Aller au contenu principal

Une approche environnementale globale et équilibrée

La prise en compte renforcée des enjeux environnementaux est au cœur de la gestion des déchets radioactifs. Une démarche qui demande une approche globale, multidisciplinaire et collective.

La demande n’est pas nouvelle. Ainsi, depuis plus de quinze ans, la loi française impose que la gestion des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue soit « assurée dans le respect de la protection de la nature, de l’environnement et de la santé » (loi du 30 décembre 1991). C’est dans ce cadre que sont définis les grands principes du stockage, adaptés au caractère radioactif des déchets. L’Andra conçoit donc ses installations en cherchant à minimiser les impacts environnementaux dus à la radioactivité. Elle assure également une surveillance approfondie de l’environnement lors de leur exploitation.

Aujourd’hui, les demandes sociétales en matière de préservation de l’environnement et de développement durable s’accroissent : « En 2016, le plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR)(1) a pour la première fois fait l’objet d’un avis de l’Autorité environnementale. Celle-ci a souligné le besoin de clarification et de mise en cohérence des principes de gestion des différents déchets, radioactifs ou non ; la nécessité de conduire une évaluation comparée des impacts des différentes stratégies de gestion possibles pour la population et l’environnement ; et l’importance d’appliquer une méthodologie adaptée à chaque filière de gestion des matières ou déchets radioactifs, en fonction de ses enjeux environnementaux », résume Soraya thabet, directrice sûreté, environnement et stratégie filières à l’Andra. En résulte une prise en compte renforcée des enjeux environnementaux dans la gestion des déchets radioactifs.

 

Une nouvelle approche

Pour l’Andra, cela nécessite une approche globale : « la gestion des déchets radioactifs doit être appréhendée en prenant en compte l’ensemble des risques, qu’ils soient radiologiques ou non. Mais ce n’est pas tout : il est nécessaire d’intégrer la dimension territoriale, car limiter l’impact global des déchets radioactifs avec des solutions de gestion adaptées nécessite la construction d’installations qui ont un impact local inévitable. Les impacts environnementaux doivent également être évalués sur toute la durée de vie des déchets, de leur production jusqu’à leur comportement à long terme, en stockage », poursuit Soraya Thabet.

L’approche environnementale globale en matière de gestion des déchets radioactifs apporte un regard nouveau vis-à-vis de certains choix. Par exemple, le choix de conditionnement des déchets améliore leur comportement, la sûreté et réduit l’impact radiologique à long terme, mais il est nécessaire de prendre en compte l’installation à mettre en œuvre pour réaliser les opérations de conditionnement. Elle est elle-même génératrice de risques, de rejets et de déchets induits à court terme.

 

Une construction collective et multidisciplinaire

En pratique, comment mener cette démarche ? « Il faudra identifier les sujets qui nécessitent de trouver un équilibre entre les différentes contraintes soulevées par une approche environnementale globale. Il s’agira ensuite de définir une méthode d’appréhension multidisciplinaire intégrant les aspects sociétaux, scientifiques et techniques afin d’élaborer différents scénarios possibles, à différentes échelles de temps, et de les comparer », estime Soraya Thabet.

Compte tenu de l’importance des enjeux, cette construction ne peut être du seul ressort des acteurs de la gestion des matières et déchets radioactifs ; elle nécessitera d’associer aux travaux l’ensemble des parties prenantes, notamment les acteurs du monde de l’environnement.

 

 

(1) mis à jour tous les trois ans, le PNGMDR dresse le bilan des modes de gestion existants des matières et déchets radioactifs, recense les besoins prévisibles d’installations d’entreposage ou de stockage, et précise les capacités nécessaires pour ces installations et les durées d’entreposage.

 

 

Partager cette page