Aller au contenu principal

Histoire

D’abord créée en tant que direction au sein du Commissariat à l’énergie atomique, l’Andra devient agence publique indépendante en 1991 placée sous la tutelle des ministères de l’énergie, de l’environnement et de la recherche. L’Andra a pour mission de trouver, mettre en œuvre et garantir des solutions sûres pour protéger les générations présentes et futures des risques que représentent les déchets radioactifs. Pour la mener à bien, l’Agence s’est transformée au fil des ans. Elle s’appuie aujourd’hui sur trois catégories de métiers (exploitation de sites industriels, recherche et développement, conception de projets) qui lui confèrent une expertise robuste et pluridisciplinaire.

1969 – 1991 : Les origines de l’Andra

Les prémices

L'histoire de la gestion des déchets radioactifs commence bien avant la création de l'Andra. En France, les premiers déchets radioactifs sont produits dans les années 30, en particulier par les hôpitaux qui utilisaient des sources de radium pour soigner le cancer.

Avec la création du Commissariat à l'Énergie Atomique, le CEA, après la seconde guerre mondiale, les centres de recherche nucléaire commencent à générer des déchets radioactifs en quantités plus importantes. Il n'y avait pas de stockage organisé, mais il y avait déjà des règles. La première était de conditionner les déchets de manière sûre, et la seconde de les entreposer sur les sites du CEA.

Mais, dans les années 50 et 60, avec l'apparition des premières centrales électronucléaires, le développement de la recherche et la fabrication des armes atomiques, les déchets radioactifs s'accumulent. La France participe ainsi, en 1967 et en 1969, à titre expérimental, à deux campagnes internationales d'immersion, puis renonce à cette pratique, jugée peu éthique.

Le CEA décide alors d'implanter à côté de son usine de retraitement de combustibles de La Hague un premier centre, pour y stocker les déchets de faible et moyenne activité. Le Centre de la Manche ouvre ses portes en janvier 1969, et son exploitation est confiée à l’entreprise Infratome.

Immersion des déchets radioactifs en mer dans les années 1960
Ancien logo de l'Andra

La création de l'Andra

En 1974, en raison du choc pétrolier qui a suivi la guerre du Kippour, la France décide de se doter d'une très importante industrie nucléaire, comprenant plusieurs dizaines de centrales ainsi que des unités pour recycler le combustible usé. La mise en route de ce vaste programme a pour conséquence d'augmenter fortement le volume de toutes les catégories de déchets radioactifs.
Pour faire face à cette situation, le gouvernement demande au CEA de créer en son sein un organisme qui prendra sous sa responsabilité directe la gestion de tous ces déchets. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs est ainsi créée en 1979.

La gestion du Centre de stockage de la Manche

La première mission assignée à l'Andra est de développer le système de stockage en surface des déchets de faible et moyenne activité. L'Agence reprend l’exploitation du Centre de stockage de la Manche. Elle impose aux industriels électronucléaires rapidement quelques règles fondamentales pour sécuriser et rationaliser le stockage de leurs déchets. Par exemple, les déchets doivent désormais être conditionnés dans des colis normalisés et faire l’objet d’accord préalable. De plus, elle construit un système de collecte pour contrôler et maîtriser les eaux sortant du stockage, ce qui permet de surveiller l'impact du Centre sur son environnement.

Stockage en "tumulus" au centre de stockage de la Manche (forme pyramidale)
Stockage en "tumulus" (forme pyramidale)
Le Centre de stockage de la Manche ouvre ses portes en janvier 1969
Le Centre de stockage de la Manche ouvre ses portes en janvier 1969

Un nouveau centre de stockage dans l'Aube

À partir de 1984, l'Agence recherche un site pour un nouveau centre de stockage afin de prendre la relève de celui de la Manche lorsque sa capacité totale de stockage sera atteinte.  Des études géologiques sont lancées dans différents départements. En parallèle, l’Autorité de sûreté établit les règles fondamentales de sûreté pour le stockage des déchets de faible et moyenne activité (FMA) qui s’inspirent du système multi-barrières développé sur le Centre de stockage de la Manche (CSM) constitué par le colis, l'ouvrage de stockage et le milieu géologique. 
A l’issue des investigations géologiques, le département de l’Aube est retenu. La concertation locale s'engage avec l'organisation de plusieurs visites sur le terrain et des réunions avec les élus locaux et le public. Le 22 juillet 1987, le Premier ministre signe la Déclaration d'utilité publique : le nouveau centre de stockage pour les déchets de faible et moyenne activité (CSFMA) sera implanté sur la commune de Soulaines-Dhuys. Le 04 septembre 1989, la création du centre (CSFMA) est autorisée par le ministère de l’industrie et de l’aménagement du territoire et la construction du centre est engagée.
 

