Aller au contenu principal

Interview de Dave Sheik

© Dave Sheik

Racontez-nous comment vous avez été amené à échanger avec l’Andra ?

J’ai été contacté par l’agence Influence4You pour une proposition de partenariat commercial.

 

Quelle a été votre première réaction ?

En voyant le terme nucléaire, je me suis bien évidemment méfié. Je suis donc allé me renseigner sur l’Andra et ses activités.

 

Que saviez-vous de la gestion des déchets radioactifs ?

Absolument rien.

 

Qu’avez-vous retenu de votre visite ?

Que beaucoup d’efforts sont mis en place pour réfléchir à la gestion et au stockage des déchets radioactifs, mais que la manière de le montrer est peut-être trop insistante. Le discours institutionnel répété (insistance sur le fait de protéger l’homme et l’environnement, sur la notion de stockage et de non-dangerosité) incite à se méfier. Ce n’est pas tant la mission mise en avant que le fait que certains termes et phrases soient répétés à l’identique qui donne une impression de fausseté.

 

Comment fait-on pour préparer une vidéo sur un sujet complexe comme celui-ci ?

Il n’y a pas vraiment de méthode. Il faut se renseigner autant que possible, en évitant les domaines que l’on ne maîtrise pas. Peser le pour et le contre de chaque argument et initiative et tenter de rester le plus neutre possible.

 

Comment votre communauté a-t-elle réagi ? Qu’est-ce qui est revenu de façon récurrente ?

Plutôt positivement. Cette vidéo n’avait pour but que d’exposer certains faits, et le public a salué l’initiative. Une chose qui est revenue souvent, c’était la neutralité de l’angle abordé et peut-être l’excès de pincettes prises dans le traitement du sujet.

 

L’Andra cherche à élargir le débat autour de la gestion des déchets radioactifs pour que tout le monde puisse faire son propre cheminement. Que pensez-vous de cette démarche ?

Cette démarche est plus que positive. Mais il serait bon d’inviter à la table, peut-être en insistant, des opposants à la démarche. Malheureusement le discours n’est, pour l’instant, qu’à sens unique. Alors que, suite à ma vidéo, j’ai été contacté par plusieurs opposants qui me proposaient de m’informer ou de me rencontrer pour échanger sur le sujet.

 

Partager cette page