Aller au contenu principal

Le stockage d'emballages de transports d'Orano se poursuit sur le Cires

Jeudi 23 juillet, le terminal ferroviaire de l'Andra à Brienne-le-Château a réceptionné d’anciens emballages de transport de combustibles nucléaires usés. En provenance de l'usine Orano à La Hague, ces déchets radioactifs devenus obsolètes ont pris la destination du Cires.

Le convoi composé de 2 colis est arrivé ce jeudi sur le terminal ferroviaire de Brienne-le-Château. Ces emballages ont ensuite été envoyés au Cires pour leur stockage définitif dans l’alvéole dédiée aux déchets de grandes dimensions. Ces 2 emballages viennent se rajouter au 4 premiers emballages reçus en avril 2019.

Ce convoi est le second d’une longue série qui devrait se poursuivre sur plusieurs années.

A quoi servent ces emballages ?

D’un poids de 97 tonnes, d’une longueur de 6,80 mètres et d’un diamètre de 2,50 mètres chacun, ces emballages de transport sont des conteneurs cylindriques utilisés pour le transport de combustibles usés. De par leurs caractéristiques radiologiques, ces matières nécessitent en effet un emballage spécifique pour être transportées, par exemple d'une centrale nucléaire à l'usine de retraitement d'Orano à La Hague (50). Conçus pour résister à des chocs très violents et dotés d'une enveloppe de 30 centimètres d'épaisseur pour confiner la radioactivité et réduire le niveau de rayonnement au contact des colis, les emballages de transport assurent ainsi la protection de l'homme et de l'environnement lors de l'acheminement des combustibles usés à La Hague.

D'où proviennent les emballages de transport obsolètes ? Quid de leur transport jusqu'au Cires ?

A ce jour, une centaine d'emballages de transport obsolètes sont entreposés sur des sites d'Orano (à La Hague pour la plupart et à Marcoule (dans le Gard) pour les autres). Afin de respecter les spécifications d'acceptation des déchets de très faible activité (TFA) sur le Cires, les emballages sont décontaminés à La Hague - par un procédé de lavage spécifique à haute pression - avant d'être acheminés au fur et à mesure dans l'Aube au Cires, à raison de 5 à 10 emballages par an. Ce second convoi était composé de 2 emballages. A ce jour, 6 emballages sont définitivement stockés au Cires.

Leur transport depuis le site d'Orano s'effectue par convois exceptionnels, par route puis par rail, depuis la gare de Valognes (50) jusqu'au terminal ferroviaire de Brienne-le-Château. Ils sont ensuite transbordés, à l'aide d’une grue mobile, sur une remorque routière pour être livrés au Cires.

Et quid de leur stockage au Cires ?

Depuis 2017, le Cires dispose d'une alvéole spécifique, de 265 mètres de longueur et 23 mètres de largeur, dédiée au stockage des déchets de grandes dimensions et/ou de masse importante, issus notamment de la déconstruction d'installations nucléaires françaises. Les emballages de transport obsolètes seront stockés à l'aide d'un pont roulant d'une capacité de 130 tonnes dont cette alvéole est équipée.

Les premiers colis ont été livrés en avril 2019, retrouvez le reportage que l’on a consacré à cette livraison.

Le transport des déchets radioactifs

Les industriels de la filière électronucléaire (EDF, Orano et CEA) ont la charge du transport de leurs déchets vers les centres de l'Andra dans l'Aube. Ce sont eux qui choisissent le mode de transport. Les colis de déchets radioactifs peuvent ainsi être acheminés soit par route, soit par voie ferroviaire jusqu'au terminal ferroviaire de Brienne-le-Château. Depuis plusieurs années, la 2e solution est délaissée au profit de la 1ère. La souplesse et le coût moins élevé du transport par route sont souvent évoqués comme raisons pour expliquer ce choix. Le fait que tous les producteurs de déchets ne possèdent par de raccordement direct à une ligne de chemin de fer est également un frein car cela signifie qu'une partie du transport des colis de déchets soit réalisée obligatoirement par la route.

Les premiers colis ont été livrés en avril 2019 retrouvez le reportage que l’on a consacré à cette livraison.

Partager cette page