Aller au contenu principal

Les installations et leur localisation

La localisation des installations de Cigéo

S’il est autorisé, Cigéo sera implanté dans l’Est de la France, à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, où les recherches menées depuis les années 1990 ont permis d’identifier un site dont la géologie est favorable à l’implantation d’un stockage profond de déchets radioactifs. Depuis plusieurs années, un travail est effectué, en collaboration avec les acteurs locaux, pour identifier les zones où seraient localisées les installations souterraines et les installations de surface du Centre. Pour cela, de nombreux critères sont pris en compte : scientifiques, industriels, environnementaux, socio-économiques.

La définition de la zone d’implantation du stockage

Pour étudier l’implantation de l’installation souterraine, l’Andra a proposé en 2009 au Gouvernement une zone souterraine de 30 km² (nommée ZIRA : zone d’intérêt pour la reconnaissance approfondie), située au sein de la zone de 250 km² définie en 2005 (nommée ZT : zone de transposition) dans laquelle les résultats du Laboratoire souterrain peuvent être transposés.

Les critères pris en compte pour le choix de cette zone sont liés à la sûreté et à la géologie (épaisseur de la couche, profondeur…) ainsi qu’à l’aménagement du territoire et à l’insertion locale.

La ZIRA, située à environ 5 kilomètres du Laboratoire souterrain, a été validée en 2010 par le Gouvernement, après avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), de la Commission nationale d’évaluation (CNE) et après consultation des élus et du Comité local d’information et de suivi du Laboratoire (Clis).

L’Andra a ensuite conduit une nouvelle campagne de reconnaissance géologique plus détaillée dont les résultats ont confirmé que la couche d’argile située dans cette zone présente les caractéristiques favorables à l’implantation d’un stockage profond.

ZIRA

 

La localisation du site en surface

Les installations de surface de Cigéo seront réparties sur deux zones(zone descenderies et zone puits) distants de quelques kilomètres. Ces zones ont été choisies suite à une analyse multicritères comprenant des critères environnementaux, de sûreté, de prise en compte de contraintes d’implantation, de données socio-économiques et d’infrastructure de transport. Ces critères ont été partagés avec les évaluateurs (ASN, IRSN, CNE) et présentés pour avis aux acteurs locaux dans le cadre d’une démarche d’information et de dialogue.

Carte des zones de surface de Cigéo

 

Vue d'ensemble de Cigéo

Schéma de principe du projet de stockage Cigéo

L’installation souterraine

Située à environ 500 mètres de profondeur, l’installation souterraine de Cigéo se développera au fur et à mesure de son exploitation (les colis de déchets arriveront progressivement). Elle se composera de zones de stockage pour les déchets de haute activité et de zones de stockage pour les déchets de moyenne activité à vie longue, de galeries de liaison et d’installations techniques. Au terme d'une centaine d’années d’exploitation, cette installation s'étendra sur une surface d’environ 15 km².

Les déchets seront stockés, au moyen de dispositifs robotisés, dans des tunnels horizontaux appelés alvéoles, creusées au cœur de la couche d’argile. Les déchets de haute activité seront stockés dans des alvéoles de 150m de longueur et d’environ 70 cm de diamètre revêtus d’un chemisage métallique. Les déchets de moyenne activité à vie longue seront stockés dans des alvéoles de quelques centaines de mètres de longueur et d’une dizaine de mètres de diamètre.

Le stockage est conçu de façon à permettre la construction progressive des zones de stockage des déchets au fur et à mesure de l'arrivée des déchets radioactifs.

La zone de réception des déchets dite zone descenderie

Les installations de la zone descenderie, situées entre la Meuse et la Haute-Marne, serviront notamment à la réception, au contrôle et à la préparation des colis de déchets avant leur descente dans l’installation souterraine par un tunnel incliné : la descenderie. D’une surface d’environ 280 hectares, cette zone sera composée :

  • d’un secteur nucléaire regroupant les installations nécessaires à la réception et au contrôle des colis, à leur conditionnement en colis de stockage et à leur regroupement avant leur transfert vers les alvéoles de stockage
  • d’un terminal ferroviaire
  • des équipements nécessaires au fonctionnement des installations (comme les postes électriques par exemple)
  • de bâtiments d’accueil pour les visiteurs 
  • de zones de vie pour les travailleurs : restaurant, bureaux…
Vue d'artiste des installations de surface de la zone descenderie

La zone de soutien aux travaux dite zone puits

Les installations de la zone puits, situées en Meuse, serviront essentiellement aux travaux de creusement et de construction des ouvrages souterrains ainsi qu’au stockage des verses (déblais issus du creusement) qui se déploieront progressivement, au fur et à mesure de la construction du centre. Cette zone s’étendra sur environ 270 ha à terminaison (c’est-à-dire une fois l’ensemble des verses stockées).

Vue d'artiste des installations de surface de la zone puits
Partager cette page