Aller au contenu principal

Bilan 2020 des Centres de l'Aube : garantir la prise en charge des déchets, malgré la crise sanitaire

En 2020, grâce à une organisation adaptée, les équipes de ­l’Andra et leurs prestataires ont maintenu les fonctions essentielles des centres de l’Aube. Adaptation et réactivité ont été les maîtres-mots d’une année d’exploitation marquée par les confinements. Bilan.

Déchargement d'un camion de colis de déchets radioactifs au Centre de stockage de l'Aube

Malgré le contexte très particulier lié à la crise sanitaire, le Centre de ­stockage de l’Aube (CSA) et le Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage (Cires) affichent, en 2020, des chiffres d’exploitation conformes aux prévisions.

Et pourtant, dès le 16 mars avec l’annonce du premier confinement, la quasi-totalité des activités industrielles des centres ont été mises à l’arrêt. « Bien évidemment, les fonctions essentielles, c’est-à-dire la sécurité des personnels et des sites et la surveillance de l’environnement ont été maintenues, détaille Laurent Schacherer, en charge de l’exploitation et de la maintenance des deux centres de l’Andra dans l’Aube. En revanche, nous avons limité la prise en charge de colis de déchets uniquement à ceux dont l’évacuation était jugée indispensable par les sites producteurs compte tenu de leurs propres contraintes. » Ce fut le cas notamment des déchets du secteur hospitalier et des installations de production d’électricité. Durant la période du premier confinement, une trentaine d’expéditions ont été réceptionnées sur les deux sites. Soit environ 8 % des réceptions en conditions normales. « La planification et l’organisation des activités ont permis de limiter à une ou deux journées par semaine la présence sur site des personnels uniquement nécessaires pour les activités en question. »

 

Un plan de reprise préventif

Le 11 mai, à la sortie du premier confinement, les activités des centres (réceptions, traitements et stockages) ont pu reprendre normalement grâce à une organisation idoine qui prenait bien évidemment en compte les mesures de protection des travailleurs nécessaires (distanciation, nettoyage, équipements…). De plus, l’ensemble des maintenances et contrôles réglementaires nécessaires au bon fonctionnement et à la vérification des équipements et matériels a été réalisé avant la reprise des activités d’exploitation. « Pour anticiper au mieux la relance de nos activités nous avons travaillé, avec l’ensemble des intervenants, sur la prise en compte du risque spécifique lié à la Covid tout en maintenant nos autres exigences en matière de protection, de sécurité et de sûreté », précise Laurent Schacherer. 
En 2020, toutes les expéditions prévues par les producteurs ont pu être prises en charge. Finalement, d’un point de vue de l’exploitation des centres, la crise sanitaire n’aura pas eu d’impact réellement significatif. « L’activité du CSA est restée stable sur l’année. Au Cires, nous constatons une légère baisse des prises en charge, très probablement liée à l’interruption des chantiers de démantèlement pendant les confinements. » En 2021, l'activité s'est poursuivie conformément à ce qui était prévu entre l'Andra et les producteurs de déchets.

Les principales données d'exploitation 2020

Le CSA (Centre de stockage de l'Aube)

Le Cires (Centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage)

Pour en savoir +

Le rapport d'information 2020 du CSA Le rapport d'information 2020 du Cires
Partager cette page