Aller au contenu principal

L’assainissement des sites pollués par la radioactivité et la collecte d’objets radioactifs anciens

Dans le cadre de sa mission de service public, l’Andra est chargée de la remise en état de ces sites pollués par la radioactivité, lorsque les industriels responsables ont disparus ou sont défaillants. L’Agence assure également la collecte des objets radioactifs fabriques à cette époque auprès des particuliers et des collectivités locales.

L’histoire des « années folles du radium »

Exemple de produit cosmétique enrichi au radium

Après sa découverte à la fin du 19ème siècle, le phénomène de la radioactivité suscite un vif engouement pendant la période de l’entre-deux guerres. La radioactivité, et en particulier le radium, est alors perçue comme bienfaisante. Concrètement, cet engouement s’est traduit par le développement d’une industrie du radium, à la fois pour son extraction et pour son utilisation dans différents secteurs : médical, avec la fabrication par exemple d’aiguilles utilisées en radiothérapie ou de fontaine à eau contenant du radium ; cosmétique, avec le développement de pommades ; mais aussi horloger, pour fabriquer de la peinture luminescente utilisée sur des aiguilles de montre ou de réveil.

Cet engouement prend fin lorsque les dangers de la radioactivité sont reconnus, et l’utilisation du radium interdite. La mémoire d’une grande partie des sites industriels qui s’étaient développés pendant les « années folles » du radium a été perdue. Certains sites, généralement situés dans des zones urbaines, ont été réaménagés malgré leur pollution radioactive ou sont restés à l’état de friches industrielles.

L’assainissement des sites pollués par la radioactivité

Opération de décontamination d'un site pollué par la radioactivité

Depuis la fin des années 90, l’Andra, l’IRSN, l’ASN et les services de l’Etat ont effectué un important travail de recensement des sites pollues par la radioactivité, et l’Etat a construit progressivement le dispositif de gestion de ces sites. La priorité a alors été donnée aux sites dont la pollution était avérée et pour lesquels les opérations d’assainissement étaient urgentes. Ces sites sont aujourd’hui tous assainis ou en cours d’assainissement par l’Andra : Isotopchim à Ganagobie (04), Bayard à Saint-Nicolas-d’Aliermont (76), Orflam-Plast à Pargny-sur‑Saulx (10), anciens laboratoires de la Société nouvelle du radium (SNR) à Gif-sur-Yvette (91).

Pour les autres sites, sur lesquels la pollution était très faible, et pour de nouveaux sites récemment découverts, d’autres opérations d’assainissement continuent d’être régulièrement lancées. L’Andra y participe soit au titre de sa mission de service public, soit dans le cadre de contrats spécifiques.

La collecte et la prise en charge d’objets radioactifs

Collecte de réveil radioactifs chez un particulier

L’Andra collecte chaque année environ 100 objets radioactifs produits lors des années phares du radium. Cette collecte s’effectue gratuitement auprès des particuliers, qui souvent détiennent involontairement ces objets suite à un héritage. Parmi ces objets figurent des minéraux de collection (monazite, autunite, …), des montres, des réveils, des fontaines au radium ou encore des objets au radium à usage médical, appelés Orum (aiguilles, sondes, plaques…).

La Commission Nationale des Aides dans le domaine Radioactif (CNAR)

En avril 2007, le conseil d'administration de l'Andra a décidé de créer en son sein une Commission Nationale des Aides dans le domaine Radioactif (CNAR). Cette commission émet un avis sur l'utilisation de la subvention publique, sur les priorités d'attribution des fonds, les stratégies de traitement des sites pollués et sur les questions de prise en charge aidée des déchets. La CNAR, présidée par la directrice générale de l'Andra, comprend :

  • Des représentants de l’Autorités de sûreté (ASN) et des ministères de tutelle de l’Andra
  • Des représentants des établissements publics techniques (Ademe, IRSN),
  • Des représentants du monde associatif (2 associations de défense de l'environnement : Robin des bois et fédération France Nature Environnement),
  • Un représentant des élus
  • et deux personnes qualifiées (un représentant d'un établissement public foncier et un spécialiste en assainissement).

La CNAR se réunit environ tous les 3 mois pour évaluer les dossiers qui lui sont soumis.

Partager cette page