Aller au contenu principal

Le tourisme industriel dans l'Aube : une nouvelle carte à jouer

Touristes, riverains, étudiants… c’est en moyenne 4 500 personnes qui visitent chaque année les deux centres industriels de l’Andra dans l’Aube, seuls centres de stockage de déchets radioactifs en exploitation en France. Principale motivation des visiteurs : s’informer sur cette activité mal connue, découvrir sur place et de leurs propres yeux comment sont concrètement stockés les déchets radioactifs. Une attractivité que l’Andra met au service du développement local et des différents acteurs du tourisme.

Jésus CERVANTÈS,
président de l’office de tourisme des Grands Lacs de Champagne

« 40 % des visiteurs des centres de l’Andra se restaurent et passent au moins un nuité à proximité »

Notre nouvelle structure a pour but de développer le tourisme local. Avec ses centres, l’Andra représente une offre indéniable pour dynamiser le tourisme industriel du territoire et enrichir l’offre culturelle scientifique que nous proposons aux touristes.

Notre relation avec l’Andra est basée sur un échange constructif dans le but de développer et valoriser le tourisme local : l’Andra indique à ses visiteurs les points touristiques à découvrir dans la région et nous relayons auprès des touristes les événements organisés sur les centres. Sur les 4 500 visiteurs accueillis en moyenne chaque année par les centres de l’Andra dans l’Aube, 40 % d’entre eux se restaurent et passent au moins une nuitée à proximité des centres. La présence de l’Andra est donc un plus pour le tourisme et aussi pour l’économie locale.

 

 

Betty VANDAELE,
gérante du restaurant Betty Boop Dinner, à Juzanvigny

« J’accueille des bus de visiteurs, essentiellement des scolaires et des étudiants »

Excepté l’Andra, il n’y a pas de grosse entreprise dans mon secteur géographique. Quand la route départementale a été fermée pendant deux ans pour travaux, je les ai sollicités dans ma recherche de nouveaux clients. Depuis, sur réservation de l’Andra, j’accueille des bus de visiteurs, essentiellement des scolaires et des étudiants, en moyenne deux par semaine en période scolaire, pour un total de 800 à 1 000 repas par an. L’Andra me recommande aussi à des particuliers et m’envoie parfois des personnes de passage sur les centres.

À l’occasion du week-end portes ouvertes, j’ai également assuré un service de restauration rapide sur place. Cette collaboration qui dure depuis trois ans m’a vraiment permis de « sortir la tête de l’eau ».

 

 

Le saviez-vous ?

Les sites de l’Andra sont indiqués comme point d’intérêt dans des guides dédiés au tourisme industriel, comme le Guide du Routard.

.

Cécile PIERRE,
déléguée générale de l’association nationale de la visite d’entreprise "Entreprise et découverte"

« Le tourisme industriel représente une véritable opportunité »

L’Andra est un membre actif que nous sollicitons fréquemment pour des interventions dans le cadre de nos rencontres nationales ou d’événements extérieurs. Dernière en date : l’exposition « L’Usine extraordinaire » à Paris où elle a présenté ses offres de visites et apporté son témoignage à d’autres professionnels qui n’ont pas encore sauté le pas. Un exemple très intéressant car l’activité de l’Andra est complexe, pas très « glamour » et sensible de surcroît.

Avec 15 000 visiteurs présents chaque année sur ses trois sites, démonstration est faite que les gens ne s’intéressent pas seulement aux visites qui se terminent par une dégustation de produits ; ils ont aussi envie de découvrir le réel, de s’informer, de comprendre. Le tourisme industriel fonctionne bel et bien et représente une véritable opportunité pour les entreprises et, au-delà, pour tous les acteurs locaux.

 

Partager cette page