Aller au contenu principal

Comment forger la mémoire de Cigéo ? Une BD de science-fiction nous interpelle

« La Mémoire oubliée », bande dessinée de science-fiction imaginée par le groupe de réflexion sur la mémoire du Centre de l’Andra en Meuse/Haute-Marne, vient de paraître. Ce support inédit interpelle sur les enjeux de la préservation et la transmission de la mémoire des centres de stockage de déchets radioactifs. Il a été présenté aux 80 participants d’une soirée interactive le 15 novembre dernier. L’intérêt des planches de dessins ? Proposer à tous une aventure en images qui pousse à réfléchir…

Dans un futur lointain, près de l’actuelle commune de Bure, Paul découvre une présence mystérieuse enfouie sous la forêt. Un « trésor » peut-être ? Répondre à cette question sera la quête de sa vie, alors que parallèlement son fils, Samuel, mène sa propre enquête. Ainsi débute l’aventure de La Mémoire oubliée. Cet album de bande dessinée relate une fiction dans un monde qui a « oublié » Cigéo, le projet de centre de stockage profond pour les déchets radioactifs les plus dangereux.

Imaginées par les riverains du groupe mémoire de Meuse/Haute-Marne, ces planches de dessins interpellent en effet sur la mémoire à bâtir des lieux de stockage de déchets radioactifs. Une démarche qui fait écho au programme Mémoire de l’Andra qui a pour objectif de préserver le souvenir de l’existence des centres de stockage et de transmettre les informations concernant leur conception et les déchets qu’ils abritent.

De 7 à 77 ans, le 9e art est capable de sensibiliser un large public. « Cela nous change des dépliants habituels. Ce bel objet d’édition donne envie de s’intéresser au sujet », confie un invité lors de la soirée « interactive » de présentation de l’ouvrage, au château de Grand Jardin de Joinville. « Une BD aborde le sujet de façon plus accessible que certains débats un peu houleux », abonde un autre.

Lors de cette soirée « futuriste », les invités ont été immergés dans l’intrigue de la BD. Après une vente aux enchères d’objets du XXIe siècle animée par les personnages principaux, les invités ont eu à résoudre « l’énigme des sphères ». 

 

Une œuvre artistique et collective

« Le groupe mémoire voulait traiter du “très sérieux” avec un peu de “fun”, relate Franck Juillot (société Ambigram), co-auteur de La Mémoire oubliée. L’idée d’une BD a alors émergé. » Or, pour l’élaborer, il leur fallait contacter des spécialistes, tant pour le dessin que le scénario. La BD, support ludique de prime abord, est en fait un métier rigoureux et de longue haleine. Diverses étapes sont à respecter, explique le dessinateur bourguignon Yas Munasinghe, « écriture, découpage, crayonnage, story-board, ancrage, colorisation, etc. » .

Pendant 24 mois, les deux auteurs ont transcrit sur les planches les idées des bénévoles du groupe mémoire. Comment transmettre la mémoire de Cigéo de génération en génération ? Quelles traces nos descendants auront-ils conservées de notre passé ? Les issues possibles de cette transmission mémorielle ont suscité de nombreuses interrogations… « Les avis divergeaient parfois, mais ont finalement été un enrichissement pour le rendu final », remarque Thierry Willy, membre du groupe mémoire. Parvenir au consensus a en effet été une gageure car la concertation entre les membres du groupe s'est jouée à tous les niveaux, « du scénario de A à Z au choix des coloris », précise le bénévole. Tous étaient toutefois d'accord pour se tourner vers les plus jeunes et adapter dans ce sens les choix scénaristiques et visuels.

L'œuvre s’ajoute aux nombreux vecteurs de mémoire auxquels l’Andra s’intéressent dans le cadre de ses réflexions sur la conservation et la transmission de la mémoire : archives, archéologie des paysages, sémiotique ou encore art. La Mémoire oubliée fait d'ailleurs référence à des œuvres comme Cloud in/Cloud out, un projet artistique avec des sphères à messages qui a été récompensé lors de l’appel à projet Art et Mémoire initié par l’Andra. Franck Julliot salue le rendu final. « On y trouve tous les codes de la BD fantastique : un “méchant”, un “faux méchant”, un animal avec “6e sens”, etc. » Et… un happy end ? À vous maintenant de le découvrir…

 

 

La mémoire oubliée (PDF 7.02 Mo)
Partager cette page