Le Centre de stockage de l'Aube lors de son implantation
Projet de laboratoire dans les Deux Sèvres

Premières recherches pour un stockage en profondeur

Depuis la fin des années 60, les déchets de haute activité et de moyenne activité à vie longue, issus principalement du traitement des combustibles nucléaires français usés, sont  entreposés dans les usines de La Hague (50) et de Marcoule (30) en attendant une solution de stockage définitive. La solution envisagée est de les stocker dans des formations géologiques profondes - stables depuis des millions d'années - seules susceptibles de confiner efficacement ces déchets pour les durées nécessaires.

Dans cette perspective, l'Andra entreprend, en 1982, de collaborer avec des pays qui étudient déjà en profondeur les qualités de diverses roches en vue d'un stockage souterrain à :

  • Mol, en Belgique, dans l'argile
  • Asse, en Allemagne, dans une ancienne mine de sel
  • Grimsel, en Suisse, dans du granite

En 1987, après des études documentaires, l'Andra missionne ses géologues pour mener des investigations sur quatre sites en France dont la géologie est a priori favorable afin d'y installer des laboratoires souterrains et d‘y étudier la faisabilité d'un stockage profond :

  • dans les Deux Sèvres (granites)
  • dans le Maine et Loire (schistes)
  • dans l'Ain (formations salines)
  • dans l'Aisne (argiles)

Mais des protestations naissent sur ces territoires et au bout de trois ans, le premier ministre, Michel Rocard, désireux de sortir de l'impasse un dossier très important pour le développement de l'industrie nucléaire, décrète un moratoire d'un an sur l'ensemble des projets.

La loi de 1991 : l'indépendance de l'Agence

En décembre 1991, l'Assemblée Nationale vote une loi qui donne un nouveau statut à l'Andra, la rendant indépendante du CEA. Cette loi encadre également de manière précise l'étude de faisabilité du stockage en profondeur. L'Agence dispose de 15 ans pour réaliser cette étude. Christian Bataille est chargé d'une mission de médiation consistant à rechercher des collectivités locales volontaires pour accueillir sur leur territoire un laboratoire souterrain.

1992 - 1999 : les fondements

1992-1994 : l'Andra poursuit ses mission

En janvier 1992, le Centre de stockage pour les déchets de faible et moyenne activité (CSFMA) entre en service et il reçoit ses premiers colis dans l’Aube. En 1992 également, l'Andra commence à développer une filière spécifique pour les déchets non-électronucléaires, en particulier ceux des centres hospitalo-universitaires. Ce travail, très complexe, mettra près de 10 ans à aboutir.

Enfin, au Centre de stockage de la Manche, le dernier colis arrive le 30 juin 1994, après 35 ans d'exploitation. La mise en place de la couverture étanche se poursuit, en vue de préparer le site à son passage en phase de surveillance en 2003. 
 

Stockage du dernier colis au Centre de stockage de la Manche
Stockage du dernier colis au Centre de stockage de la Manche
Plateforme de forage de reconnaissance géologique dans la Vienne

1994-1996 : L'Andra mène de nouvelles investigations géologiques afin d'implanter un laboratoire souterrain

Grâce au succès de la mission de médiation assignée au député du Nord Christian Bataille, dont l'objectif était de mener une concertation préalable pour proposer au Gouvernement des sites favorables à l'implantation de laboratoires souterrains, les équipes de l'Andra retournent sur le terrain à partir de 1994. Elles mènent des investigations géologiques dans quatre départements :

  • le Gard (argile)
  • la Vienne (granite)
  • la Meuse (argile)
  • la Haute-Marne (argile)

Par des campagnes de mesures sismiques et des forages carottés, l'Andra étudie les couches géologiques qui pourraient accueillir un laboratoire. Ce travail se fait dans des conditions très différentes de ce qui s'était passé avant le moratoire. Premièrement, une loi légitime et encadre désormais l'action de l'Andra. Deuxièmement, autour des sites, les élus locaux apportent leur soutien à l'Agence. Il y a encore une certaine opposition, des manifestations, et quelques actes de malveillance, mais le travail de l'Andra n'est pas entravé.

