.


FORPRO

FORmations géologiques PROfondes. Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS l’Andra et l’INSU, consacré aux études sur la géologie, la géochimie, la mécanique et la géophysique des sites étudiés pour le stockage des déchets radioactifs.


Fractionnement (du stockage)

Elément de conception du stockage consistant à diviser celui-ci en compartiments séparés par des scellements, dans le but de se prémunir de la propagation à l’ensemble du stockage d’incidents affectant une petite partie du stockage.


Fracture

Cassure de la roche, sans préjuger de sa genèse ni de son importance (extension, épaisseur, mouvement).

Haut de la page


  G

Géodynamique

Evolution du milieu géologique considérée sous son aspect dynamique, causes de l’évolution naturelle du globe, de la région et du site. On distingue


Géomorphologie

Etude de l’origine et de l’évolution au cours du temps de la surface topographique (formes du relief et affleurements des couches géologiques), du fait des processus d’érosion-dépôt (mécanique et chimique) et des actions climatiques. Par extension, résultats en terme de modification du paysage.


Géoprospective

Etude de l’évolution probable dans le futur, sur le million d’années, du milieu géologique, de la surface du sol et des écoulements hydrogéologiques du fait des processus géodynamiques internes et externes. Cette projection vers le futur est basée sur la connaissance et la compréhension des évolutions passées.


Géosphère

Voir Milieu géologique.


Galerie d’accès (aux alvéoles)

Galerie reliant une ou plusieurs alvéoles aux galeries de liaison Note : dans les modules B, il y a une alvéole par galerie d’accès, dans les modules C et CU, il y a plusieurs dizaines d’alvéoles par galerie d’accès.


Galerie de liaison

Ensemble des galeries reliant la zone des puits aux modules de stockage. On distingue


Galerie de retour d’air

Galerie de liaison réservée aux circulations d’air en provenance des chantiers d’exploitation ou de travaux.


Galerie de transfert des colis

Galerie de liaison réservée aux opérations de transfert des colis entre le puits de descente des colis et les modules.


Galerie de travaux

Galerie de liaison réservée aux opérations de construction/fermeture et aux transports correspondants.


GDR

Groupement De Recherche. Groupement créé entre le CNRS, des organismes de recherche et/ou des industriels autour d'un thème commun de recherche.




GEDEON

GEstion des DEchets par des Options Nouvelles (voir GEPEDEON). Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS le CEA et EDF, consacré à la recherche des solutions innovantes fondées sur l’utilisation d’un réacteur sous-critique assisté par un accélérateur très intense de protons (système hybride) et/ou sur l’utilisation de combustibles au thorium.


GEDEPEON

GEstion des DEchets et Production d’Energie par des Options Nouvelles. Remplace depuis 2003 le GDR GEDEON pour tenir compte et développer les recherches sur la production d’énergie à partir des déchets.


GEOTRAP

radionuclide Migration in geologic, heterogeneous media. Projet de l’AEN/OCDE visant à développer la compréhension et la capacité de modélisation de la migration des radionucléides pour la problématique de l’évaluation de sûreté d’un stockage géologique de déchets radioactifs.


Gestion de déchets radioactifs

Ensemble des dispositions et opérations réglementaires et techniques relatives aux déchets radioactifs depuis leur production jusqu’à leur stockage inclusivement, destinées à assurer la protection des personnes et de l’environnement.


Glaciation

Période de temps durant laquelle se forment des grandes calottes de glaces aux hautes latitudes. Définie à l’échelle du globe, elle implique un climat froid et aride à l’emplacement de la France mais pas la présence de glaciers en dehors des zones de montagne (climat dit périglaciaire).


GPNE

Gravitaire pluvial Nord-Est, exutoire des eaux pluviales Andra et Areva NC avant rejet au ruisseau de la Sainte-Hélène.




Gradient hydraulique

Différence de charge hydraulique entre deux points, rapportée à la distance qui les sépare.


Groupe critique

Groupe représentatif des individus susceptibles de recevoir la dose la plus élevée issue d’une source ou d’un groupe de sources.


Groupe de référence

Groupe critique défini pour étudier l’impact d’une installation actuellement exploitée ou exploitée dans un avenir proche et qui se fonde sur l’étude des modes de vie des populations environnant le site.


Guide d'enlèvement

Destiné aux petits producteurs de déchets radioactifs (hôpitaux, centres de recherche et industriels), ce guide précise les spécifications techniques de collecte des déchets. Voir la rubrique concernée sur le site.




Gy

La quantité de radioactivité absorbée par un matériau ou un individu exposé est mesuré par le gray (symbole Gy) ; un gray est en fait une dose de radioactivité absorbée, définie par la quantité d'énergie déposée par un kilogramme de matière (1 gray égal 1 joule par kilogramme).



Haut de la page


  H

HADES

High-Activity Disposal Experimental Site. Laboratoire souterrain du SCK/CEN construit dans l’argile de Boom à Mol (Belgique) en 1993.


HAO

Haute Activité Oxyde. Premier atelier de traitement des combustibles à eau légère (La Hague).


HAVL

Haute Activité et à Vie Longue.


Hotte

Enceinte mobile blindée assurant le transfert des colis, dans les limites du site de stockage, dans le respect des règles de radioprotection.


HRL

Hard Rock Laboratory. Laboratoire de recherche souterrain construit à Äspö (Suède).


HTC

Haut Taux de Combustion. Supérieur ou égal à 50 GWj/t


Hydrogéologie

Etude de l’écoulement des eaux dans les formations géologiques, i.e. dans le sous-sol.


Hydrologie

Etude de l’organisation et écoulement des eaux superficielles (rivières, lacs, nappes aquifères superficielles).

Haut de la page


  I

ICPE

Installation classée pour la protection de l'environnement.




Immobilisation des déchets

Disposition empêchant tout mouvement du déchet à l’intérieur du conteneur et le rendant non dispersable physiquement Note : l’immobilisation peut être obtenue par blocage.


Impact du stockage

voir Calcul d’impact.


INB

Installation Nucléaire de Base.


Incertitude épistémique

Incertitude liée à l’état actuel des connaissances.


Incertitude stochastique

Incertitude à caractère aléatoire associée aux paramètres d’un modèle.


Indicateur de sûreté

Paramètre traduisant les performances du stockage en regard des fonctions de sûreté.


INES

International nuclear event scale (échelle internationale des évènements nucléaires).




Infrastructure de liaison

Ensemble des galeries de liaison. Comme pour les galeries de liaison, on distingue


Installation Nucléaire de Base (INB)

Définie par le décret n° 63-1228 du 14 décembre 1963, désigne toute installation industrielle civile (réacteur, accélérateur de particules, usine, stockage, entreposage…) autorisée à détenir des substances radioactives en quantité ou radioactivité totale supérieure à un seuil fixé par les Pouvoirs publics.


Intégrité

Maintien des fonctions allouées.


Intercalaire

Objet utilisé pour séparer les colis afin de diminuer le flux thermique. Son diamètre extérieur est identique à celui d’un colis de stockage. Cet objet ne contient pas de déchets radioactifs. Il est rempli d’un matériau inerte et non organique (sable…) et est manutentionné suivant le même processus que le colis de stockage.


IRF

Instant Release Fraction. Fraction labile des combustibles usés.


Irradiation

voir Exposition.


IRSN

Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.


Isotopes

Corps stables ou radioactifs de même nature chimique se distinguant par leur seule masse atomique.

Haut de la page


  J

JACOB-2

Modèle de gonflement des boues bitumées et d’évacuation des gaz hors des enrobés suite à la production de gaz par radiolyse.


