Aller au contenu principal

Drim’in Saclay : Cigéo met les innovateurs au défi

Au printemps dernier, l’Andra participait au concours d’innovation ouverte Drim‘in Saclay. Deux jours de travail collaboratif ont permis de faire émerger des idées nouvelles pour réduire l’empreinte énergétique du projet Cigéo.

L'équipe pluridisciplinaire qui a relevé le défi de l'Andra

Depuis cinq ans, le concours Drim‘in Saclay proposé par la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Essonne fait réfléchir collectivement des start-up, des étudiants, des industriels et des chercheurs pour relever des défis en matière de développement durable et de transition énergétique. Porteur de défi, l’Andra y participait pour la première fois. La problématique soumise par l’Agence aux candidats du concours : « Récupérer l’énergie issue du système de ventilation du projet Cigéo ».

 

Un autre regard sur le projet

« Les déchets radioactifs seront stockés dans Cigéo à 500 m de profondeur, dans une roche dont la température naturelle constante est de 23°C, explique Gilles Jestin, responsable métier énergie/génie climatique à l’Andra. Cette chaleur récupérée par le système de ventilation du projet constitue une source d’énergie disponible. Plutôt que de la relâcher dans la nature, nous voulons la valoriser afin de réduire l’empreinte carbone et la facture énergétique de Cigéo. » Une problématique majeure qui s’avère connexe au stockage des déchets radioactifs, le cœur de métier de l’Andra : « L’intérêt de ce type de démarche c’est justement de rencontrer des professionnels qui ne sont pas du tout issus de notre domaine d’expertise. Parce qu’ils travaillent à la pointe de la technologie, ils peuvent avoir des idées auxquelles nous n’aurions pas pensé et faire émerger des solutions nouvelles. Cette ouverture d’esprit, ce regard différent sur le projet est très enrichissant. »

 

Phosphorer ensemble

Un groupe pluridisciplinaire composé d’une étudiante de CentraleSupélec, d’un architecte du cabinet Fieldwork architecture et des entreprises Genaris group et LaserLabs, spécialisées dans le stockage et la conversion d’énergie, s’est saisi du sujet et a notamment participé à deux journées de travail collaboratif avec l’Andra. « Au final, notre défi s’est élargi. Récupérer la chaleur du système de ventilation c’est bien, mais il faut réfléchir plus globalement pour allier des solutions intéressantes », souligne Gilles Jestin. Après une phase d’acculturation au projet Cigéo, l’équipe a ainsi proposé de combiner plusieurs sources de production d’énergie. Parmi les pistes étudiées : la cogénération(*) et l’implantation de panneaux solaires qui, associés à un dispositif de stockage, permettraient de réutiliser la nuit l’excédent d’énergie produit le jour pour alimenter les bâtiments administratifs du site, avec un gain énergique évalué à 20 %.

Si le groupe n’a pas gagné le concours, l’expérience s’est révélée très enrichissante. « En moins de deux jours, l’équipe a réussi à s’approprier nos problématiques, à comprendre nos contraintes et à proposer des solutions d’amélioration énergétique du projet. » Pour Gilles Jestin, cette démarche est aussi une opportunité de sensibiliser les acteurs de l’innovation aux projets de l’Andra : « Nous gagnons incontestablement à mieux nous connaître les uns, les autres », conclut-il.

 

 

(*)La cogénération consiste à produire et à utiliser simultanément de l’électricité et de la chaleur à partir d’une même énergie primaire et au sein de la même installation.

Partager cette page