En 1996, les projets de la Meuse et de la Haute-Marne sont réunis en un seul site situé sur la commune de Bure. L'Andra dépose alors trois demandes d'installation pour des laboratoires souterrains. Mais en avril 1997, un aléa politique stoppe toute décision. Dans le nouveau gouvernement de Lionel Jospin, issu de la nouvelle majorité, le projet de laboratoire ne fait plus l'unanimité. 
 

Du 12 septembre 2005 et le 13 janvier 2006, un débat public sur la gestion des déchets radioactifs est organisé, en complément des contributions issues des acteurs de la recherche et de leurs différentes évaluations, pour éclairer le gouvernement en amont de la rédaction du projet de loi qui sera débattu en 2006. Les conclusions du débat public de 2005 formulent différents souhaits qui seront repris dans la loi de 2006 comme par exemple l’ instauration d’une politique nationale de gestion pour l’ensemble des matières et déchets radioactifs, la réaffirmation de l’interdiction du Du 12 septembre 2005 et le 13 janvier 2006, un débat public sur la gestion des déchets radioactifs est organisé, en complément des contributions issues des acteurs de la recherche et de leurs différentes évaluations, pour éclairer le gouvernement en amont de la rédaction du projet de loi qui sera débattu en 2006. Les conclusions du débat public de 2005 formulent différents souhaits qui seront repris dans la loi de 2006 comme par exemple l’ instauration d’une politique nationale de gestion pour l’ensemble des matières et déchets radioactifs, la réaffirmation de l’interdiction du stockage des déchets étrangers, la création d’une autorité administrative indépendante en charge de la sûreté nucléaire, l’élargissement des missions de l’Andra ou encore le renforcement du rôle du comité local d’information et de suivi.

1998 : l'Andra a désormais le feu vert pour créer un laboratoire dans l'argile

Les recherches de l'Andra sur la faisabilité d'un stockage souterrain ne sont pas arrêtées pour autant car, depuis deux ans, l'Agence a rejoint le projet suisse du "Mont Terri", dans le Jura, où des chercheurs profitent de la galerie de reconnaissance d'un tunnel autoroutier pour mener des expérimentations sur une couche d'argile aux qualités proches de celles de l'argile de Bure. L'Andra continue aussi à financer des recherches effectuées dans de nombreux laboratoires universitaires.

Pose de la première pierre du Laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne

En août 1998, un grand rassemblement européen anti-nucléaire a lieu à Bure. Ce jour là, les maires d'une quinzaine de communes voisines installent des panneaux "Oui au labo" aux frontons de leurs mairies.

En décembre 1998, un compromis politique est trouvé et le gouvernement annonce ses décisions à l’issue de la réunion interministérielle sur la politique nucléaire :

  • le futur stockage devra être réversible
  • le site du Gard est écarté
  • le site granitique de la Vienne, jugé peu probant, est écarté mais l'Andra doit continuer à étudier cette roche. Etudes qui conduiront l'Agence à publier en 2005 le Dossier 2005 granite sur l'intérêt des formations granitiques pour le stockage géologique
  • enfin, c'est le site de Meuse/Haute-Marne qui est choisi pour implanter un laboratoire souterrain : plus de 10 ans après ses premières démarches, l'Andra a désormais le feu vert pour créer un laboratoire dans l'argile.

1999 : un nouveau centre de stockage dans l'Aube

La concertation s'engage avec les élus et les associations pour l'ouverture d'un nouveau centre, à proximité du centre de stockage de faible et moyenne activité (CSFMA), pour le stockage pour les déchets très faiblement radioactif (CSTFA) qui étaient jusqu’alors soit entreposés sur les sites des producteurs, soit stockés au CSFMA. Les études démarrent en novembre pour déterminer la zone la plus favorable d'un point de vue géologique.

2000 - 2005 : la concrétisation

Début 2000, le laboratoire est mis en chantier

Le creusement des puits permet les premières études : quelques mètres sont creusés, puis la place est cédée à des géologues qui étudient la roche pendant quelques heures avant que le creusement ne reprenne. Malheureusement, en mai 2002, à la suite d'un accident mortel, le chantier est arrêté près d'un an. 