JNC

Japon Nuclear Cycle development institute. Organisme en charge de développer au Japon les technologies nécessaires à la maîtrise de l’ensemble du cycle du combustible nucléaire.


Joule

Unité de mesure de l'énergie. Un radiateur électrique de 1 500 W, par exemple,consomme chaque seconde une énergie électrique de 1 500 Joules qu'il transforme en chaleur.

Haut de la page


  K

Karsts

Cavités de taille très variable et galeries souterraines naturelles affectant les roches calcaires. Elles sont créées par la dissolution du calcaire lors de l’infiltration d’eaux météoriques chargées en gaz carbonique.


Kd

Coefficient de distribution.

Haut de la page


  L

Laboratoire de Meuse/Haute-Marne

La loi du 30 décembre 1991 (Loi Bataille) a défini trois axes de recherche en matière de gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue. Le deuxième axe de recherche -l'étude du stockage profond - a été confié à l'Andra. A Bure, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne, l'Andra construit un laboratoire de recherche scientifique à 500 mètres de profondeur, dans une couche argileuse âgée de 150 millions d'années. Avantages de cette roche


Latente

Se dit d’une fonction qui n’agit pas du fait de l’existence d’une autre fonction.


LD

Limite de détection.




Ligne de défense

Ensemble des mesures de protection et de prévention dépendantes Note : plusieurs lignes de défense sont indépendantes par définition.


Loi Bataille

Depuis le 30 décembre 1991, la France s'est dotée d'une loi dite "loi Bataille", du nom du député qui en a été le principal promoteur. Pour organiser la future gestion des déchets, cette loi prévoit un important programme de recherches comportant trois axes : 1- La séparation et la transmutation des éléments radioactifs, 2- Le stockage en formation géologique profonde, 3- Le conditionnement des éléments radioactifs et leur entreposage, en surface, sur une longue durée.

Haut de la page


  M

M5TM

Alliage de zirconium-niobium. A l’étude en remplacement du zircaloy 4 (Z4).


Ma

Million d’années.


Maillage

Découpage du domaine de calcul en mailles pour permettre de résoudre numériquement un problème par intervalle de temps ou d’espace.


Marqué (site)

Site présentant des traces de radionucléides naturels ou artificiels, détectables sans qu’il y ait nécessairement d’action particulière envisagée.


Masse critique

Masse de matières fissiles qui rend critique un milieu de configuration géométrique et de composition déterminés.


Massif d’appui

Composant d’un scellement assurant le soutien mécanique du noyau à base d’argile gonflante.


Matrice (de conditionnement)

Matériau assurant l’enrobage ou le blocage de déchets radioactifs.


MAVL

Moyenne Activité et à Vie Longue.


Maximum glaciaire

Apogée d’une période glaciaire caractérisée par une extension maximale des calottes de glace continentales aux latitudes boréales. Note : la région Meuse / Haute-Marne n’a pas été recouverte par les glaces lors des maxima glaciaires passés.


MES

Matières en suspension.




Mesure de prévention

Agit pour empêcher ou minimiser l’apparition du risque.


Mesure de protection

Agit une fois l’événement survenu pour en annuler ou en limiter les effets.


METEOR

Code de calcul de comportement thermomécanique des crayons en réacteur, développé au CEA.


Microfissure

Toute cassure de la roche, sans préjuger de sa genèse, dont l’épaisseur est d’ordre millimétrique et l’extension maximale décimétrique.


Microfracture

Cassure de faible extension (inférieure au mètre) et sans rejet apparent. On distingue : 1- les diaclases : fractures planes sans déplacement relatif visible à l’oeil nu ; les fentes de tension : à lèvres parallèles non jointives 2- les joints : sans déplacement des compartiments mais dont les lèvres ne sont pas forcément jointives.


MID

Modèle d’Inventaire de Dimensionnement. Voir Modèle d’inventaire.


Migration

Transfert des radionucléides.


MII

Modèle d’Inventaire Initial. Voir Modèle d’inventaire.


Milieu géologique

Pour la problématique du stockage, ensemble des formations géologiques du secteur Meuse / Haute-Marne. Il s’agit des calcaires du Barrois, des marnes du Kimméridgien, des calcaires de l’Oxfordien, des argilites du Callovo-Oxfordien et des calcaires du Dogger. Dans les domaines nécessitant d’avoir une vision à grande échelle (géodynamique interne, hydrogéologie), le milieu géologique considéré est étendu au Trias, voire à l’ensemble des formations sédimentaires jusqu’au socle.


Milieu poreux

Milieu présentant des vides (ou pores) connectés ou non.


MIP

Modèle d’Inventaire Préliminaire . Voir Modèle d’inventaire.


Modèle

Représentation d’un système ou d’un phénomène. Note : un modèle est généralement établi pour répondre à un objectif prédéterminé et exploité pour étudier le comportement du système.


Modèle alternatif

Modèle qui n’est pas le modèle considéré comme le plus proche du « phénoménologique » mais qui est proposé à titre de variante, sans qu’il soit possible de le positionner sur une échelle « phénoménologique », « conservatif », « pénalisant ». Cela peut être un modèle dont le choix n’a pas d’effet univoque sur l’impact, ou le cas échéant un modèle apparaissant plus complet que le modèle retenu en référence, mais ayant fait l’objet d’une validation moindre.


Modèle conservatif

Modèle dont on peut démontrer que son utilisation tend à surestimer l’impact du stockage par rapport aux résultats qui seraient obtenus en prenant en compte l’ensemble des phénomènes pertinents, dans la gamme considérée de variation des paramètres.


Modèle d’Inventaire

Document de l’Andra décrivant, sous la forme de colis types, les données de référence colis utilisées pour les études de faisabilité de stockage. On distingue : 1- le Modèle d’Inventaire Initial (MII): utilisé pour les études de faisabilité du stockage en 1998 (au stade des Options Initiales de Conception) - le Modèle d’Inventaire préliminaire (MIP) : utilisé pour les études de faisabilité du stockage en 1999-2001 (stade des Concepts Préliminaires et du dossier 2001 HAVL-argile) 2 - le Modèle d’Inventaire de Dimensionnement (MID)


Modèle de calculs de sûreté

Représentation mathématique du stockage et de son environnement, utilisée afin d’évaluer les transferts de radionucléides. Il s’appuie sur les modèles conceptuels en les simplifiant ou en les intégrant directement à la modélisation.


Modèle de référence (d’un phénomène)

Modèle retenu dans un calcul de référence.


Modèle numérique

Modèle obtenu à partir du modèle mathématique, par utilisation des techniques numériques : discrétisation spatiale et temporelle, homogénéisation, décomposition de domaine, découpage en compartiment.


Modèle opérationnel (de famille de colis)

Modèle de comportement à long terme d’un ensemble de familles de colis, limité aux mécanismes déterminants. Son niveau de précision ou de réalisme dépend d’une part du niveau des connaissances disponibles, et d’autre part du niveau de performances potentiellement attendu.


Modèle pénalisant

Modèle qui n’entend pas se fonder sur la compréhension de la phénoménologie, fût-elle empirique, mais dont l’utilisation a pour seul intérêt de surestimer de manière certaine l’impact du stockage.


Modèle phénoménologique

1. Dans l’absolu, un modèle reposant sur la compréhension la plus complète du phénomène à modéliser, et dont l’aptitude à rendre compte de résultats de mesures directes ou indirectes a été vérifiée. 2. Par comparaison avec les autres modèles disponibles, celui qui permet la meilleure adéquation entre la réalité qu’il entend représenter et les résultats numériques qu’il permet d’obtenir dans le calcul d’impact, dans la gamme de variation des paramètres qui est celle de l’étude.


