Aller au contenu principal

Le Comité technique souterrain : un groupe d’experts aux côtés de l’Andra

Apporter une expertise technique à l’Andra pour préparer la construction de Cigéo : c’est le rôle du Comité technique souterrain (CTS) créé fin mars 2018. Explications.

Première réunion du Comité technique souterrain (mars 2018)

Alors que le projet Cigéo est dans sa phase de conception détaillée, l’Andra a souhaité s’entourer d’experts indépendants et reconnus pour l’accompagner dans la préparation de la phase de construction. « Nous nous sommes inspirés des pratiques d’autres maîtres d’ouvrages sur de grands projets comme le Grand Paris Express ou le projet de tunnel Lyon-Turin qui ont des problématiques de travaux souterrains similaires aux nôtres, explique Nataliya Dias, experte Andra en travaux souterrains et secrétaire technique du CTS. Cigéo présente toutefois une spécificité car il fait appel à des compétences multiples : les ouvrages miniers, les travaux souterrains et le nucléaire. Nous avons rassemblé des spécialistes dont l’expérience couvre la totalité de ces domaines concernés. » Le CTS vient ainsi compléter l'expertise apportée par le Comité industriel en matière de stratégie de conduite de projet et celle du Conseil scientifique dans le domaine de la R&D.

 

Michel Deffayet, président du Comité technique souterrain

Approfondir la réflexion

Créé pour une durée de cinq ans renouvelable, le CTS se compose de onze experts français et internationaux. Leurs missions : évaluer les études menées par l’Andra et les ingénieries spécialisées qu’elle a mandatées sur la conception et la réalisation des ouvrages souterrains, émettre des avis critiques sur les choix techniques déjà retenus ou formuler des recommandations sur les décisions à prendre, et enfin contribuer à l’élaboration des dossiers administratifs qui seront déposés par l’Andra (dont le Dossier d’autorisation de création). « Il était important que l’Andra dispose d’un regard extérieur pour aller plus loin dans sa réflexion, estime le président du CTS, Michel Deffayet, également directeur du CETU(1) et président de l’AFTES(2). Notre rôle est d’identifier des points qui méritent d’être approfondis, de soulever des questionnements complémentaires, de partager des retours d’expérience issus d’autres réalisations, etc. »

 

Des recommandations partagées

Déjà sollicité par l’Andra sur plusieurs thématiques (cf. encadré), le CTS s’est réuni une première fois depuis sa création. Une deuxième rencontre aura lieu en juin 2018. « Notre mode de fonctionnement va s’affiner au fil du temps. Le plus important est d’intervenir au bon niveau, c’est-à-dire de ne pas se substituer aux acteurs déjà impliqués, notamment maître d’ouvrage et maîtres d’œuvre(3) », conclut Michel Deffayet.

 

(1)Centre d’études des tunnels.

(2)Association française des tunnels et de l’espace souterrain.

(3)C’est-à-dire le porteur du besoin, l’Andra, et les entités techniques chargées de mettre en place le processus pour réaliser ce besoin.

 

Sept sujets seront abordés en priorité par le Comité technique souterrain

•  La conception des ouvrages souterrains dont la géotechnique et l’interaction entre le sol et les structures
•  Les travaux souterrains et les méthodes de construction employées
•  La conception et la réalisation des ouvrages verticaux à grande profondeur (puits)
•  La ventilation et la sûreté nucléaire de l’installation en phase de travaux et en phase d’exploitation
•  La sécurité et la maîtrise du risque incendie dans les ouvrages souterrains
•  Les ouvrages de fermeture du stockage géologique
•  La gestion de la co-activité travaux/exploitation nucléaire

 

Partager cette page