Relevé géologique des parois du puits auxiliaire du Laboratoire souterrain
Relevé géologique des parois du puits auxiliaire du Laboratoire souterrain

2001-2003 : création du nouveau centre de stockage pour les déchets de très faible activité

En 2001, une première enquête publique relative à l'utilité de créer le centre pour les déchets de très faible activité (TFA) (CSTFA) et au défrichement des terrains du futur centre est réalisée. Puis, une seconde en 2002 relative à l'autorisation d'exploiter et à la demande de permis de construire. Le 9 août 2002, le permis de construire est délivré par arrêté préfectoral suivi, le 26 juin 2003, par une autorisation d'exploitation du centre délivrée également par arrêté préfectoral.

Ainsi, avec l'ouverture sur la commune de Morvilliers du Centre de stockage pour les déchets de très faible activité (CSTFA), premier centre de ce type au monde, est trouvée une solution au stockage pour les déchets issus, principalement, du démantèlement des installations nucléaires. Les colis de déchets y sont stockés dans des alvéoles creusées dans l'argile, et protégées des intempéries par de grands toits démontables avant d'être recouverts définitivement d'une couche d'argile de plusieurs mètres d'épaisseur et d'une couverture végétale.
 

Première alvéole de stockage protégée par son toit abri

2004 : réalisation du Laboratoire souterrain

En novembre 2004, au Laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne, l'Andra atteint, à 445 mètres de profondeur, la couche d'argile à étudier. Une première galerie est creusée pour y installer une série de dispositifs expérimentaux. Puis, le creusement du puits se poursuit et, à 490 mètres, sont creusées horizontalement de nouvelles galeries et d'autres expérimentations sont entreprises. Les mesures recueillies confirment pleinement les résultats des recherches sur échantillon et de celles faites au Mont-Terri en Suisse.
 

Remise au gouvernement du dossier 2005

Remise du Dossier 2005 et premier débat public

En juin 2005, l'Andra remet le rapport sur la faisabilité d'un stockage en formation géologique profonde de déchets radioactifs à haute activité et à vie longue (parfois appelé Dossier 2005). En 10.000 pages, il fait le bilan des recherches engagées depuis la loi de 1991. Il conclut que la couche d'argile du site de Meuse/Haute-Marne est parfaitement apte à recevoir un stockage de déchets radioactifs de haute activité et moyenne activité à vie longue. Une étape fondamentale vient d'être franchie pour la gestion des déchets radioactifs en France.

Télécharger le document pdf Les recherches de l'Andra sur le stockage géologique des déchets radioactifs à haute activité et à vie longue : résultats et perspectives

Dossier Argile

Télécharger le document pdf Synthèse Argile : Evaluation de la faisabilité du stockage géologique en formation argileuse
Télécharger le document pdf Tome Architecture et gestion du stockage géologique
Télécharger le document pdf Tome Evolution phénoménologique du stockage géologique
Télécharger le document pdf Tome Evaluation de sûreté du stockage géologique

Dossier granite

Télécharger le document pdf Synthèse Granite : Intérêt des formations granitiques pour le stockage géologique
Télécharger le document pdf Tome Architecture et gestion du stockage géologique
Télécharger le document pdf Tome Evolution phénoménologique du stockage géologique
Télécharger le document pdf Tome Analyse de sûreté du stockage géologique

2008 : à la recherche de solution de gestion pour les déchets faible activité à vie longue (FA-VL)

En juin 2008, après avoir identifié 3 115 communes à la géologie potentiellement favorables à l'implantation d'un stockage pour les déchets de faible activité à vie longue (FA-VL), l'Andra lance un appel à candidatures et envoie un dossier d'information aux maires des communes concernées. A fin 2008, plus de 40 communes se déclarent candidates à l'accueil d'un tel centre de stockage. En juin 2009, sur la base d'une analyse menée par l'Andra, le Gouvernement retient deux d'entre elles (Auxon et Pars-lès-Chavanges dans l'Aube) pour y réaliser des investigations approfondies aux plans géologique et environnemental. Mais, sous la pression des opposants, ces deux communes se retirent du projet en juillet et août 2009. En juin 2010, dans le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), l'Etat fixe de nouvelles orientations pour le projet : poursuivre les études concernant la connaissance, le traitement et le conditionnement des déchets FA-VL et remettre au gouvernement au plus tard en 2012 un rapport présentant les différents scénarios de gestion possibles pour ces déchets.

