Aller au contenu principal

Centre de stockage de l’Aube : savoir s’adapter en toute sûreté

Conçu pour une exploitation sur trente ans, le Centre de stockage de l’Aube (CSA) a su s’adapter à de nouveaux types de colis, de nouveaux besoins…

Construit en 1992 pour une durée initiale de trente ans, le Centre de stockage de l’Aube (CSA), dédié aux déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC), devrait être exploité jusqu’en 2050-2060, soit pour une durée deux fois plus longue que celle envisagée à l’origine, grâce aux efforts pour réduire la production de ce type de déchets.

« Une période aussi longue demande des efforts permanents pour faire évoluer l’installation, explique Patrice Torres, directeur des centres industriels de l’Andra dans l’Aube. Heureusement, bien que pensé il y a plus de vingt ans, le CSA n’est pas pour autant figé et sa configuration lui a permis et lui permet encore de s’adapter dans le temps. »

 

De nouveaux types de colis

La durée d’exploitation du centre plus longue que prévu a conduit le CSA à se mettre en capacité de recevoir des colis de déchets de typologies différentes de celles initialement prévues.

« Cela suppose non seulement d’analyser de nouveaux critères d’acceptation pour les nouveaux colis ou les nouveaux modes de conditionnement, mais aussi d’intégrer les nouvelles exigences de sûreté de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), précise Patrice Torres. Il nous a ainsi été demandé de stocker des déchets de très grandes dimensions liés au démantèlement des installations nucléaires, en l’occurrence les couvercles des cuves de réacteurs. Cela a supposé un long travail d’adaptation des spécifications, c’est-à-dire le détail point par point de toutes les exigences que ces colis devaient respecter pour pouvoir être stockés. Nous avons effectué les démonstrations de sûreté correspondantes et obtenu les autorisations particulières. »

Mais la souplesse ne s’est pas arrêtée là : le CSA a également dû concevoir des ouvrages spécifiquement dédiés, en termes de géométrie ou de procédé industriel, à ces déchets de très grande taille.

 

Optimiser le remplissage

S’adapter à de nouveaux besoins en toute sécurité impacte aussi toute la logistique du site : « Une quinzaine de typologies de colis sont désormais réceptionnées sur le CSA. La gestion des prévisions en matière de livraisons a nécessité une grande attention afin d’optimiser le remplissage des ouvrages de stockage malgré la diversité des colis de déchets qui sont accueillis », confirme Patrice Torres.

Objectif : veiller en permanence à préserver autant que possible l’espace de stockage du centre. D’ailleurs, la souplesse et l’adaptation du CSA y contribuent : « nous avons modifié la conception des ouvrages dans lesquels sont stockés les déchets, illustre Patrice Torres : en lieu et place des anciens ouvrages contigus et séparés, nous avons modifié la configuration en regroupant des ouvrages sur une même dalle, ce qui permet d’optimiser le volume de colis stockés par mètre carré. »

 

Partager cette page