Aller au contenu principal

Prendre en charge les déchets radioactifs français

90% des déchets radioactifs français disposent aujourd’hui d’une solution de gestion opérationnelle et définitive : leur stockage sur les centres de l’Andra dans l’Aube et la Manche. Pour protéger aujourd'hui et demain l'Homme et l'environnement du risque que présentent ces déchets, leur prise en charge sur les centres de l'Andra est soumise à un certain nombre de règles et procédures rigoureuses et contrôlées.

Les étapes de la prise en charge par l'Andra

L'élaboration des spécifications d'acceptation ou d'agrément

Le processus d'acceptation d'un colis de déchets radioactif repose sur un ensemble de spécifications techniques. Ces spécifications déclinent les exigences de sûreté et de sécurité fixées par l'Andra et l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), et visent toutes les composantes d'un colis de déchet : le déchet lui-même, la matrice dans laquelle il peut être enrobé (par exemple du béton), et son conteneur (en acier ou en béton).

Pour que leurs colis soient acceptés sur les centres de stockage de l'Andra, les producteurs doivent fournir toutes les informations sur la composition physico-chimique et  radiologique des déchets  et respecter les prescriptions techniques pour la fabrication des colis.

 

L'identification et la déclaration informatique

L'Andra a mis au point un système de suivi informatique des colis de déchets qui permet de vérifier la conformité des colis aux critères spécifiés et de retracer très précisément l'itinéraire de chaque colis, depuis sa fabrication chez le producteur jusqu'à son stockage sur les centres.

Afin de connaître et contrôler au mieux l'historique, les caractéristiques et l'emplacement des colis, chacun est marqué d'un code-barres, véritable carte d'identité recensant des informations sur la nature des déchets contenus ou leur provenance. Toutes les informations concernant les colis sont centralisées dans la banque de données de l'Andra, qui sera conservée jusqu'à la fin de la phase de surveillance des centres.

Parcours de prise en charge des déchets produits par les industries de la filière électronucléaire

La prise en charge des déchets d'une installation nucléaire (PDF 838.62 Ko)

Les traitements

Afin d'optimiser le stockage des colis, et plus particulièrement afin de réduire les volumes, les déchets peuvent faire l'objet à leur arrivée sur les centres de stockage de l'Aube de plusieurs types de traitement : compactage et/ou injection de mortier. Au Cires, l'Andra dispose également pour les déchets issus de la filière non électronucléaire d'une installation de regroupement, de tri et de traitement (compactage, broyage, reconditionnement).

Avant leur stockage, certains déchets peuvent subir d'autres traitements tels que l'incinération ou la fusion. Ils sont alors expédiés vers Socodéi (filiale EDF)  qui dispose des outils industriels adaptés.

Les contrôles

Le processus d’acceptation des colis de déchets sur les centres de stockage de l’Andra fait l’objet de tout un ensemble de contrôles à plusieurs niveaux. Ces contrôles permettent de vérifier que les colis reçus et stockés sont conformes aux critères d’acceptation du centre et d’identifier les non-conformités ou les dysfonctionnements. Ces contrôles peuvent être effectués directement sur les installations des producteurs de déchets ou à réception sur les centres de l'Andra. Ils peuvent être "destructifs" (les colis sont ouverts ou carottés) ou non destructifs (pesée, débit de dose, mesures de dégazage, scanner aux rayons X...)

Si lors d'un des contrôles un colis s’avérait non conforme, l’Andra pourrait être amenée à interrompre les réceptions des colis provenant du site producteur, voire à suspendre l’agrément qui autorise ce site à envoyer ses déchets
radioactifs sur les centres de l'Aube.

Le transport

Les industriels de la filière électronucléaire (EDF, Orano et CEA) ont la charge du transport de leurs déchets vers les centres de l'Andra et choisissent le mode de transport. Les colis de déchets radioactifs peuvent être acheminés soit par la route, soit par voie ferroviaire jusqu'au terminal ferroviaire de Brienne-le-Château.

Pour les industriels issus des filières non-électronucléaire, c'est l'Andra qui assure la collecte et le transport de leurs déchets.

Exploiter et surveiller les centres de stockage

Une fois toutes les étapes préalables passées, l'Andra est en charge du stockage des déchets radioactifs de faible et moyenne activité sur le Centre de stockage de l'Aube (CSA), et des déchets de très faible activité sur le Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires), puis leur surveillance à l'instar du Centre de stockage de la Manche (CSM).

Au-delà du stockage, l'Andra assure également l'entretien et la maintenance des installations, la surveillance de l'environnement autour de ses centres et l'information du public. Sur le Cires, l'Andra dispose également d'un bâtiment d'entreposage pour les déchets de faible et moyenne activité à vie longue issus de la filière non électronucléaire. Ces déchets y sont entreposés le temps que les filières de stockage définitives deviennent opérationnelles (projet FAVL et projet Cigéo).

 

Le Centre de stockage de l'Aube

Le Centre de stockage de l'Aube (CSA) est exploité depuis janvier 1992. Il dispose d'une capacité de stockage d'un million de m3 pour des déchets principalement de faible et moyenne activité à vie courte.

Le Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage

Exploité depuis août 2003, le Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage possède une capacité de stockage de 650 000 m3 pour les déchets de très faible activité. Il dispose également d'installations dédiées aux déchets issus de la filière non électronucléaire : entreposage, regroupement, tri et traitement.

 

Le Centre de stockage de la Manche

Le centre de stockage de la Manche est le premier centre français de stockage en surface de déchets faiblement et moyennement radioactifs. Le dernier colis de déchets est arrivé en 1994. Après la mise en place de la couverture en 1997, ce centre est en phase de fermeture et fait l'objet d'une surveillance active.

Partager cette page