2009-2012 : naissance de Cigéo (centre industriel de stockage géologique)

Journée portes ouvertes à l’Espace technologique du centre de Meuse/Haute-Marne

2009 : La création de l’Espace technologique et un bilan d’étape des recherches sur le stockage géologique

A côté du Laboratoire souterrain est construit, en 2009, l'Espace technologique où sont réalisés des essais et où sont exposés des prototypes d'objets et de machines qui pourraient être mis en œuvre dans le centre de stockage profond.
Fin 2009, complétant le dossier 2005, l'Andra remet au Gouvernement un nouveau dossier faisant un point d'étape sur le projet de centre de stockage. Il propose notamment, pour l'étude de l'implantation des installations souterraines du centre de stockage profond, une zone de 30 km2 appelée ZIRA (zone d'intérêt pour une reconnaissance approfondie), fruit d'un dialogue avec les acteurs locaux.

2010 : Des investissements d'avenir et le lancement du projet Cigéo

En mars 2010, l'Andra est autorisée à mener des investigations géologiques approfondies au sein de la ZIRA. Le projet de stockage géologique prend le nom de Cigéo (centre industriel de stockage géologique).
Le 3 août 2010, dans le cadre du Programme d'investissements d'avenir, 100 millions d'euros sont attribués par l'Etat à l'Agence pour financer le développement de solutions innovantes de traitement des déchets radioactifs afin de réduire le volume et la dangerosité de certains déchets difficiles à stocker. Cette convention donne les moyens à l'Andra d'élargir sa capacité d'action plus en amont de la filière de gestion des déchets radioactifs.

Les 20 ans de l'Andra et le lancement de la conception industrielle de Cigéo

A l'occasion des 20 ans de l'Andra, Charles Giulioli, artiste "peintre-ingénieur", s'inspire de la vie de l'Agence pour créer une œuvre numérique. Entre construction, innovation et développement, elle illustre avec originalité l'histoire de l'Andra.
Labellisée par le Comité national de la chimie et en partenariat avec l’Institut Curie, l’IRSN, l’ASN et plusieurs ministères, l’Andra crée l’exposition « La radioactivité : de Omer à Oppenheimer » dans le but de transmettre une plus large connaissance de l’histoire de la radioactivité, sensibiliser à ses différents usages et contribuer à faire comprendre les problématiques liées à la gestion des déchets radioactifs. Exposée au Palais de la découverte puis dans les territoires d’accueil des centres de l’Andra, elle accueille près de 120.000 personnes pendant près de trois ans.

Version numérique de l’exposition « La radioactivité : de Omer à Oppenheimer »
Exposition « La radioactivité : de Omer à Oppenheimer »

Sur la base des études, des recherches et des expérimentations conduites depuis 1991, l’Andra lance officiellement la phase de conception industrielle de Cigéo. Etape importante de la vie du projet, elle permet de définir les spécifications fonctionnelles et les choix techniques présidant à la conception de Cigéo.
Le 20 décembre 2011, après enquête publique, l'exploitation du Laboratoire souterrain du Centre de Meuse / Haute-Marne est prolongée jusqu’en 2030.

Colis de déchets de faible et moyenne activité en attente de traitement dans le bâtiment de regroupement du Cires

2012 : de nouvelles activités sur le Cires et un débat public sur le projet Cigéo en préparation

Deux nouvelles activités dédiées aux déchets provenant des industries non électronucléaires sont internalisées par l’Andra sur le centre de stockage TFA. Il s’agit de leur regroupement et de leur entreposage lorsqu’ils ne peuvent pas être prise en charge sur les centres de stockage existants. Le centre prend alors le nom de Cires (Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage). Ces nouvelles activités permettent à l’Andra de fiabiliser la filière de gestion des déchets issus de cette filière composée de plus de 1 200 clients différents.
Les recherches sur le projet FA-VL se poursuivent : En effet, en 2012, l'Andra remet au Gouvernement un rapport proposant de nouvelles pistes de travail pour le stockage des déchets FAVL qui prend en compte les recommandations formulées par le Haut Comité pour la Transparente et l'Information sur la Sûreté Nucléaire (HCTISN). Sur cette base, le gouvernement transmet à l'Andra ses orientations pour la poursuite du projet. En 2013, l'Andra obtient l’accord de la Communauté de communes de Soulaines pour réaliser des investigations géologiques à proximité des centres industriels de l'Andra dans l'Aube entre 2013 et 2015.
Au mois d’octobre 2012 l’Andra saisit la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) pour l’organisation d’un débat public sur le projet Cigéo, sur ses objectifs et ses caractéristiques, dans la perspective des travaux relatifs à la demande d’autorisation de sa création.