Modèles conceptuels

Modèles visant à donner la représentation de l’état du milieu géologique ou du comportement d’un ou plusieurs composants du stockage au cours de leur évolution. Ils décrivent ainsi les processus thermiques, hydrauliques, mécaniques et chimiques et sont utilisables en vue des analyses de sûreté et des simulations numériques associées.


Modularité (du stockage)

Organisation du stockage par sous-ensembles, qui permet une mise en oeuvre progressive et une gestion flexible du stockage, ainsi qu’un fractionnement au regard de la sûreté.


Module (de stockage)

Fraction d’une zone de stockage.


MOMAS

MOdélisation MAthématique et Simulations numériques liées aux problèmes de gestion des déchets nucléaires. Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS l’Andra, le CEA, EDF, COGEMA et le BRGM, ayant pour objectif d’apporter des réponses aux questions de modélisation mathématique et de simulation numérique des situations ou scenarii de gestion et de stockage des déchets nucléaires de haute activité et à vie longue.


MOP

Modèle Opérationnel. Fourni par les Producteurs via leur bailleur de R&D (CEA).


MOX

Mélange d’OXydes d’uranium et de plutonium. voir Combustible MOX.


Mur (d’une formation géologique)

Limite inférieure de la formation (géologique).


MX 80

Argile gonflante naturelle (à base de montmorillonite) extraite au Wyoming (Etats-Unis).

Haut de la page


  N

NAGRA

Nationale Genossenschaft für die Lagerung Radioaktiver Abfälle. Société coopérative nationale pour le stockage géologique de déchets radioactifs.


Nappe alluviale

1. Géologie : Dépôts d’alluvions tapissant un fond de vallée 2. Hydrogéologie : aquifère libre contenu dans ces dépôts.


Neutron

Constituants élémentaires de la matière situés dans les noyaux atomiques, aux côtés des protons. Ils n'ont pas de charge électrique.


NGE

Nouvelle Gestion des Effluents (La Hague).


NGF

Nivellement Général de la France. Définit les altitudes topographiques à partir du niveau moyen des mers en France.


nGy

nanogray : 1 milliardième de gray.




NIREX

Agence de gestion des déchets radioactifs du Royaume Uni.


Niveau de réversibilité

Appréciation de la facilité à récupérer les colis, à intervenir dans le processus de stockage ou à faire évoluer sa conception.


Nombre de Péclet

voir Péclet.


Noyau de scellement

Composant d’un scellement à base d’argile gonflante qui, après resaturation et gonflement, assure l’étanchéité du scellement Le noyau est confiné mécaniquement par les massifs d’appui.


NRC

Nuclear Regulatory Commission. Commission chargée de la réglementation nucléaire et autorité de sûreté nucléaire aux Etats-Unis.


Nucléide

Noyau atomique caractérisé par le nombre de protons et le nombre de neutrons qu’il renferme et son état d’énergie nucléaire, sous réserve que la vie moyenne, dans cet état, soit assez longue pour pouvoir être observée.


NUMO

Nuclear waste Management Organization of Japan. Agence japonaise de gestion des déchets de haute activité.

Haut de la page


  O

OCDE

Organisation pour la Coopération et le Développement Économique.


OMS

Organisation Mondiale de la Santé.


ONDRAF

Organisme National des Déchets Radioactifs et des matières Fissiles enrichies- (Belgique).


OPHELIE

On surface Preliminary Heating simulation Experimenting Later Instruments and Equipments. Maquette instrumentée pour tester le comportement des barrières ouvragées de voisinage - site de Mol (Belgique).


ORUM

Objets au Radium à Usage Médical.


Ouvrages de liaison

Ensemble des galeries de liaison et des puits.


Ouvrages de stockage

Les colis de déchets de faible et moyenne activité à vie courte sont placés dans des cases de béton de 25 mètres de côté et de 8 mètres de haut pour empêcher l'eau d'atteindre les colis. La conception du stockage (case en béton, matériau de remplissage entre les colis, couverture étanche) participe à l'isolement et prend en compte les risques naturels d'accidents séismes, glissements de terrain, intempéries, etc.).


Oxfordien carbonaté

Formation géologique à dominante calcaire qui débute à l’Oxfordien moyen et se termine au Kimméridgien basal.

Haut de la page


  P

Péclet (nombre de)

Grandeur sans dimension indicative du régime de transport dominant dans un milieu poreux homogène. A l’échelle macroscopique et pour une distance de transfert donnée, plusieurs définitions en sont possibles : ratio des flux de transport par convection et dispersion (diffusion incluse) (Pe=Qc/Qd) ou ratio des temps permettant le transfert sur la distance d’intérêt (Pe=Td/Tc). Note : aux échelles macroscopiques, si ce nombre est inférieur à 1, le mode de transport dominant est la dispersion ; s’il est supérieur à 2, l’influence de la dispersion est négligeable et la convection est dominante ; entre ces deux valeurs (conventionnelles), s’effectue une transition d’un régime à l’autre ; au coeur de cette transition, ils sont d’importance similaire.


Périglaciaire

1. Evolution climatique : Période climatique précédant ou suivant un maximum glaciaire 2. Environnement régional : conditions climatiques froides et sèches des régions limitrophes aux calottes glaciaires.


Période d’activité (ou demi-vie)

Dans le cas d’un processus unique de décroissance radioactive, il s’agit du temps moyen nécessaire pour que l’activité d’une source radioactive diminue jusqu’à la moitié de sa valeur initiale.


Période d’un nucléide radioactif

Temps nécessaire à la désintégration de la moitié des atomes d’un échantillon du nucléide.


Période glaciaire

voir Glaciation.


PA

Produit d’Activation des Structures (PAS) ou des Impuretés (PAI) .


PACE

Programme pluriannuel Aval du Cycle Electronucléaire. Programme du CNRS créé en 1997 pour coordonner l’ensemble des recherches portant sur la gestion, la séparation et la transmutation des déchets radioactifs à haute activité et à vie longue. Il s’appuie principalement sur cinq groupements de recherche (GDR) que le CNRS a constitués avec l’Andra, le CEA, la COGEMA, EDF et le BRGM.


Paléo-environnement

Ensemble de critères géologiques (sédimentologie, physique, chimie, fossiles) qui permet de reconstituer l’environnement d’un sédiment au moment de son dépôt. Par extension, désigne cet environnement tel qu’il est reconstitué.


PARIS

Physicochimie des Actinides et Radioéléments aux Interfaces en Solution. Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS, l’Andra, EDF et CEA, ayant pour objectif de mener des études scientifiques dans les domaines de la physicochimie des radioéléments en solution, des phénomènes aux interfaces et de la chimie des transferts, depuis la théorie jusqu’au développement de procédés industriels.


Pastille

Elément préfabriqué en céramique de forme initiale orthocylindrique et dont l’empilement dans le tube de gainage constitue la colonne fissile. Obtenu par compactage d’une poudre d’oxyde d’uranium (UOX) ou d’oxyde mixte uranium et plutonium (MOX).


PCRD

Programme Commun de Recherche et Développement. Programme-cadre pluriannuel (à ce jour 5 ans) développé depuis 1984 par l’Union européenne pour mener sa politique de recherche et de développement technologique. Il organise des schémas de coopérations et d’échanges au niveau européen, pour des actions de recherche, de développement technologique et de formation, contribuant ainsi à la réalisation de l’espace européen de la recherche et à l’innovation.


PE

PolyEthylène.


Pellets (d’argile)

Granulats d’argile obtenus par extrusion / compaction, d’aspects variables en fonction des procédés de fabrication (sphères, cylindres, galets, pastilles) et de dimensions millimétriques à centimétriques.


