Aller au contenu principal

Fermeture de la centrale de Fessenheim : la question des déchets de démantèlement

Jeudi 10 septembre 2020, l’Andra a été auditionnée par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. L’occasion de revenir notamment sur son démantèlement et la gestion des déchets radioactifs.

Centrale nucléaire de Fessenheim
Conteneurs métalliques de déchets de très faible activité

Créée en février 2020, la mission d’information travaille en particulier sur les conséquences économiques, environnementales, sociales et financières de la fermeture de la centrale de Fessenheim et sur ce qui va se passer sur le site (le démantèlement des installations, la gestion des déchets, l'éventuelle réaffectation du site à de nouvelles activités, etc.). Dans ce cadre, de nombreux acteurs ont été auditionnés parmi lesquels l’Andra sur la question des déchets radioactifs issus du démantèlement.

Au cours de son audition, l’Agence est revenue sur les enjeux du démantèlement des installations nucléaires françaises ainsi que les prévisions des quantités de déchets radioactifs contenues dans l’Inventaire national des matières et déchets radioactifs. Elle a également précisé les réflexions menées et les solutions envisagées pour assurer une gestion adaptée et proportionnée des déchets de très faible activité (TFA) qui représenteront la majorité des déchets radioactifs issus des opérations de démantèlement.

Démantèlement d’un réacteur à eau pressurisée (REP)

Le démantèlement d’un REP de 1000 Megawatt produit 90 % de déchets conventionnels et 10 % de déchets radioactifs, soit environ 10 000 tonnes de déchets radioactifs :

  • 6 600 tonnes de déchets de très faible activité (TFA)
  • 3 400 tonnes de déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC)
  • 50 tonnes de déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL)

Source : EDF

Selon la dernière édition de l’Inventaire national des matières et des déchets radioactifs, réalisé sur la base des informations fournies par les producteurs de déchets, le volume des déchets TFA pourrait représenter au total entre 2 100 000 m³ et 2 300 000 m³ (selon les scénarios de politique énergétique) lorsque l’ensemble des opérations de démantèlement du parc nucléaire français actuel seront achevées. Ces volumes pourraient être amenés à évoluer en fonction des exigences d’assainissement, qui restent à définir.

 

Retrouver la vidéo de l'audition

Pour en savoir plus sur la gestion des déchets de démantèlement

Partager cette page