Aller au contenu principal

Surveiller sans discontinuité

La préparation, l’exploitation ou la fermeture d’un centre de stockage de déchets radioactifs s’accompagne d’une activité essentielle : la surveillance de l’environnement. Une mission que l’Andra a poursuivie et adaptée durant la période de confinement liée au Covid-19, sur et autour de ses différents sites, dans l’Aube, dans la Manche et en Meuse/Haute-Marne.

Conçus pour protéger l’Homme et l’environnement des risques liés à la radioactivité des déchets, les centres de stockage de l’Andra font l’objet d’un dispositif complet visant à s’assurer que leur impact demeure très faible. Chaque année, des milliers de mesures et de prélèvements (eaux, air, végétaux...) sont réalisés sur et autour des centres de stockages de l'Aube et de la Manche. Les résultats sont transmis à l’ASN, présentés en commissions locales d’information et accessibles au grand public(*).

Durant la période de confinement, la surveillance de l’environnement a fait partie des fonctions essentielles que l’Andra a maintenues sans discontinuité sur les centres de l’Aube et de la Manche pour assurer la rigueur de ce dispositif et les impératifs règlementaires. Allègement et planification du programme de prélèvements ou encore organisation avec les prestataires en charge de leur suivi et des analyses : l’Agence s’est adaptée pour garantir la poursuite des opérations de surveillance, en limitant le nombre de personnes sur le terrain.

Au Laboratoire d’analyses du Centre de stockage de l’Aube, l’organisation a également été revue pour s'adapter à ce cadre inédit et exceptionnel. Des équipes se sont relayées chaque semaine pour poursuivre la préparation d’échantillons et les mesures.

 

Entre continuité et adaptation

En Meuse/Haute-Marne, le centre de stockage géologique Cigéo est encore à l’état de projet, mais l’Andra se doit d’actualiser régulièrement sa connaissance du milieu naturel dans le cadre de ses différentes études et suivis règlementaires. Les inventaires écologiques se sont donc poursuivis en période de confinement. Une continuité d’autant plus importante que les inventaires se font sur l’ensemble d’un cycle biologique, et au printemps en particulier pour certaines espèces. Le cycle de reproduction des oiseaux se déroule par exemple de mi-mars à mi-mai. 

Après une autorisation préfectorale, plusieurs écologues mandatés par l’Andra ont donc réalisé des études de terrain dans les communes avoisinantes du Centre de Meuse/Haute-Marne afin de détailler la connaissance des espèces végétales et animales présentes et de leurs habitats respectifs. Pour respecter les consignes sanitaires, une organisation adaptée avec du personnel volontaire a été mise en place, chaque écologue se devant de se déplacer et de travailler seul.

 

(*)Via les rapports annuels d’information et sur le site du réseau national de mesures de la radioactivité de l’environnement, site publié par l’ASN et l’IRSN (www.mesure-radioactivite.fr)

 

Partager cette page