Performance du stockage

Performance de la fonction de protection du système de stockage.


Pergélisol

Tranche de terrain gelée de façon pérenne sous climat froid, de type périglaciaire.


Période

La "période radioactive" ou "demi-vie" d'un élément radioactif est le temps nécessaire pour que sa radioactivité diminue de moitié. La radioactivité diminue très vite avec le nombre de périodes : elle est divisée par 1000 au bout de dix périodes. Pour les déchets radioactifs, on parle de "vie courte" lorsque la période est inférieure ou égale à 31 ans et de "vie longue" au-delà. Voici quelques exemples d'éléments avec leur période : - Tritium = 12,2 ans - Césium 137 = 30 ans, - Carbone 14 = 5 730 ans, - Neptunium 237 = 2,14 millions d'années.


Perméabilité

Paramètre caractérisant le débit d’un fluide (eau ou gaz) s’écoulant à travers un milieu poreux soumis à un gradient de charge hydraulique (eau) ou de pression (gaz).


Perturbation

Phénomène modifiant un élément du stockage par rapport à son état ou son évolution naturelle.


Perturbation alcaline

Ensemble des transformations affectant les solides et les fluides d’un milieu argileux (argilite, bentonite) induites par une eau cimentaire (alcaline) issue d’un béton au contact de ce milieu argileux.


Perturbation oxydante

Ensemble des transformations affectant les solides et les fluides des argilites autour des ouvrages, du fait de l’oxygène de l’air présent dans ces ouvrages, notamment lors de leur ventilation.


PET

PolyEthylène Téréphtalate.


PF

Produits de Fission.


PFVL

Produits de Fission à Vie Longue.


Phénomène non diagonal

Phénomène généré par un moteur non directement relié à une grandeur relevant du phénomène concerné (Exemple : flux de chaleur généré par un gradient autre qu’un gradient thermique, par exemple par un gradient hydraulique) Note : les effets des phénomènes non diagonaux sont, en général, négligeables devant les effets des phénomènes diagonaux.


Phase d’exploitation et d’observation du stockage

Phase débutant à la réception du premier colis et comprenant les activités suivantes : réalisation de nouveaux ouvrages, réception des colis de déchets fournis par les producteurs, préparation des colis de stockage, transfert des colis jusqu’à leur emplacement de stockage, surveillance et observation, travaux de fermeture.


Phase de post-fermeture du stockage

Phase débutant au moment où le maintien en fonctionnement du stockage ne nécessite plus aucune action à l’intérieur des installations souterraines, y compris les ouvrages de liaison entre la surface et le fond, sans limite de durée. Ce moment correspond à l’achèvement du scellement des ouvrages de liaison.


Phase thermique

Intervalle de temps durant lequel la température est élevée dans le stockage par rapport à la température géothermale naturelle à la profondeur du stockage.


PHENIX

Réacteur pilote de la filière RNR. Par extension, désigne aussi les verres PIVER issus des solutions provenant du traitement d’assemblages Phénix UO2.


PIVER

Pilote de vitrification (de Marcoule). Par extension, désigne aussi les verres (SICRAL et PHENIX) produits dans cet atelier.


Plan ETARE

Document interne pompier contenant les consignes applicables aussi bien par le SDIS 50 que par l'Andra/CSM, afin de faciliter l'intervention des pompiers.




Plutonium

Élément métallique lourd artificiel et radioactif. Son isotope le plus important est le plutonium 239 fissile, produit par l’irradiation d’un noyau d’uranium 238 dans un réacteur nucléaire.


PNGDMR - Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs,

Il est défini par la loi du 28 juin 2006 relative aux déchets et matières radioactives.




PO

Piézomètre Andra.




Pollué (site)

Tout site, abandonné ou en exploitation, sur lequel des substances radioactives, naturelles ou artificielles, ont été ou sont mises en oeuvre, ou encore sont entreposées dans des conditions telles que le site présente des risques pour la santé et l’environnement.


Pores

Interstices (i.e. vides) d’un milieu poreux.


PORFLOW

Code de calcul en volumes finis (2D – 3 D) d’écoulement et de transfert monophasique d’eau et de chaleur en milieu poreux saturé, prenant en compte certaines réactions chimiques, commercialisé par ACRI (Californie, USA).


Porosité (totale)

Volume des vides sur volume total d’un matériau poreux (roche, béton…).


Porosité accessible à la diffusion

Fraction de la porosité totale dans laquelle un soluté se déplace par diffusion.


Porosité cinématique

Fraction de la porosité totale du milieu empruntée par l’eau en mouvement.


POSIVA Oy

Entreprise finlandaise chargée de la gestion des déchets radioactifs.


PP

PolyPropylène.


PPFeNi

Précipité Préformé double de Ferrocyanure de Nickel et de potassium.


Précipitation

Formation d’une phase solide à partir d’éléments en solution.


PRACLAY

Preliminary demonstration test for CLAY disposal of highly Radioactive waste. Démonstration préliminaire pour le stockage de déchets hautement radioactifs dans l’argile du comportement d’une barrière argileuse de voisinage - site de Mol (Belgique).


PRACTIS

Voir PARIS. Groupement de Recherche relevant du programme PACE et associant au CNRS, l’Andra, EDF et CEA – Renommé PARIS depuis 2003.


PRECCI

Programme de Recherches sur l’Évolution à long terme des Colis de Combustibles Irradiés. Programme mené par le CEA et EDF, dédié à la formulation de modèles pertinents et robustes permettant de prédire l’évolution à long terme des combustibles usés, en appui aux études de conception d’entreposage ou de stockage.


Principe d'équité intergénérationnelle

Principe selon lequel le stockage doit garantir aux générations futures un niveau de sûreté au moins aussi élevé que celui que l'on juge acceptable aujourd'hui.


Principe d'optimisation

C'est l'un des trois principes de la radioprotection, inscrits dans le code de la santé publique. Il prévoit que l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants résultant des activités nucléaires doit être maintenue à un niveau aussi faible qu'il est raisonnablement possible, compte tenu de l'état des techniques, des facteurs économiques et sociaux, et le cas échéant de l'objectif médical recherché.


Principe de limitation des doses

Troisième principe de la radioprotection inscrit dans le code de la santé publique. Il prévoit que l'exposition d'une personne aux rayonnements ionisants résultant d'une activité nucléaire ne peut porter la somme des doses reçues au-delà des limites fixées par voie réglementaire, sauf lorsque cette personne est l'objet d'un exposition à des fins médicales ou de recherche biomédicale.


Principe de précaution

Principe selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable.


Principes de sûreté

Ils définissent les orientations fondamentales à suivre pour concevoir un stockage géologique sûr. Ces orientations, qui relèvent des champs techniques de la sûreté, s'appliquent à toutes les étapes du développement d'un stockage géologique.


Producteur (de déchets)

Entité ayant la maîtrise technique de la production et du conditionnement primaire des déchets radioactifs.


Produit d'activation

Isotope créé par l’absorption de neutrons par un noyau initialement stable présent en tant qu’élément d’addition ou impureté dans les matériaux de structure ou la céramique combustible. On distingue : 1- les Produits d’Activation des Structures (PAS) 2- les Produits d’Activation des Impuretés de la céramique (PAI).


Produit de fission

Isotope radioactif ou stable issus soit directement de la fission de noyaux lourds (comme l’uranium ou le plutonium) soit de la désintégration des fragments de fission : césium, strontium, iode, xénon etc.


Protons

Constituants élémentaires de la matière situés dans les noyaux atomiques, généralement aux côtés des neutrons. Les protons sont de charge positive, exactement opposée à celle des électrons.


PUI

Plan d'Urgence Interne.




