Aller au contenu principal

40 pages d’informations essentielles sur le Centre de stockage de la Manche

Pour transmettre aux générations futures les informations essentielles sur le Centre de stockage de la Manche, l’Andra a travaillé sur un document d’informations clés. Fruit d’une réflexion menée à l’international, ce document, également appelé « Key Information File » a pour vocation à être diffusé très largement. 

Le document d’informations clés, ou « Key Information File » est composé d’une quarantaine de pages qui synthétisent l’essentiel de ce que le grand public doit savoir du Centre de stockage de la Manche. C’est l’une des pièces du dispositif documentaire conçu par l’Andra pour transmettre et conserver la mémoire du centre (lire encadré). Mais il a une particularité : avoir été élaboré en étroite collaboration avec les interlocuteurs internationaux de l’Agence.

Une réflexion large et collective

« Le KIF est né d’une réflexion menée dans le cadre du projet RKM* réunissant 21 participants de 14 pays différents (agences de gestion des déchets, autorités de sûreté, archives nationales…) explique Jean-Noël Dumont, responsable du programme mémoire de l’Andra. L’initiative, menée sous l’égide de l’Agence de l'énergie nucléaire de 2011 à 2018 visait à élaborer une vision commune de la transmission de la mémoire en confrontant les idées, à l’échelle internationale. « Dans RKM, nous avons cherché à aller le plus loin possible dans cette réflexion en étudiant tous les dispositifs qui pouvaient être mis en œuvre pour transmettre la mémoire. » Neuf approches ont été identifiées : institutions mémorielles, cadre règlementaire, culture, éducation et art, mesures de surveillance, marqueurs de paysage, capsules temporelles, gestion des connaissances, et… dossiers documentaires dédiés parmi lesquels, le « Key Information File ». Un document dont la structure pourrait être déclinée et adaptée à chaque pays concerné.

 

* Preservation of Records, Knowledge and Memory across Generations (préservation des documents, du savoir et de la mémoire par-delà les générations)

Un support transfrontalier

« Nous avions le sentiment qu’il fallait un document qui transmette la mémoire du stockage le plus largement possible. Pour transmettre la mémoire des centres, on ne peut pas s’appuyer uniquement sur des archives, il faut aller beaucoup plus loin et concevoir un support qui permette d’entrer assez facilement dans la compréhension du stockage. Nous avons beaucoup échangé : quelles sont les informations essentielles ? », relate Jean-Noël Dumont. Conception du centre, nature et inventaire des déchets qui y sont stockés, dispositifs de sûreté, risques résiduels à long terme, etc., le Key Information File prévoit aussi une présentation très succincte d’autres sites de stockage en France et dans le monde. « De cette façon, on crée un réseau et ce faisant, on renforce la mémoire. » 

Un travail de longue haleine

Suite à l’élaboration du concept dans le cadre du projet RKM, trois organismes ont décidé de tester la faisabilité du dispositif : en Suède (SKB), aux États-Unis (le DOE) et en France, l’Andra. « Pour le Centre de stockage de la Manche, nous avions déjà élaboré le “dossier de mémoire de synthèse pour les générations futures” en 2008 dont le contenu se rapproche de ce que demande le Key Information File. Mais il s’agissait quand même de passer de 170 pages à 40 !  Nous sommes allés au bout de l’exercice, se réjouit Jean-Noël Dumont. Et nous avons intégré ce Key Information File au Dossier synthétique de mémoire qui est une des pièces du réexamen de sûreté de 2019 du CSM. » Prochaine étape : recueillir les avis et partager ce document avec le groupe mémoire de la Manche. 
 

Dossier synthétique de mémoire : un parcours initiatique

Le dossier synthétique de mémoire est un dossier réglementaire qui a été adressé à l’Autorité de sûreté nucléaire dans le cadre des livrables du réexamen de sûreté du centre en avril 2019. À terme, ce dossier sera diffusé largement autour du centre mais aussi à l’international. Il se compose de trois supports, chacun construit avec des niveaux d’informations différents pour proposer aux lecteurs plusieurs points d’entrée dans l’histoire du centre : une information très synthétique et grand public (l’ultra-synthèse), des informations plus détaillées (le Key Information File) et enfin des informations techniques (sous forme de « fiches repères »).

Préparer l'avenir
Partager cette page