Aller au contenu principal

4 courts-métrages sur les déchets radioactifs à voir ou à revoir

La gestion des déchets radioactifs inspire les jeunes réalisateurs de cinéma. À travers leur créativité, leurs convictions, leur imagination, ils portent un regard neuf et souvent juste sur l’enjeu que représentent les déchets radioactifs pour nos sociétés. La preuve par quatre.

Comment susciter la réflexion sur la gestion des déchets radioactifs ? Comment élargir le dialogue au plus grand nombre, interpeller un public d’horizons différents, et encourager les jeunes plus particulièrement, à s’intéresser au sujet ? C’est pour répondre à ces questions que l’Andra a créé en 2012, le concours de courts-métrages « Regards sur les déchets radioactifs ». Le principe : présenter à un jury spécialisé(1) un scénario de court-métrage qui porte un regard singulier sur le sujet des déchets radioactifs. Le ou les auteurs du projet gagnant reçoivent une subvention de l’Andra qui permet la réalisation de leur film avant sa diffusion au festival Pariscience, partenaire du concours.

Alors que le jury vient de se réunir pour sélectionner le lauréat 2019, retour sur quatre courts-métrages qui ont particulièrement marqué le concours depuis sa création.

 

(1)  Jury composé de professionnels du monde scientifique, audiovisuel et journalistique

 

Le film d’anticipation : « 28, 78 ans »

« 28, 78 ans », réalisé par Sarah Vaillant et Carol-Anne Grobois-Claveau, se déroule dans un futur proche. Laure, l’héroïne du film, doit faire son service écologique obligatoire. Sa mission : participer à la gestion des déchets radioactifs. Thomas, un jeune condamné aux travaux forcés, partage sa tâche. Que retiendront-ils de leur expérience ?

Le documentaire : « Radiochat »

Les courts-métrages sélectionnés peuvent être des fictions mais aussi des documentaires. Auréolé de plusieurs prix, « Radiochat » a sans conteste marqué l’histoire du concours. Son réalisateur, Benjamin Huguet, fait renaître un projet atypique imaginé dans les années 1980 par des sémiologues italiens : prévenir les générations futures de la présence des sites de stockage de déchets radioactifs à l’aide de chats dont la couleur changerait à l’approche de la radioactivité. Cette histoire passionnante et subtilement racontée amène le spectateur à engager une réflexion autour d’une question fondamentale : comment inventer un langage universel pour alerter les générations futures de l’existence des sites de stockage des déchets radioactifs ?

La petite conversation entre amis : « Pierre et le tigre »

Très ancré dans son époque, c’est sous la forme d’une conversation entre amis que le réalisateur Bérenger Thouin choisi d’aborder le sujet. L’objectif : inciter au dialogue autour du sujet des déchets radioactifs grâce à un outil désarmant, l’humour. Un film décalé, qui ne manque pourtant pas de sérieux.

La fiction citoyenne : « Et après ? »

Projeté pour la première fois au Festival Pariscience 2018, « Et après ? », réalisé par Antoine Rodriguez, est le dernier court-métrage récompensé par l’Andra. Le pitch : une nouvelle loi oblige les citoyens à gérer eux-mêmes leurs déchets radioactifs. Franck, employé d’un centre de gestion, imagine des solutions pour aider son entourage à prendre en charge ces déchets. Proche narrativement de la série Black Mirror, ce court-métrage constitue une réflexion intimiste et citoyenne sur la question de la responsabilité individuelle.

Partager cette page