PUREX

Plutonium Uranium Refining by Extraction. Procédé de traitement des combustibles usés mis en oeuvre dans les usines COGEMA.


Pz

Piézomètre Areva NC.



Haut de la page


  Q

QD

Quotient de Danger.


Quotient de danger (QD)

Quotient caractérisant, à partir de la quantité ingérée, l’impact d’un toxique chimique à effet de seuil.

Haut de la page


  R

Récupérabilité

Capacité à reprendre les colis stockés en alvéoles.


Référentiel de production (d'une famille de colis)

Document énumérant les paramètres descriptifs du procédé et des colis de déchets, ainsi que leur valeur, donnant lieu à un engagement de la part du producteur (notion de paramètres garantis). Il explicite les critères de conformité pour chaque colis et définit donc le niveau de qualité attendu.


Référentiel phénoménologique d'un ensemble de familles de colis (en stockage)

Document de synthèse et d’analyse des connaissances sur la phénoménologie (mécanismes et paramètres associés) qui régit l’altération des matériaux et le relâchement des radionucléides d’un ensemble de familles de colis dans les conditions aux limites du stockage Note : il justifie le modèle phénoménologique associé.


Rétention

Ensemble des phénomènes conduisant à retarder/limiter le transport des radionucléides (comprend notamment la sorption).


Réversibilité

Reliée au principe de précaution, la réversibilité du stockage renvoie aux droits des générations futures et au respect de leur liberté de choix. Elle se réfère aussi à une approche modeste au regard des connaissances disponibles. Dans les études menées par l'Andra, la réversibilité comprend à la fois : 1- la capacité à reprendre et transférer les colis (récupérabilité) 2- la capacité à intervenir sur le processus de stockage (gestion flexible par étapes, maintenance et surveillance) 3- la capacité à modifier la conception. Voir sur le site la rubrique et la vidéo sur la réversibilité.


Règle Fondamentale de Sûreté (RFS)

Recommandation émise par l'Autorité de Sûreté Nucléaire, concernant les installations nucléaires de base (ou, pour la RFS III.2.f, le stockage en formation géologique en phase de post-fermeture) destinée à expliciter des objectifs de sûreté et des pratiques dont le respect est jugé comme valant conformité avec la pratique réglementaire française.


R1

Atelier de cisaillage-dissolution, rattaché à l’usine UP2-800 du site de COGEMA La Hague, en exploitation depuis 1990.


R7T7

Ateliers de vitrification des solutions de produits de fission de COGEMA la Hague. T7 pour l’usine UP3 – R7 pour l’usine UP2 800. Par extension, désigne parfois le verre fabriqué dans ces ateliers.


Radier

Sole d'une galerie, généralement constituée de béton. On distingue : 1- le radier provisoire, mis en place au creusement de la galerie en coordination avec le soutènement 2- le radier de structure, qui fait partie du revêtement de la galerie 3- le radier de finition (piste, radier avec voie ferrée, radier à gorges, etc.), adapté à l'usage de la galerie.


Radioélément

Elément dont tous les isotopes sont radioactifs.


Radioactivité

Phénomène physique caractérisé par la désintégration de noyaux atomiques instables et accompagné de l'émission d'un rayon ionisant. On distingue : 1- la radioactivité alpha (a) : caractérisée par l'émission d'un noyau d’hélium ou particule alpha (2 protons et 2 neutrons) - la radioactivité bêta (ß) : caractérisée par l'émission d'un électron (ß-) ou d'un positon (ß+) 2- la radioactivité gamma (γ) : caractérisée par l'émission d'une onde électromagnétique (photon) de haute énergie (rayon γ).


Radiolyse

Transformation des solides (notamment, la matière organique) ou de l’eau sous l’effet des rayonnements (alpha et béta/gamma).


Radionucléide

Isotope radioactif d'un élément.


Radioprotection

Ensemble des méthodes et des moyens utilisés pour la protection des personnes contre les rayonnements ionisants.


Rayonnements

Ils se définissent par l'énergie qu'ils transportent et par leur nature : particulaire (alpha et bêta)ou électromagnétique (gamma, rayon X, UV). Plus le rayonnement est énergétique, plus il est dangereux pour l'organisme.


RD12

Réseau de drainage, exutoire des eaux du drainage profond.




Recoupe

Galerie courte qui relie entre elles deux ou plusieurs galeries parallèles.


Redondance fonctionnelle

Caractérise deux sous-fonctions (ou plus) qui contribuent à l'accomplissement d'une même fonction d'ordre supérieur. Il y a redondance fonctionnelle si la perte d'une sous-fonction n'amoindrit pas significativement la performance de la fonction supérieure, tant que les autres sous-fonctions sont maintenues.


Redondance matérielle

Existence dans un système de plus d'un moyen matériel pour accomplir une fonction.


REI

Résine Echangeuse d’Ions.


Remblais

Matériaux utilisés pour combler des parties excavées du stockage (galeries, puits).


REP

Réacteur à Eau sous Pression. Réacteur nucléaire modéré et refroidi par de l’eau ordinaire, maintenue liquide dans le coeur grâce à une pression appropriée dans les conditions normales de fonctionnement.


Resaturation

Processus conduisant d'un état désaturé à l'état saturé.


RESEAL

A large scale in situ demonstration test for Repository SEALing in an argillaceous host rock. Programme européen du 4ème PCRD ayant pour but d’établir en vraie grandeur la faisabilité du scellement d’un forage et d’un puits dans une argile.


Retour d'air

Air en provenance des chantiers de travaux ou d'exploitation.


Retraitement (des combustibles usés)

Traitement des combustibles usés pour en extraire les matières fissiles et fertiles de façon à permettre leur réutilisation, et pour conditionner les différents déchets sous une forme apte au stockage.


Revêtement

Composant d'un ouvrage souterrain en assurant la stabilité mécanique pendant son exploitation.


RFS

Règle Fondamentale de Sûreté.


RGE

Règles Générales d'Exploitation.




RGS

Règles Générales de Surveillance.




RIC

Réseau d’Instrumentation du Coeur.


Rim

Zone périphérique des pastilles de combustible usé créée en réacteur et caractérisée par des grains de taille plus importante du fait de processus de recristallisation.


RNM

Réseau national de mesures de la radioactivité de l'environnement.




RNR

Réacteur à Neutrons Rapides. Réacteur nucléaire dans lequel on limite la présence de matière pouvant ralentir les neutrons afin que les fissions soient produites principalement par des neutrons rapides.


Robustesse (d'un composant, d'un système)

Aptitude (d'un composant, d'un système) à être tolérant à ses défaillances ou aux agressions externes. Note : un composant ou un système sont intrinsèquement robustes s'ils ne sont que légèrement affectés par des événements incertains et potentiellement néfastes.


RP300

Point de prélèvement pour l'échantillonnage des eaux de drainage de la couverture.




RPE

Résonance Paramagnétique Electronique .


RSGE

Réseau Séparatif Gravitaire Enterré : réseau véhiculant des effluents provenant des BRS.




RWMC

Radioactive Waste Management Funding and Research Center. Centre japonais de gestion et de financement des déchets radioactifs.

Haut de la page


  S

Sécurité

Ensemble des objectifs relatifs à la prévention d’accidents et à la limitation de leurs effets.


Sécurité nucléaire

Ensemble des dispositions prises pour assurer la protection des personnes et des biens contre les dangers, nuisances ou gênes de toute nature résultant de la réalisation, du fonctionnement, de l’arrêt, des démantèlements d’installations nucléaires fixes ou mobiles, ainsi que de la conservation, du transport, de l’utilisation et de la transformation des substances radioactives naturelles ou artificielles Note : la sécurité nucléaire implique la sûreté nucléaire.


