Aller au contenu principal

Du Laboratoire souterrain au projet Cigéo : le regard de Rodolphe alias Le Réveilleur

Rodolphe alias Le Réveilleur est un Youtubeur désormais bien connu dans le domaine de la vulgarisation scientifique, notamment autour des thématiques environnementales. Il traite de nombreux sujets comme l’épuisement des ressources, le climat ou encore l’énergie. Convié l’année dernière  par l’Andra avec six autres blogueurs, Rodolphe s’est rendu au Centre de Meuse/Haute-Marne pour visiter le Laboratoire souterrain de l’Agence. Il nous livre ses impressions.

Bonjour Rodolphe. Pouvez-vous nous expliquer les origines de la chaîne YouTube Le Réveilleur ?

Le Reveilleur est une chaîne de vulgarisation, en particulier sur l’environnement, mais également sur l’économie et le lien entre ces deux domaines. Si je me suis lancé dans ce projet c’est parce que je suis convaincu que les impacts environnementaux vont changer la façon dont nos sociétés se pensent et s’organisent. Pour pouvoir comprendre et s’adapter, il faut saisir certaines notions liées à ces problématiques. C’est pourquoi j’essaye d’apporter ma modeste contribution à cette grande tâche d’apprentissage via ma chaine YouTube.

Si j’en suis arrivé là et que j’ai entrepris cette activité, c’est parce que j’ai toujours été intéressé par tout ce qui touche aux sujets environnementaux : diplômé d’une école d’ingénieur, j’ai étudié l’environnement au cours de mon cursus avant de me lancer dans un doctorat dans les sciences de l’environnement. C’était à l’époque ma façon de contribuer à la lutte contre les problèmes environnementaux. J’ai vite été convaincu que la vulgarisation de ces sujets avait une importance primordiale si on veut faire avancer la société sur ces problématiques. C’est pourquoi j’ai commencé ma chaîne Youtube en parallèle de mon doctorat. C’est une chaine où j’applique les principes de ma formation : une approche analytique en s’appuyant sur des sources de première main. Je produis en fait les vidéos que j’aurais voulu voir sur YouTube.

Mon doctorat obtenu, j’ai décidé de poursuivre cette activité de vulgarisation, convaincu de l’importance de bien comprendre les enjeux environnementaux d’aujourd’hui pour mieux préparer demain. Ce qui pose la question du modèle économique. Même si l’activité n’est pas encore pérenne, une partie de mon public supporte financièrement ma chaîne qui vit essentiellement du financement participatif.

 

Comment avez-vous réagi à notre invitation à visiter le Laboratoire souterrain de l’Andra ?

J’étais à la fois surpris et honoré d’être invité à une visite en lien avec le projet Cigéo. Cela fait déjà quelques années que j’entends parler de l’Andra, de la gestion des déchets radioactifs et de Bure. Je trouve qu’il est très intéressant de pouvoir venir découvrir sur place son Laboratoire souterrain et de voir ainsi concrètement comment cela se passe. C’est en allant sur le terrain que l’on se rend compte du travail réalisé par les personnes qui travaillent sur ce projet de grande envergure, avec des enjeux de sécurité majeurs. 

 

Avant de débuter la visite, quelles étaient vos attentes ?

Il était important pour moi de recueillir de nouveaux éléments sur le sujet, mais surtout des informations à la source. Je me suis également rendu au Laboratoire pour amener des réponses sur le projet Cigéo aux personnes curieuses qui n’ont pas forcément la possibilité de venir les lieux. Avant ma visite j’ai d’ailleurs proposé à ma communauté de partager avec moi les questions qu’elle se posait : qu’est-ce que l’on stockera dans Cigéo, quel volume et quelle capacité de stockage du site ? Est-ce prévu pour tenir en cas de séisme ? Est-ce que les déchets nucléaires dégagent des gaz toxiques et si oui que deviendront ces gaz ? Quelles sont les mesures prises en compte pour protéger durablement les nappes phréatiques environnantes ? 

 

Qu’avez-vous eu envie d’exprimer une fois la journée passée ?

Cette journée était vraiment passionnante. Elle m’a permis d’aborder des thématiques très larges : la géologie, les déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue, la technicité d’un stockage à 500 mètres de profondeur, etc.

J’ai pu poser toutes les questions que je désirais, sans tabous. Et les personnes que j’ai rencontrées ont chaque fois apporté les réponses les plus précises possibles. Les discussions allaient parfois au-delà même de Cigéo. C’est enrichissant car ce projet soulève des questions bien plus larges que celles autour la gestion des déchets radioactifs : l’évolution de nos sociétés, la transmission, etc.
Et puis avoir la possibilité d’aller à 500 mètres sous terre est une sacrée expérience !

Par ailleurs, j’ai été ravi de pouvoir vivre cette expérience aux côtés d’autres blogueurs très intéressants qui avaient une vision et une approche parfois différentes de la mienne. 

 

 

Au Centre de Meuse/Haute-Marne, le Laboratoire souterrain de l’Andra est un outil de recherche unique, à 500m de profondeur, sur le projet Cigéo. Plusieurs fois par an, l’Agence y organise des visites pour différents acteurs de la société : courants de pensée, blogueurs, artistes, associations, etc. Objectif : que ces personnes de tous horizons se forgent leur propre opinion sur la gestion des déchets radioactifs – le projet Cigéo en particulier – et qu’ils puissent porter le débat à travers tous les espaces d’expression afin que ce sujet de société, trop souvent confisqué par les experts, opposants et autres partisans, se fasse mieux connaitre auprès du grand public.

Retrouvez toutes les vidéos de Rodolphe alias Le Réveilleur sur sa chaîne YouTube et sur Facebook & Twitter

Partager cette page