Aller au contenu principal

Cycle de l'eau : de l'alimentation aux rejets

En avril 2018, la réunion de lancement de la concertation locale sur le cycle de l’eau a permis de faire le point sur les deux volets de cette thématique, à savoir l’alimentation en eau du futur site Cigéo et la gestion des rejets.

Une trentaine de personnes – élus, représentants d’administrations, riverains - ont répondu présentes le 11 avril dernier pour la réunion dédiée au cycle de l’eau.

 

Alimentation en eau : une collaboration étroite avec les collectivités

Le sujet de l’alimentation en eau du site avait déjà fait l’objet d’échanges avec les acteurs du territoire. « Cette réunion a permis de partager le fait que l’alimentation en eau de Cigéo serait intégrée au réseau local et que le site ne disposerait pas d’une alimentation dédiée », rapporte Frédéric Cartegnie, chargé de mission insertion territoriale de Cigéo. Et de fait, la concertation relative aux grands enjeux de l’adduction et au tracé des conduites d’eau passe dorénavant entre les mains des collectivités locales, en tant que maîtres d’ouvrage. « Ces dernières pourront s’appuyer sur les éléments issus de l’étude d’impact de Cigéo. Et l’Andra continuera bien entendu de participer aux échanges », indique Frédéric Cartegnie.

 

Gestion des rejets : nouveau sujet sur la table

Autre sujet abordé lors de cette réunion : la gestion des rejets liquides. « C’était la première fois que nous présentions au public les différents types de rejets et les solutions de traitement envisagées à ce jour », confie Frédéric Cartegnie. Il a donc fallu poser les premiers jalons en expliquant la problématique dans toute sa complexité — la différence par exemple entre la phase de travaux et celle d’exploitation — et déconstruire certains préjugés. Autres sujets qui interpellent : les points de rejet dans le milieu naturel ou encore la gestion des eaux pluviales. « Ces dernières représentent en effet les plus gros volumes d’eau qu’il y aura à traiter », convient Frédéric Cartegnie. Il est évidemment hors de question pour l’Andra comme pour les riverains que Cigéo augmente le risque d’inondation sur les bassins versants concernés. « Les solutions étudiées visent au contraire à réduire ce risque », confie l’ingénieur. Autant de sujets qui ont alimenté les deux ateliers de concertation qui ont porté sur la gestion des rejets de la zone Puits ainsi que ceux de la zone Descenderie (voir encadré).

 

Retour sur les deux ateliers de concertation dédiés aux rejets liquides de Cigéo

  • 45 personnes ont participé à l’atelier du 31 mai sur les rejets de la zone Puits. Après un rappel du projet Cigéo, le public a pris connaissance de l’état écologique des milieux récepteurs – Marne, Ormançon, Ornain – ainsi que de la nature et des volumes des effluents qui seront produits. Les participantes et participants ont ensuite travaillé sur quatre scénarios de rejet pour définir la solution leur paraissant la meilleure.

 

  • Le 18 juin, l'atelier de concertation sur les rejets de la zone Descenderie a réuni 30 personnes. Lors de la séance, elles ont pris connaissance et fait des propositions sur plusieurs scénarios de rejet des effluents dans l'environnement.
Partager cette page