Séisme

Tremblement de terre, série de secousses, correspondant à des ondes mécaniques émises en profondeur du fait de la relaxation des contraintes tectoniques lors de ruptures et glissement sur des plans de faille.


Séisme de référence

Séisme dimensionnant le mouvement sismique de référence sur le site pour le niveau d’aléa considéré (SMS, SMPP). Le cas échéant (cas du niveau SMPP), il peut s’agir d’un séisme théorique, définit en fonction du spectre de référence pour le site qui combine des parties de spectres de différentes sources possibles proches et lointaines. Pour chaque source sismique, on distingue : 1- le Séisme Maximal Historiquement Vraisemblable (SMHV), défini selon les directives de la RFS I.2.c 2000-01 - le Séisme Majoré de Sécurité (SMS) adapté à l’estimation de l’aléa sismique pour une durée historique en majorant le SMHV de 0,5 en magnitude ou de 1 en intensité. Il est calculé selon les directives de la RFS I.2.c. 2- le Séisme Maximal Physiquement Possible (SMPP) associé à des failles estimées potentiellement actives à l’échelle du prochain million d’années dans le champ de contraintes tectoniques. Il est introduit par la RFS III.2.f, pour les estimations d’aléa sismique sur le très long terme.


Sûreté à long terme

Sûreté en phase de post surveillance ou de post-fermeture.


Sûreté d’exploitation

Sûreté des activités opérationnelles d’exploitation et d’observation.


Sûreté nucléaire

Ensemble des dispositions prises pour assurer le fonctionnement normal d’une installation nucléaire, pour prévenir les accidents ou en limiter les effets, aux stades de la conception, de la construction, de la mise en service, de l’utilisation, de la mise à l’arrêt définitif et du démantèlement d’une installation nucléaire ou d’un dispositif de transport de matières radioactives Sûreté opérationnelle : Déchets obtenus après cisaillage de l'assemblage combustible au moment du traitement, correspondant aux pièces métalliques de l’assemblage (principalement, coques et embouts).


Sûreté opérationnelle

Voir Sûreté d’exploitation.


Saignée

Surexcavation profonde et étroite d'une galerie. Utilisée en particulier dans l'argilite pour réaliser un ouvrage ayant fonction de coupure hydraulique.


Saturée (roche)

Occupation complète par l'eau de la porosité totale de la roche.


Scénario

1-Description d’une ou plusieurs situations données et du cheminement envisagé des événements qui la composent Note : un scénario représente une situation particulière, éventuellement conventionnelle, qui a vocation à rendre compte d’un ensemble de situations similaires possibles 2-Dans le cadre de l’Inventaire national, ensemble d’hypothèses concernant une activité produisant des déchets radioactifs, permettant d’asseoir des prévisions de stocks.


Scénario de gestion des combustibles nucléaires

Ensemble d’hypothèses relatives à la stratégie de gestion du combustible usé du parc électronucléaire. Dans ses études, l’Andra a distingué 1- le scénario S1a : traitement de l’ensemble des combustibles (UOX, URE et MOX) - le scénario S1b : les combustibles MOX ne sont pas traités et la concentration de déchets dans les verres est augmentée par rapport aux colis C vitrifiés produits actuellement - le scénario S1c : les combustibles MOX ne sont pas traités, la concentration de déchets dans les verres n’est pas augmentée 2- le scénario S2 : arrêt du traitement des combustibles (suppose que les combustibles soient considérés comme des déchets, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui).


Scénario de sûreté

Situation ou ensemble de situations du stockage, construite afin de servir de support à un calcul de performances et d’impact. Un scénario représente une évolution particulière du stockage (en exploitation ou en post-fermeture), destinée à couvrir un ensemble de situations similaires dans leurs effets. On distingue : 1- le Scénario d’Évolution Normale (SEN) décrivant le domaine d’évolution normale du stockage 2- les Scénarios d’Évolution Altérée (SEA) couvrant de manière enveloppe une ou plusieurs situations altérées.


Scellement

Ouvrage localisé de faible perméabilité visant à limiter les écoulements d’eau dans les galeries ou les puits fermés du stockage. Note : ce terme a été utilisé antérieurement par l’Andra dans l’acception plus large d’ouvrage de fermeture, incluant le remblai, le terme serrement désignant alors les ouvrages localisés à rôle d’étanchéité.


SCI - Stockage à couverture intacte

Concept de stockage à faible profondeur développé par l'Andra.




Scintigraphie

Examen réalisé à l'hôpital qui consiste à injecter à un patient un produit radioactif, qui varie selon l'organe examiné. Un appareil étudie ensuite les rayonnements émis : le médecin peut ainsi vérifier le bon fonctionnement de l'organe concerné. La substance ne présente pas de danger pour la santé car elle est administrée en toute petite quantité.


SCK/CEN

Centre d’Etudes de l’énergie Nucléaire. Centre d’études de l’énergie nucléaire en Belgique.


SCR - Stockage à couverture remaniée

Concept de stockage à faible profondeur développé par l'Andra.




SD

Seuil de décision.




SDIS 50

Service départemental d'incendie et de secours de la Manche.




SEA

Scénario d’Évolution Altérée.


SEC

Structure expérimentale de couverture.




Secteur de Meuse/Haute-Marne

Zone de 40 Km d’Est en Ouest et 60 Km du Nord au Sud dans laquelle se trouve le laboratoire souterrain.


SEN

Scénario d’Évolution Normale.


SEPC

Sous Ensemble Physico-Chimique.


SFS

Spent Fuel Stability under repository conditions. Projet européen du 5ème PCRD.


SICRAL

SIlice CRome ALuminium. Combustible de la filière UNGG Par extension, désigne aussi les verres PIVER issus des solutions de produits de fission provenant de combustibles de type Sicral.


Sievert

C'est l'unité de dose d'irradiation reçue par un être vivant. Comme cette unité est assez grande, on exprime beaucoup plus souvent les doses biologiques en millisievert, abrégé mSv,soit un millième de sievert.


Site de Meuse/Haute-Marne

Périmètre d’autorisation de construction du laboratoire souterrain de recherche. Il est situé à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne.


Situation (de stockage)

Combinaison d’un ou de plusieurs intervalles de temps consécutifs et d’un ou de plusieurs composants du stockage. Utilisée en particulier pour réaliser le découpage temps-espace de l’Analyse Phénoménologique des Situations de Stockage (APSS).


Situation (ou état) sous-critique

Situation (ou état) dans laquelle il n’y a pas de risque de criticité.


Situation altérée

Situation issue d’une évolution naturelle ou d’une intervention humaine, pouvant remettre en cause les performances d’une ou plusieurs fonctions de sûreté.


Situation conventionnelle

Situation altérée de probabilité nulle ou extrêmement faible, étudiée pour en tirer des enseignements au regard de la sûreté.


Situation de référence

Situation servant de support au calcul de référence du scénario d’évolution normale.


Situation enveloppe

Situation dont les effets en terme d’impact majorent les effets d’un ensemble de situations données.


SKB

Svensk Kàrnbrinslehantering AB. Société suédoise de gestion du combustible et des déchets nucléaires.


SKI

Statens Karnkraft Inspektion. Autorité de sûreté nucléaire suédoise.


SMHV

Séisme Maximal Historiquement Vraisemblable .


SMP

Spectre Maximal Plausible et séisme maximal plausible associé.


SMPP

Séisme Maximal Physiquement Possible.


SMS

Séisme Majoré de Sécurité .


Socodei

Filiale d'EDF spécialisée dans le traitement et le conditionnement de déchets faiblement radioactifs.




Soluté (dans l’eau)

Elément en solution dans l’eau.


