Aller au contenu principal

Fin de la phase d'échanges du débat public

La phase d'échanges du débat public sur Cigéo, lancé en mai dernier, vient de s'achever. Si les réunions publiques initialement prévues n'ont pu se tenir, du fait d'opposants empêchant toute prise de parole, le débat a tout de même pu se dérouler, en particulier via internet.

La phase d'échanges du débat public sur Cigéo, lancé en mai dernier, vient de s'achever. Si les réunions publiques initialement prévues n'ont pu se tenir, du fait d'opposants empêchant toute prise de parole, le débat a tout de même pu se dérouler, en particulier via internet. Le site web du débat public (www.debatpublic-cigeo.org) a ainsi reçu un grand nombre d'avis, de questions, de cahiers d'acteurs, de contributions diverses. Ces contenus s'avèrent riches et diversifiés par les thèmes abordés, les positions exprimées et leur origine (associations nationales et locales, syndicats, collectivités territoriales, organisations internationales…). Les 9 débats contradictoires diffusés en direct et en différé sur le web ont constitué les temps forts de cette participation numérique. Ils ont permis de traiter en profondeur les principaux aspects du projet. 
La CPDP va maintenant préparer le compte-rendu factuel du débat et la CNDP en dressera le bilan. Ces documents seront rendus publics dans deux mois, soit vers le 15 février. Ils seront complétés par les résultats de la conférence de citoyens qui se déroulent actuellement. De son côté, l'Andra va examiner le contenu du débat en vue de communiquer, avant le 15 mai, le dossier de « suites à donner au débat public » dans lequel elle détaillera les conditions de la poursuite du projet. Ce dossier alimentera les études en cours sur le projet en amont du dépôt de la demande d'autorisation de création de Cigéo. 


La décision éventuelle de créer Cigéo reviendra à l'État après un long processus qui durera plusieurs années et qui démarrera lorsque l'Andra aura déposé la demande de création de Cigéo en 2015 conformément au calendrier fixé par la loi du 28 juin 2006. Ce processus comprendra notamment l'évaluation de la sûreté par l'Autorité de sûreté nucléaire, l'évaluation des recherches scientifiques par la Commission nationale d'évaluation, l'avis des collectivités territoriales, le vote d'une nouvelle loi fixant les conditions de réversibilité, la mise à jour de la demande de création de Cigéo par l'Andra suite à cette loi, et une enquête publique. 
Si Cigéo est autorisé, les travaux de construction pourraient débuter en 2019 pour une mise en service en 2025, sous réserve de l'autorisation de l'Autorité de sûreté nucléaire.

Partager cette page