2013 – 2018 : L’Andra poursuit sa transformation

2013 : deuxième débat public sur Cigéo

Conformément à la loi de 2006, un deuxième débat public sur Cigéo en amont du dépôt de la Demande d’autorisation de Création (DAC) se déroule du 15 mai au 15 décembre 2013. Ce débat public aboutit notamment à un aménagement du calendrier du projet, à l’intégration d’une phase industrielle pilote au démarrage de l’installation, à la proposition d’une définition de la réversibilité comme outil de gouvernance du développement de Cigéo. Formellement, le débat public s’achève au début de l’année 2014 avec l’organisation d’une conférence de citoyens.

Réunion publique à Bar-le-Duc en 2013

Du point de vue du développement industriel, le projet Cigéo entre dans la phase d’avant-projet sommaire (APS) : cette étape présente les ouvrages souterrains où seront stockés les déchets radioactifs ainsi que les installations de surface nécessaires aux travaux et à l’exploitation du Centre.

L’Observatoire Pérenne de l’Environnement (OPE) situé en Meuse / Haute-Marne se dote d’un nouvel outil : l’écothèque. Ce bâtiment, assure la conservation des échantillons prélevés dans le cadre de l’OPE, dans des conditions garantissant leur traçabilité et leur intégrité. Cet outil vient compléter la l’installation de la station atmosphérique créée en 2011 pour suivre à très long terme les conditions météorologiques, la qualité de l’air et les gaz à effet de serre et l’installation de cinq stations de suivi des eaux mises en place en mars 2012 pour surveiller la qualité physico-chimique et biologique des cours d’eau de la zone de l’OPE.

 

Transport d'échantillon dans la pédothèque de l'Observatoire pérenne de l'environnement

2014 : une année de progression

L’Andra présente l’ensemble de ses dispositifs mémoriels en septembre 2014 à Verdun, lors de la conférence internationale Mémoire pour les générations futures organisée par l’Agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’OCDE. Ces dispositifs sont conçus pour assurer la transmission de la mémoire sur au moins 15 à 20 générations, soit environ 5 siècles.
Le projet Cigéo poursuit sa progression et franchi des étapes importantes en matière de recherche sur les procédés de scellement et de creusement, deux éléments clés du stockage des déchets radioactifs en couche géologique profonde.

L’Andra se réorganise pour répondre aux nouveaux enjeux à venir

Au mois de février, l’Andra remet à l’ASN un rapport d’étape sur la couverture du Centre de Stockage de la Manche (CSM). Ce document prépare la sûreté du centre sur le très long terme et ses conclusions alimenteront le rapport de réexamen de sûreté du CSM qui sera présenté à l’autorité en 2019.

 

L’Andra, en coopération avec l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et avec le soutien du programme d’investissement d’avenir, organise le premier appel à projets sur l’optimisation de la gestion des déchets radioactifs de démantèlement. Douze projets de recherche et développement sont retenus pour un montant total de 40 millions d’euros.

L’organisation interne de l’Agence change profondément à compter du mois de septembre pour permettre un pilotage resserré et renforcé du projet Cigéo dans la perspective de l’entrée prochaine de celui-ci dans une nouvelle phase de conception. Cette nouvelle organisation matricielle s’appuie sur la création de nouvelles directions (direction du projet Cigéo et direction de l’ingénierie) et la restructuration en profondeur de directions existantes comme par exemple la direction de la maîtrise des risques qui devient la direction sûreté, environnement et stratégie filières.

