Aller au contenu principal

Cigéo, un projet concerté

L'Andra souhaite aller au-delà de l'information en intégrant le dialogue et la concertation des parties prenantes dans la conduite du projet Cigéo.

« Notre ambition ? Que la gestion des déchets radioactifs à long terme passe d’un sujet d’intérêt pour la société à un sujet pris en charge par la société », confie Marie Chojnicki, en charge de l’ouverture à la société. Aussi, il est tout naturel, dans un projet de ce type, que l’Andra se donne les moyens d’impliquer la société.

Cela passe par la mise en place de processus de concertation auprès des élus, des habitants, des associations, des acteurs économiques, etc. « Certains dispositifs sont déjà lancés, par exemple sur les espaces publics du futur centre : des groupes de travail ont été créés et nous ont permis de recenser les besoins et les attentes sur ce sujet. Nous poursuivrons la démarche en 2016 », illustre Marie Chojnicki.

 

Impliquer la société civile dans le plan directeur pour l'exploitatin (PDE)

Parmi les sujets ouverts à la concertation, l’un, et non des moindres, est la proposition de plan directeur pour l’exploitation (PDE). Ce document décrit le déroulement de référence de Cigéo, les conditions d’exploitation et les modifications possibles dans le cadre de la réversibilité.

De fait, il est un outil essentiel à la gouvernance du projet. « Une première étape de consultation est prévue en 2016 auprès des parties prenantes du projet telles que l’Anccli(1), le Clis(2) et le HCTISN(3). Dans un second temps, la proposition de PDE fera l’objet d’une concertation élargie à l’échelle locale, bien sûr, mais aussi à l’échelle nationale à travers, notamment, une conférence de citoyens. Ainsi la version du PDE qui sera intégrée dans la demande d’autorisation de création (DAC) en 2018 sera le résultat de ces différentes phases de dialogue avec la société », décrit Marie Chojnicki.

 

(1)Anccli : Association nationale des comités et commissions locales d’information.
(2)Clis : comité local d’information et de suivi.
(3)HCTISN : Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire.
 

 

Partager cette page