Soret (effet)

Phénomène non diagonal dans lequel un flux de soluté est généré par un gradient de température (i .e. thermodiffusion).


Sorption

Résultat global de l’ensemble des réactions possibles entre les espèces dissoutes d’un élément et les sites de surface à l’interface entre la matrice solide d’un matériau et une phase aqueuse. Elle comprend des réactions d’échange cationique et de complexation de surface.


Soutènement

Composant d’un ouvrage souterrain ou mécanisme destiné à en assurer la stabilité mécanique pendant la construction.


Spécification de niveau 1 des colis HAVL

Spécification applicable aux familles de colis déjà produites ou en cours de production exprimant les besoins de connaissances de l’Andra pour ses études de faisabilité d’un stockage géologique. Elle est également assortie d’exigences de maîtrise de la qualité. Pour les colis de déchets dont la production n’est pas engagée, cette spécification est restreinte aux besoins de connaissance exprimés par l’Andra.


Spécification de niveau 2 des colis (primaires) HAVL

Document décrivant le domaine de validité des études de faisabilité d’un stockage en formation géologique en identifiant et quantifiant les caractéristiques des colis primaires retenues dans les processus d’études.


Spécification de production

voir Référentiel de production.


Spectre (de réponse élastique)

Spectre de réponse des terrains sur le site, lors du passage des ondes sismiques Note : il dimensionne le mouvement sismique sur le site.


Spectre de référence



Spectre maximal plausible

Niveau de référence proposé pour dimensionner l’aléa sismique sur le site au niveau SMPP.


STE

Station de Traitement des Effluents.


STE2

Station de Traitement des Effluents n°2. Installation de traitement des effluents liquides par co-précipitation, en exploitation sur le site de COGEMA La Hague.


STE3

Station de Traitement des Effluents n°3. Installation de traitement des effluents liquides, en exploitation depuis 1989 sur le site de COGEMA La Hague, produisant des colis de boues bitumées.


STEL

Station de Traitement des Effluents Liquides. Installation de traitement des effluents liquides, en exploitation depuis 1966 sur le site de COGEMA Marcoule, produisant des colis de boues bitumées.


Stockage

Le stockage consiste à mettre " définitivement " à l'abri les déchets radioactifs dont la radioactivité diminuera au fil du temps. Les déchets faiblement et moyennement radioactifs (FMA) représentent 90 % du volume des déchets produits en France.


Stockage (géologique ou profond) de déchets radioactifs

Dépôt organisé de colis de déchets radioactifs conçu pour pouvoir être rendu passif (c'est-à-dire ne pas nécessiter d’intervention humaine) et sûr sur de longues durées.


Stockage définitif

s’entend de la mise en place de combustible usé ou de déchets radioactifs dans une installation appropriée sans intention de les récupérer. Voir aussi Entreposage.


Stockage de déchets de faible et moyenne activité (FMA)

L'immobilisation des colis se fait de deux façons, au Centre de stockage de l'Aube


Stockage réversible

Voir Réversibilité.


Surconteneur

Complément de colisage étanche permettant de transformer les colis primaires de déchets C vitrifiés en colis d’entreposage ou de stockage.


Surveillance

Exploitation des mesures acquises par auscultation des ouvrage et du champ proche pour contribuer à la sûreté d’exploitation et à la sûreté à long terme.


Système (ou stockage) multibarrières

Stockage dont la sûreté repose sur la mise en oeuvre de plusieurs barrières aussi indépendantes que possible.


Système de confinement

Système de confinement Ensemble de moyens ou de dispositifs assurant, pour des périodes de durée appropriée, le confinement de la radioactivité.

Haut de la page


  T

T1

Atelier de cisaillage-dissolution, rattaché à l’usine UP3 du site de COGEMA La Hague, en exploitation depuis 1994.


T7

Atelier de vitrification, rattaché à l’usine UP3 du site de COGEMA La Hague, en exploitation depuis 1992.


Taux de combustion

Rapport, habituellement exprimé en pourcentage, du nombre de noyaux atomiques d’un élément ou d’un ensemble d’éléments donnés qui disparaissent par combustion nucléaire au nombre de noyaux initiaux.


Taux de Combustion Thermique

Energie produite par la fission nucléaire, rapportée pour le combustible REP, à la tonne de Métal Lourd (tML) Note : grandeur généralement relative à l’assemblage combustible entier et exprimée en MWj/t ou GWj/t.


TC

Taux de Combustion.


TCT

Taux de Combustion Thermique.


TDB

Thermodynamic Data Base.Banque de données thermodynamiques coordonnée par l'AEN de l'OCDE.


Tectonique

Ensemble des déformations (failles, plis, etc.), d’origine géodynamique interne, qui affectent le milieu géologique. Mécanisme d’acquisition de ses déformations lié aux processus d’évolution de la lithosphère à l’échelle globale (tectonique des plaques).


Terme source

Dans un modèle mathématique, expression de la nature, de la quantité et de la cinétique de relâchement des produits radioactifs d’une installation nucléaire soit en conditions normales de fonctionnement, soit au cours d’un accident réel ou supposé Note : le « terme source » sert à évaluer les conséquences d’un rejet radioactif dans l’environnement.


Terres rares

Dénomination commune des lanthanides et de leurs oxydes. Il s’agit d’une quinzaine d’éléments chimiques présentant des structures et des propriétés similaires. On les trouve en proportions variables dans certains minerais (monazite). On utilise les terres rares dans l’électronique, le magnétisme (têtes de lecture audio), l’automobile (pots catalytiques), les écrans de téléviseurs, etc.


TFA

Très faible activité.




Thermo Hydro Mécanique (THM)

Se dit des essais, modèles ou codes de calcul faisant intervenir des phénomènes thermiques, hydrauliques, mécaniques et les liens entre ces phénomènes. Lorsque d’autres phénomènes sont également pris en compte, on distingue les essais, modèles ou codes de calcul : 1- Thermo Hydro Mécanique et Chimique (THMC) lorsque les phénomènes chimiques interviennent 2- Thermo Hydro Mécanique Chimique et Radioactif (THMCR) lorsque les phénomènes chimiques et radioactifs interviennent.


THM

Thermo Hydro Mécanique.


THMC

Thermo Hydro Mécanique et Chimique.


THMCR

Thermo Hydro Mécanique Chimique et Radiologique.


tML (i)

tonne de Métal Lourd (Initial). (Initial) : unité relative à la masse de métal introduite à la fabrication de la céramique. La tUMI (U = uranium) ne s’applique qu’au combustible UOX alors que la tMLI, plus générale, couvre la somme de métal combustible (uranium + plutonium + américium pour les MOX). La notion de tML sous-entend implicitement « Initial ».


Toit (d’une formation géologique)

Limite supérieure de la formation (géologique).


Tonne de métal lourd (tML)

Unité relative à la masse de métal combustible (uranium ou uranium + plutonium + américium pour les MOX) introduite à la fabrication du combustible. La notion de tML sous-tend implicitement « initial ».


Toxique chimique

Elément susceptible d’induire des effets néfastes sur la santé humaine en cas d’ingestion et/ou d’inhalation. Note : les toxiques considérés à ce stade dans le dossier 2005 argile sont l’arsenic, le cadmium, le cyanure, le chrome, le mercure, le nickel, le plomb, l’antimoine, le sélénium, le bore, l’uranium, le béryllium, l’amiante).


TRACES

Transport RéActif de Contaminants dans les Eaux Souterraines. Code de calcul en éléments finis mixtes et discontinus (2D - 3 D) d'écoulement et de transfert monophasique d'eau en milieu poreux saturé, prenant en compte certaines réactions chimiques (développé par l'Institut de Mécanique des Fluides et des Solides de Strasbourg en collaboration avec l’Andra).


