Aller au contenu principal

Le théâtre, une autre façon de parler de la transmission de la mémoire

Le "groupe mémoire" du Centre de stockage de l'Aube se mobilise pour inciter les jeunes à s'intéresser au sujet de la conservation et de la transmission de la mémoire d'un centre de stockage. Le 15 septembre prochain, à l'occasion de la journée portes ouvertes des centres de l'Andra, une diffusion des différentes saynètes du spectacle de lecture théâtralisée que ce groupe a créé sera proposée aux visiteurs.

Les membres du "groupe mémoire" du Centre de l'Aube jouent les apprentis comédiens pour interpeller le jeune public.

Sauvegarder la mémoire des centres de stockage et la transmettre aux générations futures : c’est la mission des membres du « groupe mémoire » du Centre de stockage de l’Aube (riverains, élus locaux, acteurs de la vie associative…). À l’origine de leur nouveau projet : la volonté d’aborder le sujet complexe de la conservation et de la transmission de cette mémoire de manière ludique afin de sensibiliser les jeunes. « Nous voulions rendre plus accessible la mémoire des centres de stockage et rendre vivant ce sujet jugé a priori rébarbatif », glisse Pierrette Jurain, l’une des participantes du groupe.

S’appuyer sur les travaux passés

Qu’est-ce qu’un déchet radioactif ? Quelles sont les utilisations de la radioactivité ? Comment stocke-t-on les déchets radioactifs ? Pour répondre entre autres à ces questions, le groupe a souhaité travailler sur un projet de lecture théâtralisée, avec l’aide de deux comédiens de la compagnie de théâtre Initial CD. Ensemble, de janvier à juin 2019, ils ont étudié les documents produits par le « groupe mémoire » depuis sept ans pour écrire et mettre en scène, séance après séance, six saynètes. « La lecture théâtralisée est un procédé très adapté à ce sujet complexe. Elle offre plus de liberté formelle et d’inventivité. On peut par exemple faire intervenir plusieurs personnages dans des contextes différents. L’important ici, c’est la dynamique de groupe ! », raconte Jean-Michel Baudoin de la compagnie Initial CD.

La forme au service du fond

Concours d’éloquence, slam, intervention d’une « youtubeuse »… Le résultat de cette co-création originale est un spectacle créatif et dynamique. « Il nous fallait faire appel à des références qui parlent au jeune public, c’est-à-dire s’intéresser aux médias, aux supports de communication qu’ils utilisent, aux films ou aux séries qu’ils regardent. Nous avons notamment imaginé une scène dans laquelle se déroule le procès de grands personnages historiques tels que Marie Curie et Henri Becquerel. Et bien cette scène est une “astuce”, pour parler de la radioactivité autrement », complète le comédien. À découvrir le 15 septembre prochain au Centre de stockage de l’Aube. Une diffusion des différentes saynètes sera proposée tout au long de la journée portes ouvertes et des membres du « groupe mémoire » seront présents pour partager avec les visiteurs le résultat de travaux menés et les projets sur lesquels ils travaillent.

Pour aller plus loin : 10 manières innovantes de parler des déchets radioactifs
Partager cette page