Aller au contenu principal

Des projets pour anticiper les besoins de demain

Mise à niveau des infrastructures de déplacement, accueil des entreprises, déploiement de nouvelles offres de formation, de services et d’équipements... Focus sur quelques-unes des 38 premières actions contractualisées le 4 octobre 2019.

Des aménagements pour améliorerles conditions de circulation

L’axe 1 du PDT prévoit plusieurs aménagements d’infrastructures, notamment routières. Certains, indispensables à Cigéo, se dérouleront entre 2020 et 2024 : ils visent à le relier aux principaux axes du réseau national. D’autres sont des opportunités d’amélioration des conditions de circulation des voitures et des camions, en prévision d’une augmentation du trafic routier.

La RN 67, qui relie Semoutiers à Saint-Dizier en Haute-Marne, bénéficiera d’une première série d’interventions destinées à aménager et sécuriser certains carrefours.

Entre Bar-le-Duc et Ligny-en-Barrois, la RN 135 sera aménagée pour faciliter la circulation, grâce à la réalisation d’un nouvel échangeur avec la RN4 au niveau de Ligny-en-Barrois, le contournement de la commune de Velaines par le nord et la création d’un giratoire au niveau de Tronville-en-Barrois.

 

Accueillir les entreprises dans de bonnes conditions

Fibre optique

En plus des infrastructures routières, ferroviaires et de réseaux (électricité, eau, fibre optique) dont la réalisation est programmée au titre de l’axe 1 du PDT, le territoire doit pouvoir optimiser ses conditions d’accueil pour de nouvelles entreprises, qu’elles soient ou non sous-traitantes de Cigéo. Parmi les projets à venir programmés au titre de l’axe 2, l’aménagement d’une zone d’activité économique interdépartementale sur les communes de Bure et Saudron.

 

Soutenir l’offre de formations pour les professionnels

Depuis sa création en 2017 par l’université de Lorraine, l’Andra, le GIP Objectif Meuse et la communauté  de communes des Portes de Meuse,  le succès du PoCES (pôle de compétences en environnement souterrain) ne se dément pas. Plus d’une centaine de professionnels ont déjà été accueillis à Ecurey et dans les galeries du laboratoire de l’Andra pour des formations « in situ » à l’environnement souterrain. Appelé à devenir un centre d’expertise et d’échanges de premier plan pour  les entreprises, les universités et les chercheurs, ce dispositif unique en France est un atout pour le développement du territoire. L’axe 2 du PDT prévoit de pérenniser ses financements à hauteur de 3 millions d’euros pour trois ans.

 

Éducation et loisirs : de nouveaux services pourles habitants

Pour accompagner l’arrivée de nouvelles populations, plusieurs actions de l’axe 2 du PDT visent à dynamiser l’offre actuelle en équipements et en services au public : maisons de santé, équipements scolaires, périscolaires (cantines, garderies), culturels, sportifs ou de loisirs.

 

Une offre de santé pluridisciplinaire et innovante

L’axe 2 du PDT prévoit la réalisation d’un certain nombre d’actions destinées à densifier le réseau des maisons de santé. Il propose également des solutions innovantes dans le domaine de la télémédecine avec le projet « E-Meuse santé » : l’utilisation des technologies du numérique permettra aux populations des territoires ruraux de bénéficier d’un parcours d’accompagnement médical de qualité et complétera utilement l’infrastructure des maisons de santé.

Enfin, un dispositif d’observation de la santé est construit à l’initiative du comité local d’information et de suivi du Laboratoire de Bure (Clis) en partenariat avec l’État, Santé publique France, l’Observatoire régional de santé et l’IRSN.

Partager cette page