Traceurs radioactifs

Eléments utilisés dans l'industrie pour contrôler certains procédés de fabrication. Grâce à une pincée d'atomes d'argon-41 radioactifs, par exemple, les ingénieurs suivent et améliorent la production de l'essence destinée aux réservoirs des automobilistes.


Traitement d’un déchet

Ensemble d’opérations mécaniques, physiques ou chimiques ayant pour but de modifier les caractéristiques des déchets. L’objectif du traitement est de rendre les déchets propres au conditionnement


Traitement du combustible usé

Procédé mis en oeuvre sur du combustible usé et consistant à séparer l’uranium et le plutonium (qui représentent environ 97 % de la masse) des produits de fission.


Transfert

1. Déplacement des colis de déchets à l’intérieur du site de stockage Note : par opposition au transport de colis à l’extérieur du site 2. Voir les deux premières définitions de Transport.


Transitoire (chimique) (hydraulique) (thermique)

Intervalle de temps pendant lequel un système n’est pas à l’équilibre (chimique), (hydraulique) ou (thermique).


Transmutation

Les désintégrations radioactives et les réactions nucléaires changent la nature des noyaux. Ainsi, l'uranium se transforme, par fission, en éléments beaucoup plus légers, comme l'iode ou le césium. Des transmutations provoquées par des neutrons peuvent être utilisées pour transformer des noyaux radioactifs en des éléments stables ou moins radioactifs. Ces techniques sont difficiles à mettre en œuvre, mais pourraient être utilisées à l'avenir pour faire disparaître certains déchets radioactifs.


Transport

1. Phénomènes concourant au déplacement des radionucléides depuis les déchets conditionnés 2. De manière générale, déplacement d’eau, de gaz ou de solutés 3. Déplacement des colis de déchets sur voie publique, entre un site de production ou d’entreposage et une installation de stockage.


Tritium

Isotope radioactif de l’hydrogène, dont le noyau comporte deux neutrons et un proton.


TSX

Tunnel Sealing eXperiment. Essai d'un scellement mené dans le laboratoire souterrain canadien en milieu granitique.

Haut de la page


  U

UMo

Uranium - Molybdène. Alliage d’uranium utilisé pour la fabrication de certains combustibles UNGG.


UNGG

(réacteur à) Uranium Naturel Graphite Gaz.


Unité d’exploitation

Module ou partie de module de stockage dans lequel est menée une seule activité d’exploitation (construction, mise en place des colis, travaux de fermeture).


UOX

Uranium Oxyde. Voir Combustible UOX.


UP1

Usine de Production n° 1. Usine de traitement des combustibles UNGG, mise en service en 1958 et mise à l'arrêt en 1997.


UP2

Usine de Production n° 2. Usine de traitement du combustible de La Hague.


UP3

Usine de Production n° 3. Usine de traitement du combustible de La Hague.


Uranium de ReTraitement (URT)

Uranium provenant du traitement des combustibles usés.


Uranium de Retraitement Enrichi (URE)

Combustible élaboré à partir d’uranium de retraitement enrichi à 4,1% en U235, taux de combustion moyen de 45 GWj/t.


Uranium de traitement (URT)

Uranium provenant des combustibles usés et séparé par les opérations de traitement.


Uranium de traitement enrichi (URE)

Uranium de traitement ayant subi un enrichissement pour être introduit dans un combustible nucléaire.


URE

Uranium de Retraitement Enrichi.


URT

Uranium issu du ReTraitement.

Haut de la page


  V

Valeur Toxicologique de Référence (VTR)

Caractérisation, à partir de la quantité ingérée, de l’impact d’un toxique chimique pour la santé humaine en terme d’excès de risque individuel (ERI) pour les toxiques à effet cancérigène, et de quotient de danger (QD) pour les toxiques à effet de seuil.


Verse

Partie des installations de surface destinée à stocker les déblais. Par extension, déblais stockés en surface.


VESTALE

Verre en Entreposage et STockage : Altération à Long termE.


Vie courte (VC)

Voir Déchets à vie courte.


Vie longue (VL)

Voir Déchets à vie longue.


Vitrification (de déchets radioactifs)

Fixation de déchets radioactifs dans la structure d’un verre lors de l’élaboration de celui-ci.


Voie de transfert (des radionucléides)

Chemin de migration potentiel des éléments radioactifs depuis les déchets radioactifs jusqu’à l’homme.


Volume équivalent conditionné

Volume d’un colis de déchets, une fois que celui-ci a suivi toutes les étapes de traitement et de conditionnement aujourd’hui envisagées par son producteur.


VTR

Valeur Toxicologique de Référence.

Haut de la page


  W

WIPP

Waste Isolation Pilot Plant. Installation en activité de stockage en formation géologique (couche de sel) de déchets militaires (contenant des transuraniens) - Nouveau Mexique, Etats Unis.

Haut de la page


  Z

Z4

Zircaloy 4.


Zone contrôlée

Zone où l’accès et le séjour sont soumis à une réglementation spéciale pour des raisons de protection contre les rayonnements ionisants et de confinement de la contamination radioactive.


Zone de stockage

Partie du stockage où sont stockés tous les déchets d’une même catégorie.


Zone de transposition

Zone au sein de laquelle la couche du Callovo-Oxfordien présente des propriétés physiques et chimiques similaires à celles observées au niveau du laboratoire souterrain de recherche. Sa superficie est d’environ 250 Km².


Zone endommagée

Zone géomécanique regroupant la zone fracturée et la zone microfissurée (en anglais, Excavation Damaged Zone, EDZ).


Zone fracturée

Zone géomécanique au droit de l’ouvrage dans laquelle le seuil de rupture peut être dépassé. Cette zone est caractérisée par l’apparition de fractures pouvant être connectées, ce qui conduit à une augmentation significative de la perméabilité de la roche.


Zone influencée

Zone qui s’étend au-delà de la zone microfissurée. Cette zone est le siège de modifications très limitées en contraintes et en déformations autour de l’ouvrage, sans incidence sur les propriétés physico-chimiques et hydrauliques des argilites.


Zone microfissurée

Zone apparaissant soit au voisinage de l’ouvrage si la zone fracturée ne s’est pas produite, soit derrière la zone fracturée si cette dernière s’est produite. Cette zone est caractérisée par une microfracturation diffuse peu connectée, n’engendrant qu’une augmentation limitée de la perméabilité.


Zone non réglementée

Partie d’une installation dans laquelle la dose efficace annuelle se situe entre zéro et un mSv/an.


Zone nucléaire (d’une installation de surface)

Zone dans laquelle sont mis en oeuvre l’ensemble des processus impliquant directement les colis de déchets radioactifs.


Zone perméable (ZP)

Zone altérée des enrobés bitumineux formée suite à la reprise d’eau par les sels solubles présents et permettant le transfert des sels et des radionucléides vers l’extérieur.


Zone perturbée

Terme générique pour désigner une zone de l’argilite pouvant être affectée par des perturbations d’origine géochimique (perturbation oxydante, alcaline, fer-argile, microbiologique) voire thermique. Note : en fonction des caractéristiques des transformations, on utilisera un vocabulaire dédié pour chaque perturbation. Par exemple, pour la perturbation alcaline, on distinguera la zone dans laquelle la minéralogie est modifiée de la zone où seul le fluide interstitiel est affecté.


Zone surveillée

Partie d’une installation dans laquelle la dose efficace annuelle se situe entre un et six mSv/an.


ZP

Zone Perméable.

Haut de la page


  

µGy

microgray : 1 millionième de gray