2016 : des étapes importantes pour le projet Cigéo

Début 2016, la Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer arrête le coût objectif du projet Cigéo, dont la construction et l’exploitation durera près de 150 ans, à 25 milliards d’euros. Du point de vue de la conception industrielle, Cigéo entre désormais dans la phase d’Avant-Projet Détaillé, dernière ligne droite avant le dépôt de la Demande d’Autorisation de Création (DAC).

Au mois d’avril, l’Andra remet à l’Autorité de Sûreté Nucléaire le Dossier d’Options de Sûreté (DOS) de Cigéo. Pendant de nombreux mois, le DOS a fait l’objet d’une instruction minutieuse par une revue internationale, par le groupe permanent d’experts, par la CNE2, par l’IRSN ainsi que l’ASN qui a rendu son avis en janvier 2018.

En juin, après deux ans de procédures et de travaux, le bâtiment de l’installation de tri et de traitement de déchets radioactifs est inauguré sur le Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage (Cires) de l’Aube. Ce nouvel équipement répond aux besoins concrets des producteurs de déchets radioactifs issus d’activités non-électronucléaires

La loi n° 2016-1015 du 25 juillet 2016 précisant les modalités de création d'une installation de stockage réversible en couche géologique profonde des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue concrétise dans la législation plusieurs attentes exprimées à l’occasion du débat public de 2013. Le législateur définit la notion de réversibilité et programme des rendez-vous réguliers avec la société autour de la gouvernance du projet.

Fin 2016, le Comité éthique et société (CES) de l’Andra est installé, conformément aux engagements pris par l’Andra suite au débat public de 2013. Organe de démocratie environnementale, le CES veille au respect des engagements pris par l’Andra en matière d’ouverture à la société.

Rencontre annuelle avec les élus

2017 : l’Andra poursuit ses travaux

A l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de Marie Curie, l’Andra parraine l’exposition « Marie Curie, une femme au Panthéon » met en lumière cette figure légendaire de la science. Cette exposition, présentée par le Centre des monuments nationaux, l’Institut Curie et le Musée Curie prend place dans l’enceinte du Panthéon, à Paris, du 8 novembre 2017 au 4 mars 2018.

Dans le cadre de la poursuite des actions de concertation engagées depuis le débat public de 2013 sur le projet Cigéo, l'Andra s’engage dans une démarche ambitieuse d'implication de la société civile et saisit la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) pour garantir la meilleure prise en compte des préoccupations des citoyens dans la poursuite du projet. Au mois de novembre, la CNDP a ainsi désigné deux garants qui accompagneront l’Agence dans ses démarches.

Fin 2017, l’alvéole dédiée au colis hors normes du Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage est mise en service. Cette alvéole permet le stockage des déchets massifs et/ou volumineux issus notamment du démantèlement des installations nucléaires françaises.

 

2018 : une année de dialogue et de concertation

Au mois de janvier, le projet Cigéo franchi une étape importante. L’ASN publie un avis positif sur le Dossier d'Options de Sûreté de Cigéo remis par l'Andra en 2016. Cet avis résulte d'une instruction de plus d'un an et demie qui a mobilisé de nombreux acteurs et qui s'est terminée par une consultation du public. Soulignant les progrès de l’Agence dans l’acquisition des connaissances et dans la conception du projet, l'ASN identifie des sujets sur lesquels l'Andra devra apporter des éléments de justification complémentaires pour la Demande d'Autorisation de Création.

Sur le centre industriel de l’Aube, l’ASN autorise la mise en service de l’'installation contrôle colis (ICC) permettra de réaliser sur certains colis, avant leur stockage. Jusqu’à présent ces contrôles étaient confiés à des laboratoires extérieurs, faute d'installations adéquates sur le site. Désormais, l’Agence pourra réaliser soit des contrôles non destructifs (pesées, relevées des dimensions, mesures de dégazage, scanners aux rayons X...), soit des contrôles destructifs (inventaires des colis, carottages).

Au mois de mars, poursuivant ses efforts dans sa démarche de dialogue avec la société et d’association des parties prenantes, l’Andra lance officiellement la feuille de route de la concertation autour du projet Cigéo. Cette feuille de route constitue un enjeu fort d’information, de débat et de co-construction sur un spectre large de sujets : enjeux environnementaux (sujets plutôt locaux), sûreté, gouvernance et conduite du projet sur plus de 150 ans.

 

Atelier de concertation sur le projet Cigeo
Partager cette page