Aller au contenu principal

Italie : 67 sites potentiels identifiés pour accueillir un stockage de déchets radioactifs

Le 15 mars dernier, Sogin, l’entreprise publique italienne en charge du démantèlement des centrales nucléaires et de la gestion des déchets radioactifs, a transmis au ministère de la Transition écologique du pays une carte nationale des zones éligibles pour accueillir un stockage en surface de déchets radioactifs et un parc technologique. Au total, 67 sites potentiels ont été identifiés.

La centrale nucléaire de Caorso a été la dernière centrale italienne arrêtée en 1990

La carte nationale des zones éligibles établie par Sogin repose notamment sur les résultats d’une consultation publique de plus d’un an, qui s’est conclue le 14 janvier 2022, et qui a mobilisé de nombreux acteurs : des représentants d'institutions et d'organismes nationaux et locaux, des territoires concernés, d'associations, de comités, ainsi que des citoyens. Près de 600 questions, observations et propositions ont été prises en compte pour constituer un dossier de 25 000 pages. 

La carte nationale proposée par Sogin présente une liste de 67 sites potentiels pour accueillir le stockage en surface de déchets radioactifs et le parc technologique : dans le Piémont, la Toscane, le Latium, les Pouilles, la Basilicate, la Sardaigne et la Sicile. Le Gouvernement Italien doit désormais se prononcer sur cette carte après avoir recueilli l'avis technique de l'Inspection nationale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection italienne, l’autorité indépendante chargée de la sûreté nucléaire et de la radioprotection du pays. Si la carte est approuvée et publiée, s’en suivra une phase de concertation avec entre autres les collectivités territoriales et les régions concernées dans les zones éligibles au stockage.

Le stockage en surface italien pourrait accueillir environ 78 000 m3 de déchets radioactifs de faible et moyenne activité à vie courte. Une installation d’entreposage pourrait également accueillir temporairement sur le site les déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue et de haute activité, dans l’attente d’un stockage géologique adaptée. Le parc technologique serait composé d'un centre de recherche sur le démantèlement, la gestion des déchets radioactifs et le développement durable.

 

L’Italie et le nucléaire civil

En 1987, l’Italie a décidé, par référendum, de sortir du nucléaire. Les centrales nucléaires du pays ont été progressivement arrêtées jusqu’en 1990 (Caorso, Enrico Fermi, Garigliano et Latina). Sogin est chargée du démantèlement de ces centrales, ainsi que des réacteurs de recherche italien et des installations de fabrication du combustible. 

Pour en savoir plus sur l’Andra à l’international... Retrouver le panorama international des solutions de gestion de déchets radioactifs
Partager cette page